Pour la Journée mondiale de la prévention du suicide, Alexandre Barrette rend un hommage émouvant à un ami parti trop tôt | 7 Jours
/magazines/7jours

Pour la Journée mondiale de la prévention du suicide, Alexandre Barrette rend un hommage émouvant à un ami parti trop tôt

Image principale de l'article Un hommage émouvant à son ami parti trop tôt
MARIO BEAUREGARD/AGENCEQMI

Alexandre Barrette a partagé une réflexion personnelle très touchante à propos du suicide d'un ami, survenu il y a deux ans.

• À lire aussi: Voici qui seront les prochains fous du roi à Tout le monde en parle

L'humoriste s'est éloigné de son registre comique habituel le temps de partager un texte très émouvant sur sa page Facebook professionnelle, vendredi matin le 10 septembre, à l'occasion de la Journée mondiale de la prévention du suicide. 

C'est après avoir visionné le documentaire Roadrunner: A Film About Anthony Bourdain, qu'Alexandre a amorcé sa réflexion. Le film s'intéresse à la vie du chef et animateur de télévision Anthony Bourdain, qui s'est enlevé la vie le 8 juin 2018, à la grande surprise de tous.

À la suite de ce visionnement, Alexandre a repensé à son ami Hugo, qui a lui aussi mis fin à ses jours il y a près de deux ans. 

Voici ce qu'il avait à dire:

«Il y a quelques jours, j’ai vu le documentaire sur Anthony Bourdain.
J’ai fini avec les yeux pleins d’eau. Un voile d’eau sur chaque œil comme la patinoire à Charlesbourg fraîchement arrosée en hiver. 

Inévitablement, j’ai pensé à toi, Hugo.
Je suis retourné voir sur Facebook les photos avec toi, celle de nous 4 avec Ben et Yann.
J’ai senti le besoin de reconnecter avec la douleur. La réaffronter de face. 

Je me suis crinqué du Radiohead. J’ai défilé les photos de toi.
Je suis même allé voir nos textos. Le tout dernier, où je te suppliais de donner des nouvelles. Perdu dans un océan de messages que tu ne liras jamais.  

Ça fait 2 ans que t’as décidé de mettre fin à la partie. 

Des fois, par quête de noblesse, je voudrais souffrir autant qu’au début.
Je voudrais que ma plaie soit encore à vif, comme si ça témoignait de la profondeur et de la sincérité de mon amitié, de mon amour pour toi.
Je voudrais que ma douleur soit digne de toi.  

Mais ce niveau de souffrance n’était pas viable à long terme. Pour personne, je crois.

Tout me manque de toi!
Ta présence était rassurante. Ton charme fou. Ton sens de l’humour. Ton magnétisme! 

Dans la machine à boules qu’est la vie, t’as été une rencontre significative qui a changé complètement mon parcours. Je te serai reconnaissant pour toujours! 

Je sais que t’avais tes démons Pelli. Même ça, je trouvais ça rassurant.
C’est peut-être égoïste d’écrire ça, mais j’ai toujours aimé les gens heureux, mais avec des failles.  

Je crois que ça me déculpabilisait d’avoir les miennes.
Sans jamais les avoir nommés officiellement, c’est comme si tes démons pouvaient tenir compagnie aux miens.
J’avais cependant sous-estimé l’ampleur des tiens. 

Hugo, tu continues de vivre dans les souvenirs.
T’as tellement laissé ta marque que très souvent, on te cite, de choses que tu as dites, et même de choses que tu dirais. 

Parfois, dans des soirées, quelque chose se passe et quelqu’un dit : “Pelli dirait sûrement telle affaire.”
“C’est sur que Pelli dirait ça.”

Et on rit! On rit fort! T’es plus là et tu nous fais encore rire. 

Ce que t’as été est tellement fort, que même quand l’acteur n’est plus là, le personnage fait encore partie de la pièce. 

J’aimerais tellement ne pas écrire ce texte.
J’aimerais être au chalet, jouer à Risk avec toi, Ben et Yann, et te bombarder mon affection en personne. 

Te dire comment je t’aime, en te serrant dans mes bras.
Je rêve que mes propos et mon amitié puissent être un pare-chocs sur ton cœur. Geler ta détresse, quelle qu’elle soit. 

Réussir à te faire croire que t’es pas seul, qu’il existe une solution. 

Je dis moi, mais je veux dire nous. Daph, tes amis, ta famille, tous ceux autour de toi. 

Hugo. Je payerais très cher mon ami pour ramener ici bas ton gros chest réconfortant. Et prendre une accolade de plus. Je payerais cher en esti pour une accolade de plus. 

Hugo. Je t’aime. 

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de prévention du suicide.
Moi, j’ai perdu un ami. Et je ferais beaucoup, beaucoup pour éviter ça.

Si t’as de la détresse. Si t’as un check engine sur le cœur. Si t’es pas bien. Si tu avances dans le brouillard depuis un bout de temps. 

Appelle quelqu’un. Donne-toi la chance d’être aidé. Je t’en supplie, joue à la loterie que ça peut s’arranger. 

Je sais que c’est difficile. Mais j’ai juste envie de te dire qu’il reste du beau sur ta route. 

Alex xx»

Sa publication a rapidement trouvé écho auprès des internautes, puisqu'au moment de mettre en ligne, pas moins de 7000 personnes avaient appuyé sur le bouton J'aime.

Un très beau geste de la part de l'humoriste.

Si vous ou un de vos proches êtes en détresse, vous pouvez communiquer en tout temps avec un intervenant professionnel habitué à parler ouvertement du suicide :    

  • Par le service d’intervention par clavardage offert sur ordinateur au suicide.ca ou en téléchargeant gratuitement l’application pour appareil mobile Mes outils    
  • Par téléphone au 1 866 APPELLE (277-3553)        

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus