Patrice Bélanger s’est lié d’amitié avec Benjamin, 13 ans, atteint de leucémie | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Patrice Bélanger s’est lié d’amitié avec Benjamin, 13 ans, atteint de leucémie

Image principale de l'article Patrice Bélanger s’est lié d’amitié avec lui
Photo : Daniel Daignault / Les Publications Charron et Cie inc./Groupe TVA

À travers son implication auprès de la Fondation des Gouverneurs de l’espoir, dont il est le porte-parole, Patrice Bélanger s’est attaché à Benjamin et à sa famille. «À 13 ans, il se bat comme un Viking contre le cancer», dira à plusieurs reprises l’animateur lors de notre entretien au Club de golf Belle Vue, à Léry, où se tenait le tournoi-bénéfice de la fondation.

• À lire aussi: Patrice Bélanger est très fier de cette 20e saison de Sucré salé

• À lire aussi: Patrice Bélanger vit pour la première fois la rentrée de ses garçons, et c'est très émouvant

Patrice, comment en êtes-vous venu à devenir porte-parole pour cette cause?
J’ai remplacé quelqu’un au pied levé pour animer la soirée reconnaissance de la fondation, qui est organisée pour remercier les Gouverneurs qui donnent 1000 $ sur une base annuelle. Je suis moi-même devenu l’un des Gouverneurs parce que je veux être plus qu’un simple porte-parole et contribuer en m’impliquant auprès de la fondation. Bref, à mon arrivée ce soir-là, on a présenté une vidéo où on voyait une petite puce de quatre ans, Lylia-Carole, qui tapait des mains et chantonnait. Dans mes notes, j’avais vu que je devais présenter des parents qui venaient rendre hommage à la fondation. J’ai pensé que la petite était une enfant qui avait été sauvée grâce aux dons de la fondation, mais au même moment, j’ai vu à l’écran la date de sa naissance et celle de sa mort, quatre ans plus tard.

Quelle a été votre réaction?
Je me suis mis à pleurer. Je m’étais attaché en 10 secondes à cette enfant. Le mot que les parents ont dit ce soir-là était: «Oui, Lily nous a quittés, mais on voulait vous dire merci. Grâce à vous, les Gouverneurs, on a vécu les trois plus beaux mois de notre vie avec elle, parce que vous nous avez donné accès à des traitements sophistiqués à Philadelphie.» Ils ont ajouté qu’ils avaient été dans cette bulle durant ces trois mois de prolongation de la vie de leur fille. Cette histoire m’a marqué et, le lendemain, j’ai annoncé à la fondation que je désirais animer bénévolement la soirée l’année suivante. Ç’a été un coup de cœur réciproque et, depuis 2018, je suis officiellement le porte-parole de la fondation. 

• À lire aussi: Patrice Bélanger a subi une opération

Le tournoi de golf est l’un des événements majeurs qui sont organisés, n’est-ce pas?
Oui, c’est l’une des principales façons pour elle de renflouer ses coffres, mais l’équipe est très imaginative. Cette fondation aide les familles ayant des enfants gravement malades et verse des sommes pour financer la recherche pédiatrique. Ce qui m’a renversé, c’est l’aide concrète à laquelle les familles ont droit. On leur donne de l’argent pour payer des factures ou on leur vient en aide grâce à des partenariats avec des épiceries et des compagnies. J’ai deux enfants en pleine santé... On ne va pas conjurer le sort ici, mais quand des parents ont un enfant malade, souvent, l’un des deux doit mettre sa vie sur pause. La famille se met à vivre au rythme des traitements et des visites à l’hôpital. La fondation aide les gens à ne pas avoir de tracas sur les plans technique ou financier afin qu’ils puissent s’investir totalement auprès de leur enfant. 

Photo : Daniel Daignault / Les

• À lire aussi: Patrice Bélanger souligne les 20 ans de Sucré Salé

Parlez-nous de votre relation avec Benjamin, qui est atteint d’un cancer du sang...
Je l’ai connu lors du tournoi de golf de 2019. Il avait été invité à témoigner. Il avait l’air en pleine forme. Il est très actif. Il me rappelle le garçon que j’étais à son âge. Quelques jours après, il retournait à Sainte-Justine pour subir une batterie de traitements de chimio et de tests. Ma discussion avec lui et ses parents m’a touché. À la fondation, chaque mois, il y a deux Gouverneurs qui parrainent des familles en s’engageant à récolter un minimum de 5000 $, j’ai décidé de parrainer Benjamin et les siens. 

Photo : Daniel Daignault / Les Publications Charron et Cie inc./Groupe TVA



Et, au-delà de l’argent, une vraie relation s’est créée entre nos familles. Vous êtes donc en contact?
C’est ma blonde qui assure ce lien. Elle parle régulièrement avec Isabelle, la maman de Benjamin. Quand je l’ai connu, il était surnommé le Viking, et je comprends pourquoi: c’est un combattant. Il est très courageux. Il fonce là-dedans tête baissée, il sait qu’il doit passer par là pour être ultimement en forme et en santé. On le lui souhaite à lui, parce qu’il est atteint de cette leucémie, mais aussi à toute sa famille pour que cette étape de leur vie soit derrière eux.

On ne réalise pas toujours assez la chance qu’on a d’être en santé...
Quand tu as la santé, c’est tellement niaiseux de la tenir pour acquise. Pour Benjamin, tout allait bien jusqu’en octobre 2018. Il jouait au hockey, il allait aux camps de jour l’été, à l’école et, à un moment donné... Bang! Je me dis que mes boys qui ont 10 ans sont en forme, mais que ce n’est pas acquis. On vit à cent mille à l’heure, mais il faut parfois faire une pause et réaliser qu’on est gâtés d’être en santé et que nos proches le soient aussi.

De votre côté, vous avez terminé votre saison de Sucré salé...
Oui, la dernière émission sera diffusée le 10 septembre. Sinon, j’ai repris la radio à Rythme 105,7, de 5 h 30 à 8 h 30 avec Marie-Christine Proulx et Marie-Ève Morency. Il y a aussi de belles choses qui s’en viennent.

Pour s’informer sur la Fondation des Gouverneurs de l’espoir ou pour faire un don: fondationdesgouverneurs.org.
Patrice animera C’est la rentrée TVA, le dimanche 12 septembre, à 19 h 30, à TVA.
Il est au micro de Jamais trop tôt, en semaine dès 5 h 30, à Rythme 105,7.

À VOIR AUSSI: Toutes les grandes stars qui ont chanté avec les Académiciens au fil des ans

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus