À 79 ans, Édith Butler fait un retour en force dans le métier | 7 Jours
/magazines/lasemaine

À 79 ans, Édith Butler fait un retour en force dans le métier

Image principale de l'article Édith Butler fait un retour en force
Laurence Labat

Édith Butler, qui fêtera en juillet 2022 ses 80 ans, n’a pas poussé sa dernière note! Bien au contraire, on la sent revigorée par ce cadeau musical qu’elle s’est fait, un album réalisé avec Lisa LeBlanc, Le tour du grand bois. La chanteuse a beaucoup de choses à raconter, tant sur sa carrière que sur sa vie de tous les jours, et elle s’est laissée aller à de belles confidences.

• À lire aussi: Patrick Norman sera arrière-grand-père pour la première fois 

Édith, votre nouveau disque, on peut dire qu’il a, en quelque sorte, été victime de la pandémie...
Oui. On devait le sortir en avril 2020. Il était tout fini. Je devais présenter une série de spectacles, et Lisa devait m’accompagner avec toute sa gang. On en avait 21 de bookés. Mais je ne m’en suis pas fait, puisque c’est tout le métier qui a pris le bord! Je n’avais pas écouté mon disque depuis ce temps, jusqu’au milieu de l’été, avant qu’il sorte. Quand je l’ai fait, j’ai dit: «Wow! Mais qu’est-ce que c’est ça?» Pour moi, c’est un charme!

De quoi êtes-vous le plus contente?
C’est l’album qui est le plus proche de moi. Il parle du bois et de la route, deux thèmes qui me tiennent à cœur et qui me rejoignent. J’ai passé ma vie sur la route, et le bois est essentiel pour ma survivance. La chanson Dans l’bois est celle qui me parle le plus. On l’a composée chez nous, sur le bord du sofa. Je racontais à Lisa ma vie dans la nature, quand j’allais cueillir des bleuets, du cassis, que je faisais des chemins l’hiver avec mon petit tracteur et que je coupais du bois. C’est comme ça que la chanson est née. 

• À lire aussi: Roch Voisine emballé de remonter sur scène



Tout le monde parle d’une «nouvelle» Édith, avec un nouveau son sur cet album. Comment ce projet est-il né?
Ç’a d’abord été une surprise de me faire contacter par Lisa LeBlanc. J’avais l’idée de faire un autre disque, mais je flânais, comme on dit. Rendue à mon âge, je prends mon temps. Lisa est arrivée avec quelque chose en tête: elle me voyait d’une certaine façon. Elle savait comment elle voulait réaliser l’album, elle m’a dit qu’elle voulait aller chercher le cœur, les larmes et les tripes de la fille de Paquetville. Elle voulait aller dans la vérité, sans artifices. On parle d’un nouveau son, mais en même temps, ça se rapproche de mon premier album. À l’époque, c’était un son folk, mais en même temps, avec des guitares électriques et des guitares très simples aussi, un peu comme Johnny Cash, avec des mélodies très fortes.

Ce qui est frappant aussi, c’est votre voix!
Elle n’a pas changé d’un iota! (Rires) Je tiens sans doute ça de ma mère: à 98 ans, elle chantait encore. Ça vient d’elle. Et les histoires que je raconte, de mon père, qui était tout un conteur. Ma voix sur l’album, c’est Lisa qui a fait sortir ça, parce qu’elle m’a fait travailler fort. On enregistrait dans mon salon, et elle m’arrêtait et me disait: «C’est fantastique, mais recommence...» C’était comme ça à chaque chanson: elle voulait aller chercher quelque chose dans ma voix. Moi, j’étais habituée à enregistrer une chanson d’un coup, puis à passer à une autre. C’était donc bien différent, et il y avait une symbiose entre Lisa et moi quand je lui donnais ce qu’elle voulait entendre. Elle a vraiment tout fait, sauf chanter les chansons! 

• À lire aussi: TV Hebdo revisite les événements marquants de l'hiver-printemps 1987

Elle vous a donc forcée à repousser vos limites pour chacun des titres?
Oh oui! J’ai adoré travailler avec elle. Cet album-là est comme un cadeau, parce qu’il va toujours y avoir un avant-Lisa et un après-Lisa dans ma vie. Je ne pourrai plus jamais chanter pareil et faire de la musique de la même façon. Elle m’a amenée vers une pureté musicale que j’aime beaucoup. C’est un ange, cette enfant-là!

Vous allez sûrement présenter des spectacles pour interpréter vos succès et ces nouvelles chansons?
C’est pour l’an prochain. Ce sera la grande tournée de mes 80 ans. Je ne peux pas croire tout ce qui arrive. Quand on a fait l’album, on l’écoutait et on était très contentes. Il reste qu’on ne peut jamais vraiment savoir avant d’entendre la réaction du public. On a sorti deux extraits, et les réactions sont fortes.

À 79 ans, certains font des bilans. Est-ce que le fait que vous n’ayez pas eu d’enfant constitue l’un de vos regrets?
Ah oui! Très jeune, je pensais que j’en aurais 12! J’aime les enfants. Je n’ai pas de doute que j’aurais été une bonne mère et une bonne grand-mère.

Vivez-vous toujours en Estrie?
Oui. Ça fait 21 ans qu’on habite dans le bois. J’étais une fille de campagne au départ, puis j’ai longtemps vécu en ville, mais j’haïssais ça! En ville, ma vie a totalement changé, ça m’a donné des maladies d’y vivre. J’ai eu le cancer. Ç’a été un peu difficile à accepter, mais c’est réglé maintenant. Je suis fière de ça! J’en parle parfois sur scène, parce que ça rejoint beaucoup de femmes qui ont vécu la même chose.

Est-ce que ç’a été l’épreuve la plus difficile de votre vie?
Oui. Ç’a été très dur pendant cinq ans, parce que je devais prendre un médicament qui fait qu’on dirait que les os se tordent. Ça faisait très mal. Quand j’ai cessé de prendre ce médicament, je me sentais tellement bien que j’ai composé l’album Le retour, sorti en 2013. J’ai été opérée au sein en 2007. Je n’en ai pas parlé jusqu’à ce qu’on me dise que tout était OK et que ça allait bien. J’ai été très solide. J’ai réalisé qu’il n’y avait pas grand chose qui pouvait m’abattre. 

• À lire aussi: Janette Bertrand lance un roman sur un sujet délicat

Aujourd’hui, comment occupez-vous vos journées à part de composer des chansons?
Je coupe du bois et, pendant la covid, j’ai défait tout l’intérieur d’une maison et je l’ai rebâtie au complet avec la femme qui y vit. Elle est âgée de 65 ans, et quand il y avait des poutres qui étaient trop pesantes pour moi, c’est elle qui les levait! On a commencé en novembre 2020 et on a travaillé sept jours semaine jusqu’au début de l’été. C’était de la grosse ouvrage! Je ne fais pas juste de la petite décoration! (rires) Je suis très en forme. 


L’album Le tour du grand bois est en vente partout.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus