Maïka Desnoyers s'ouvre sur sa vie de famille parfaitement imparfaite | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Maïka Desnoyers s'ouvre sur sa vie de famille parfaitement imparfaite

Image principale de l'article Une vie de famille parfaitement imparfaite
Photo : Bruno Petrozza

En plus de se dévouer à sa famille, Maïka Desnoyers ne manque pas d’occupations! Son inépuisable énergie, l’animatrice, agente immobilière et blogueuse la puise dans l’amour inconditionnel qu’elle porte à sa famille. Rencontre avec une femme qui trouve son bonheur dans l’action!

• À lire aussi:
Maïka Desnoyers sur son quotidien d’animatrice et de maman

• À lire aussi:
Le designer Daniel Corbin fait des confidences sur sa relation amoureuse avec Geneviève Schmidt

Maïka, vous avez terminé récemment les tournages de la cinquième saison de Vendre ou rénover au Québec. Vous êtes agente immobilière, vous avez un blogue et vous êtes maman de trois enfants. Comment parvenez-vous à concilier tout ça?
Je me le demande! (rires) Dans le feu de l’action, j’enchaîne mes projets à travers les activités de ma vie familiale, sans me rendre compte de tout ce que j’accomplis. Mais dès que mon horaire devient un peu moins contraignant, la fatigue me rattrape. J’aurai peut-être des rides et des cheveux blancs avant le temps, mais je n’aurai pas de regrets par rapport à mes activités professionnelles et personnelles. 

D’où vient votre inépuisable énergie?
Je suis passionnée par l’immobilier et les communications, je fais ce que j’aime dans la vie, alors je ne compte pas mes heures! Et mon travail me permet d’être présente auprès de mes enfants, qui sont ma priorité. Je n’ai donc pas l’impression de trop travailler.      

Parlez-nous de vos enfants...
Il y a tout d’abord Hayden, qui a 12 ans. Il a commencé le secondaire cette année, en option hockey, sa passion. Je le décris souvent comme une force tranquille. Comme il est très grand — il mesure déjà 5 pi 9 po — et mature pour son âge, j’oublie parfois qu’il vient à peine d’entrer dans l’adolescence.

Et comment se comporte-t-il avec ses sœurs?
Il me donne souvent un coup de main avec les filles, sans que je le lui demande. Sa petite sœur Livia est en amour avec lui, et c’est un sentiment réciproque. Lorsque mon fils va passer la fin de semaine chez son père (Guillaume Latendresse), dès qu’il revient, il prend Livia dans ses bras. Le soir, la petite va se coucher à côté de lui dans son lit, et ils écoutent de la musique ensemble. Et dire que, quand j’étais enceinte de Livia, il n’était pas chaud à l’idée d’avoir une deuxième petite sœur! (rires)

Et qu’en est-il d’Anna?
Côté personnalité, elle est à l’opposé de Hayden. Elle a presque sept ans et elle est entrée au primaire en septembre. C’est une véritable petite boule d’énergie, elle a besoin de bouger! Voilà pourquoi Étienne a eu l’idée de l’inscrire au parcours extrême, une discipline qui comprend l’escalade, la course, les anneaux et l’agilité de type Ninja Warrior.     

Sa petite sœur a-t-elle autant besoin de bouger?
Non. La personnalité de Livia ressemble davantage à celle de Hayden, c’est-à-dire qu’elle est assez calme. C’est ma petite madame sourire! Le seul hic, c’est qu’à 19 mois, elle ne fait pas encore ses nuits! (rires) Livia a commencé à aller à la garderie il y a quelques mois, mais lorsque je travaille de la maison, je préfère la garder avec moi; je rappelle les gens durant sa sieste.

Photo : Bruno Petrozza


• À lire aussi: Maïka Desnoyers partage un inspirant message sur l’acception de son corps transformé par sa grossesse

Comment faites-vous pour rallier vos enfants d’âges différents autour d’une même activité?
C’est rendu plus difficile, maintenant que Hayden est adolescent! Au début de la crise de la covid, j’allais jouer dehors avec les filles, et mon fils restait à la maison. Puis, quand j’ai réalisé que la pandémie allait perdurer, j’ai «forcé» Hayden à nous accompagner. Il venait à reculons, mais finalement il appréciait le fait de prendre l’air en famille!

À travers le travail et la famille, arrivez-vous à prendre du temps pour vous?
Avant, je répétais que ma famille, c’était ma vie! Mais à force de prioriser mes proches, je me suis un peu perdue. Récemment, j’ai entrepris de reconnecter avec moi-même. Mon plus grand défi, c’est d’accepter de prendre du temps pour moi, sans avoir l’impression de délaisser mon chum et mes enfants. Quoique, en temps de pandémie, c’est plus dur de tirer la plogue! J’ai hâte de faire un souper de filles ou une petite escapade en solo.

De son côté, votre conjoint, Étienne Boulay, est bien occupé. Comment faites-vous pour vous retrouver?
Comme il coanime l’émission matinale On part ça d’même, sur WKND, il se lève à 3 h 30. Pour éviter qu’il nous réveille, la semaine, il dort dans le sous-sol. Est-ce que c’est mauvais pour notre couple? Non. Étienne est heureux d’avoir la radio et ses 1001 autres projets qu’il mène en parallèle, alors on aménage notre horaire en conséquence. De mon côté, je travaille souvent les soirs et les fins de semaine, alors je serais mal placée pour critiquer son horaire atypique! (Après réflexion, Maïka ajoute:) Cette semaine, on se disait justement, Étienne et moi, qu’aucune autre personne n’accepterait nos horaires de fou!

Photo : Karine Lévesque


• À lire aussi: Étienne Boulay s'adresse aux hommes et livre un message percutant après le 7e féminicide au Québec en deux mois

• À lire aussi:
Étienne Boulay souligne quatre ans de sobriété avec un message inspirant

Vous, vous parvenez à bien les gérer... Notre quotidien est dysfonctionnel, mais on arrive à bien naviguer là-dedans et à passer des moments en amoureux. Je pense que c’est ce qui fait notre force en tant que couple et en tant que famille: on a une vie parfaitement imparfaite!

Vendre ou rénover au Québec est diffusée à Canal Vie le mardi, à 21h.

À VOIR AUSSI: Étienne Boulay lance une collection de sacs urbains

s


À VOIR AUSSI: 16 vedettes qui ont un talent caché

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus