Sylvain Marcel dévoile la manière dont il s'est préparé pour son rôle inspiré de René Angélil | 7 Jours
/magazines/7jours

Sylvain Marcel dévoile la manière dont il s'est préparé pour son rôle inspiré de René Angélil

Image principale de l'article Son rôle inspiré de René Angélil dans Aline

Le très attendu film de Valérie Lemercier Aline, inspiré par l’amour, la prestance et la puissance du tandem Céline Dion-René Angélil, arrive enfin en salle en novembre. La réalisatrice et coscénariste française incarne elle-même le rôle-titre, et elle a choisi Sylvain Marcel pour interpréter son Guy-Claude. Aline est avant tout une grande histoire d’amour, déjà célébrée à travers le monde entier.

• À lire aussi: Rupture pour Sylvain Marcel

• À lire aussi: Sylvain Marcel réalise un rêve en montant les marches du Festival de Cannes

Sylvain, tu as rencontré Valérie Lemercier une première fois en 2018. C’était dans quel contexte?
Un drôle de contexte! (sourire) Steeve Godbout, mon gérant, m’a téléphoné un jour pour me dire qu’elle voulait me rencontrer pour un film qu’elle allait réaliser. Je lui ai répondu que si jamais la rencontre s’avérait être une attrape pour une émission du style caméras cachées, je n’allais pas être content du tout. Je suis tout de même allé la rencontrer à Montréal... Une fois sur place, au lieu de me concentrer sur le rendez-vous, je regardais un peu partout pour chercher à dénicher une ou des caméras cachées.

Maison 4:3

• À lire aussi: Plusieurs comédiens s'ajoutent à la sixième saison de L'Échappée

Que t’a-t-elle dit?
Elle m’a dit qu’elle allait réaliser un film basé sur la vie de Céline Dion. Avant qu’elle ne poursuive, je lui ai lancé du tac au tac qu’elle cherchait probablement la personne pour interpréter son René et que c’était moi! (rires)

Mais comment avait-elle entendu parler de toi?
Elle avait fait des recherches sur Internet avec la piste «acteurs québécois», et elle est éventuellement tombée sur ma photo. En l’apercevant, elle s’est dit: «C’est lui!» Par la suite, nous avons lu des répliques du scénario ensemble, puisqu’elle interprète elle-même Aline. Ont suivi des essais caméra, parce que ce n’était pas encore dans la poche. Jérôme Commandeur, un humoriste et acteur français, était encore lui aussi dans la course pour le rôle. Mais elle tenait à avoir un acteur avec un accent ressemblant davantage à celui de René Angélil, donc elle a tranché en ma faveur. J’ai aussi aidé Valérie à trouver la comédienne qui allait interpréter la mère d’Aline. Après le passage en audition de Danielle Fichaud, il était clair, autant pour Valérie et pour moi, que ce serait elle. 

• À lire aussi: Le film Aline, inspiré de la vie de Céline Dion, sera projeté au Festival de Cannes

Maison 4:3


L’interprétation de Guy-Claude Kamar, ton personnage, a impliqué une certaine transformation physique pour toi, n’est-ce pas?
Oui, j’ai dû gagner près d’une trentaine de livres supplémentaires, que j’ai de la difficulté à perdre depuis. Entre le 17 juillet 2018 et mars 2019, au moment où le tournage a débuté, chaque fois que je revoyais Valérie, elle me trouvait trop maigre.

Autrement, comment t’es-tu préparé pour incarner l’imprésario?
J’ai visionné beaucoup de documents d’archives. Par exemple, les mouvements de mains de René Angélil étaient très lents, très protecteurs. C’est un côté que je suis allé chercher, comme son calme et sa prestance. Mais mon personnage s’appelle Guy-Claude, pas René. Par exemple, je n’ai pas voulu imiter sa voix unique. Valérie incarne Aline; elle a réalisé le film et l’a coscénarisé, et elle voulait s’éloigner de la parodie. Pour toute l’équipe du film, il était hors de question de rire de qui que ce soit. 

• À lire aussi: Sylvain Marcel a renoué avec son métier de préposé aux bénéficiaires

En juillet dernier, Aline a été présenté hors compétition au Festival de Cannes et tu étais sur place. Pensais-tu participer un jour à ce prestigieux événement?
Jamais! Je ne l’ai même jamais espéré. Le film sera aussi présenté aux États-Unis et il a déjà été vendu dans plus d’une quarantaine de pays. C’est merveilleux; je commence à être énervé! (rires) À Cannes, la projection du film a été suivie par cinq minutes d’ovation. Le comédien américain John Savage était là. Je l’ai vu se retourner vers nous, l’équipe du film, en applaudissant et en pleurant. My God, je m’en souviendrai toujours!

Maison 4:3

As-tu toi-même laissé échapper une larme?
Ah, oui! C’est un film qui me touche beaucoup. Aline, c’est l’amour qui emporte tout. Valérie Lemercier est tellement amoureuse de l’histoire de Céline et René, et tout cet amour transperce l’écran. En plus, tout comme Céline, j’ai grandi à Charlemagne, à à peine un kilomètre de sa maison familiale. C’est tout un hasard!

Aline prendra l’affiche partout au Québec le 26 novembre prochain.

À VOIR AUSSI: 30 looks mémorables de Céline Dion depuis le début de sa carrière

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus