Véronic DiCaire nous emmène dans les coulisses de Chanteurs masqués | 7 Jours
/magazines/7jours

Véronic DiCaire nous emmène dans les coulisses de Chanteurs masqués

Image principale de l'article Dans les coulisses de Chanteurs masqués
Photo : Patrick Seguin

Chanteurs masqués constitue l’un des grands succès télévisuels de l’automne, récoltant des cotes d’écoute d’environ 1,5 million de téléspectateurs chaque dimanche. Le concept de l’émission a séduit tout le monde, grâce aux performances et aux costumes spectaculaires, sans oublier l’enthousiasme et le plaisir communicatif des juges-enquêteurs. Véronic DiCaire s’amuse énormément sur ce grand plateau de tournage. Nous l’avons rencontrée dans les coulisses de cette production télévisuelle.

• À lire aussi:
À 78 ans, Lise Watier explique pourquoi elle a accepté de participer à Chanteurs masqués

• À lire aussi:
Marie-Claude Barrette revient sur son passage à Chanteurs masqués

Véronic, tu as un plaisir manifeste à faire cette émission. Ce qui étonne le plus, à l’arrière-scène, c’est de voir à quel point c’est gros! Quantité de personnes travaillent sur cette production!
Tu as raison, c’est énorme comme production! Il y a tellement de départements concernés. Au début, je me demandais comment ça allait fonctionner. Quand tout le monde est ensemble pour faire ce show-là, on se rend compte à quel point tous travaillent très fort, autant pour les chorégraphies que pour la mise en scène, les décors et les costumes. 

Photo : Patrick Seguin

Photo : Patrick Seguin


• À lire aussi: Normand Brathwaite revient sur sa participation à Chanteurs masqués

• À lire aussi:
Pierre Brassard revient sur son passage à Chanteurs masqués

Évidemment, on en met plein la vue aux gens avec les costumes que portent les participants!
Vraiment, ils sont spectaculaires! Imaginez ce que peuvent coûter des costumes pareils! Je pense qu’on met environ 450 heures sur la confection des costumes. Ce sont des œuvres d’art!

Lors de la toute première émission, est-ce que c’était spécial de découvrir Michel Bergeron dans le costume de Blanchon?
C’est ce qui est impressionnant dans ce show: on ne peut pas s’imaginer qu’ils ont pu mettre une tête de blanchon à Michel Bergeron et qu’il a accepté de se prêter au jeu! C’est extraordinaire! 

Bertrand Exertier


• À lire aussi: Michel Bergeron revient sur son passage à Chanteurs masqués

Y a-t-il une compétition amicale entre Anouk, Marc, Sam, Stéphane et toi?
On a tellement de plaisir, et on aime se surprendre entre nous! On ne se parle pas de nos indices et de nos pistes à l’avance; on garde tout ça pour l’émission parce qu’on trouve ça comique de pouvoir s’étonner les uns les autres. Cette énergie-là est bien le fun. 

Photo : Patrick Seguin

Photo : Patrick Seguin


• À lire aussi: Stéphane Rousseau partage des premières photos avec son amoureuse

Connaissais-tu l’émission avant d’être recrutée pour être juge-enquêtrice?
Oui. J’avais été invitée à jouer l’un des personnages à l’émission en France, mais j’ai dû refuser pour une question de temps. Il y a beaucoup de gens qui pensaient que j’étais le Petit Cupcake, mais c’était Natasha St-Pier qui portait ce costume. 

Tu as vu beaucoup de plateaux de tournage au cours de ta carrière; dirais-tu que c’est l’un des plus impressionnants?
C’est effectivement très gros. La scénographie est impressionnante. Je ne sais pas si tu t’es attardé au plancher et je ne sais pas si on le voit comme il faut à la télé, mais à un moment donné, il y a comme un étang sur scène, pendant le numéro de la Truite mouchetée: ça n’a pas de bon sens! Je pense que c’est le seul show télévisuel qui va aussi loin dans la mise en scène. Et je peux te confirmer à quel point on est débrouillards au Québec. On est les champions de la création! On est capables de créer des affaires plus grandes que nature.

Photo : Patrick Seguin



L’effervescence qu’il y a en coulisses, le maquillage, la coiffure, les vêtements que tu dois porter... aimes-tu cette ambiance et l’excitation qui règnent sur le plateau?
Ça fait un an et demi qu’on ne s’est pas fait «grimer», qu’on ne s’est pas fait coiffer et qu’on n’a pas fait de spectacle! On n’a vu personne durant un certain temps, alors je suis surexcitée de voir du monde et de ressentir l’énergie et l’effervescence d’un gros show. Il n’y a rien comme le vrai! On n’est pas en Zoom à faire un spectacle, on est avec du vrai monde, et ça fait un bien incroyable! 

Tu es passée de ton émission Drôles de Véronic à Chanteurs masqués, et on peut dire qu’il y a un point commun entre les deux en ce qui a trait au travail d’équipe...
Oui. En plus, il y a des gens de ma gang qui se retrouvent ici. Je leur envoie des cœurs et des bye-bye de loin, parce que je m’ennuie d’eux. Mon plus grand regret, c’est qu’en raison des restrictions sanitaires on ne peut pas aller remercier les gens qui se cachent dans les costumes ni leur faire de gros câlins. Ce sont eux qui font le show! Par contre, je peux dire que mon côté trooper est sollicité, parce que je suis avec les autres juges-enquêteurs et qu’on a quand même le temps de jaser et de s’amuser. 

Bertrand Exertier


• À lire aussi: Guillaume Lemay-Thivierge fait une mise au point sur la controverse entourant son statut vaccinal dans une vidéo

Quel est le moment de l’émission que tu aimes le plus?
Je pense que c’est lorsque ça commence. Pendant l’intro, Guillaume met la table avec sa présentation et on ne sait jamais de quelle façon il va arriver. Je trouve que ça donne le ton et que ça nous procure un boost d’énergie incroyable! Et quand c’est parti, on a juste hâte de voir le premier chanteur masqué sur la scène.      

C’est une grosse émission de variétés, où les musiciens jouent vraiment un rôle important!
C’est sûr. Je tiens d’ailleurs à souligner le travail extraordinaire de Fred St-Gelais sur le plan de la musique. Souvent, les quelques notes d’une chanson sont là, mais il nous amène ailleurs; c’est toujours une surprise sur le plan musical. Et les voix! Il y a des personnalités cachées derrière les personnages qui ont chanté... c’est extraordinaire! Moi, j’embarque à cent milles à l’heure, c’est fou! Je sais que c’est difficile d’être sous ces costumes: il fait chaud et c’est lourd à porter. J’ai beaucoup d’admiration pour les participants. En plus, la nervosité des invités est non négligeable, parce que ce sont eux qui font le show.

Avec cette émission, dirais-tu qu’on a l’occasion de voir la «vraie» Véronic, celle qui s’amuse et qui ne tient pas en place?
J’ai toujours été comme ça. C’est la même chose, par exemple, quand je vais voir des spectacles de mes amis au théâtre. C’est plus fort que moi, parce que je le vis avec eux. Tout est vrai dans ma façon de réagir: c’est un emballement véritable. Je te dirais même que je me suis surprise à avoir mes yeux d’enfants dans ce show-là. On se laisse prendre par la féérie du spectacle. 

Vous avez terminé le tournage de la toute dernière émission de la saison. J’imagine que beaucoup de choses étonnantes vont se produire...
Il y a de très, très belles surprises, et surtout de belles performances. Parfois, lorsqu’un participant qui a livré une magnifique performance doit se dévoiler, c’est incroyable de voir que finalement la personne en question n’est pas un chanteur de métier. 

Bertrand Exertier


• À lire aussi: Voici pourquoi Catherine Trudeau croit qu'elle aurait été une excellente juge à Chanteurs masqués

Quelle est la suite des choses pour toi après Chanteurs masqués?
J’ai espoir que les choses se replaceront au Québec à compter de janvier 2022 et que les gens auront le goût de venir voir nos spectacles. Cet automne, on va revoir le spectacle pour y incorporer des artistes qu’on n’a pas vus depuis près de deux ans, et il faut aussi y ajouter les chansons que tout le monde connaît depuis qu’on s’est arrêtés. Je vais revoir ma gang et on va travailler sur les chorégraphies. Comme on a le temps, on va se permettre ce petit luxe avant que la machine reparte.      

Chanteurs masqués, dimanche 18 h 30, à TVA.
Pour suivre les actualités de Véronic DiCaire: veronicdicaire.com.

À VOIR AUSSI: Brigitte Lafleur vend sa charmante maison de Mont-Saint-Hilaire pour 859 000 $

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus