Plusieurs nouveaux personnages franchiront les portes de l’urgence dans STAT | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Plusieurs nouveaux personnages franchiront les portes de l’urgence dans STAT

Image principale de l'article  Ils franchiront les portes de l’urgence
Karl Jessy

Le personnel de l’hôpital Saint-Vincent de Montréal est malmené. Ébranlée par le retour de son père, Emmanuelle donne toujours le meilleur d’elle-même pour sauver ses patients. Elle espère en outre obtenir des réponses au sujet de son fils et éclaircir les circonstances entourant la mort de François.

• À lire aussi: Une finale inquiétante pour ce personnage adoré du public dans STAT

• À lire aussi: Ce comédien incarnera le nouveau médecin dans STAT, et ça risque de faire des vagues

Dans la quotidienne signée Marie-Andrée Labbé, on constate que, derrière les professionnels ayant pour mission de sauver des vies, il y a des êtres humains avec leurs forces et leurs fragilités. Le destin d’Emmanuelle St-Cyr (Suzanne Clément) reste au coeur des intrigues. «Le dernier épisode de l’automne se termine par un événement majeur, et les téléspectateurs auront hâte que la saison d’hiver commence. Certains personnages apprendront de bonnes nouvelles, et d’autres, de moins bonnes. Même si la série s’annonce assez dramatique, j’aime mélanger le rire et les larmes. Je vais continuer à le faire», mentionne l’autrice.

• À lire aussi: La performance crève-cœur de Suzanne Clément dans STAT chavire les téléspectateurs

Karl Jessy

De nombreuses questions

Depuis le début de la saison, Emmanuelle reçoit des lettres qu’elle met de côté sans les lire. Elles proviennent de Jacques (Raymond Cloutier), le père d’Emmanuelle et de Pascal (Normand D’Amour). Ceux-ci avaient coupé les ponts avec lui. Pascal est d’ailleurs furieux que sa sœur l’ait en quelque sorte forcé à reprendre contact avec cet homme. «Jacques a plus d’un tour dans son sac. Afin de ne pas tomber dans l’oubli, il a trouvé une façon d’obliger ses enfants à le revoir. Il s’agit clairement de manipulation, mais Jacques est très malade. Emmanuelle et Pascal devraient-ils lui pardonner et l’accompagner dans sa maladie? L’urgentologue et son frère se poseront cette question», affirme Marie-Andrée Labbé. 

Si Jacques impose sa présence, ce qui irrite sa fille, Emmanuelle a très envie de revoir son fils, Jérémie, qui reste toujours aussi distant. L’urgentologue a beaucoup de mal à accepter son absence. La relation entre la mère et le fils sera une des intrigues à suivre cet hiver. Quelles sont les raisons qui ont poussé le jeune homme à quitter la maison et à couper les ponts avec sa mère? Est-ce lié à la mort de François (Daniel Parent), un autre sujet sensible pour Emmanuelle? Il est évident que Julie Faubert (Isabelle Brouillette) en sait plus qu’elle ne le dit au sujet de ce drame. Se décidera-t-elle à révéler la vérité à la veuve de François? 

Karl Jessy

De l’action à l’urgence

Éric, Isabelle et Philippe (Stéphane Rousseau, Geneviève Schmidt et Patrick Labbé) sont plus précieux que jamais pour Emmanuelle. Ils pourraient à leur tour avoir besoin d’une oreille compatissante. Philippe, par exemple, doit faire un choix important, car Delphine (Virginie Ranger-Beauregard) fait pression sur lui pour qu’ils aient un enfant. La saison d’hiver réserve au couple autant de joies que de peines. Les quatre amis et leurs collègues devront par ailleurs soigner de nouveaux patients. La question de l’aide médicale à mourir et un cas de rage, entre autres, les occuperont. Plusieurs nouveaux personnages franchiront les portes de l’urgence de l’hôpital Saint-Vincent, notamment Gabriel Lemaire (Jean-Nicolas Verreault). Ce médecin, qui travaille aux soins intensifs, est un bon ami de Pascal. «Il rentre d’un voyage humanitaire et brassera les cartes», révèle Marie-Andrée Labbé.    

Karl Jessy

Un bon encadrement

Travailler avec Fabienne Larouche et Michel Trudeau, qu’elle connaît déjà très bien, a mis Marie-Andrée Labbé en confiance. Elle compte aussi sur la collaboration de Judith Lussier, sa conjointe, une journaliste de formation. «Judith est une excellente alliée! Elle est la première à lire les textes, y compris les dernières versions. C’est aussi la courroie de transmission entre moi et les médecins qui travaillent avec nous sur la série. Elle collabore aux textes et à la recherche. Écrire une quotidienne est un défi, mais grâce aux gens autour de moi, tout se passe bien», souligne Marie-Andrée Labbé. 

Un mot de l’autrice

Marie-Andrée Labbé est bien connue dans le milieu de l’écriture, surtout en comédie. Elle nous a offert les séries Trop et Sans rendez-vous, deux succès populaires. «Avec STAT, j’expérimente une nouvelle forme d’écriture, très différente de la comédie. Il faut penser aux rebondissements, aux intrigues, et envisager ce qui vient à plus long terme. Parfois, j’aime produire un revirement auquel personne ne s’attend; à d’autres moments, je vais là où je sais que tout le monde a envie d’aller. Écrire une quotidienne est un défi que j’avais envie de relever et qui me plaît beaucoup, d’autant plus que je suis très bien entourée.» 

• À lire aussi: Un cas extrême sème l’émoi à l’hôpital lors de la dernière semaine avant la pause des Fêtes dans STAT

À VOIR AUSSI: Les 10 meilleures séries médicales québécoises:

s



 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus