Tout ce qu’il y a à savoir sur Julie Renault, «la nouvelle Kim» de 5e rang | 7 Jours
/magazines/7jours

Tout ce qu’il y a à savoir sur Julie Renault, «la nouvelle Kim» de 5e rang

Image principale de l'article Tout ce qu’il y a à savoir sur Julie Renault
Photo : BERTRAND CALMEAU

Les adeptes de séries télévisées ne connaissent pas encore la comédienne Julie Renault, mais ils la découvriront petit à petit, puisque c’est elle qui incarne désormais le personnage de Kim dans 5e rang, autrefois joué par Catherine Brunet. Il s’agit de son tout premier rôle à la télévision.

• À lire aussi:
5e rang: Frédéric Millaire Zouvi révèle que son personnage va tomber en amour

• À lire aussi:
Tout ce qu’il y a à savoir sur Solène, le nouveau personnage intrigant de 5e rang

Julie, quelle a été ta réaction quand on t’a demandé de remplacer Catherine Brunet dans son rôle?
Au départ, il ya eu des auditions. J’ai fait la première sans me créer d’attentes, et on m’a rappelée pour une deuxième audition. J’ai réalisé que c’était sérieux et, cette fois, Maude Guérin, Marie-Ève Milot et Maxime de Cotret étaient présents, ainsi que la réalisatrice Myriam Verreault. Je me suis dit que c’était une belle gang, j’avais tellement envie de jouer avec eux! Puis, à mon grand plaisir, on m’a annoncé que j’avais obtenu le rôle. J’étais super contente, et j’avais conscience que ça venait quand même avec une pression et une certaine responsabilité, en ce sens que je prenais la relève de Catherine. C’est une adaptation pour l’équipe et les téléspectateurs, parce qu’ils se sont attachés au personnage de Kim, et ils devront s’adapter à «la nouvelle Kim».      

Étais-tu une fidèle de 5e rang avant de passer l’audition?
Je n’écoutais pas la série, mais je me disais tout le temps que je devrais le faire parce que l’aspect région me parlait beaucoup. J’ai grandi dans le bois en Abitibi; c’était donc une réalité qui me parlait. J’ai fait un marathon de 5e rang, j’ai écouté tous les épisodes, et j’ai pu parler à Catherine et à la réalisatrice pour avoir un bon portrait du personnage. Catherine a été super fine, c’est une fille que j’admire beaucoup, je la trouve super talentueuse et j’ai réalisé que j’allais chausser les bottes d’une grande actrice. En même temps, il fallait que je m’inspire de ce qui avait été fait, mais il ne fallait pas que je copie. J’ai joué Kim à ma façon, telle qu’elle résonnait en moi, et j’ai essayé de rendre honneur à ce que Catherine avait créé. 

Photo : Patrick Seguin © 2021


• À lire aussi: Catherine Brunet explique les vraies raisons de son départ de 5e rang

• À lire aussi: Gildor Roy et Catherine Brunet en vedette dans une nouvelle série

C’était ton premier tournage pour un rôle à la télé. Comment cela s’est-il passé?
C’est en mars que j’ai commencé à tourner, et ils ont été gentils parce qu’au début, je n’avais que de petites journées avec quelques répliques pour que je m’habitue. J’étais nerveuse lors des premiers jours de tournage, j’étais entourée de comédiens que j’aimais beaucoup et il y avait beaucoup d’apprentissages à faire, entre autres, sur le plan technique. Rapidement, j’ai eu de grosses journées de tournage et je dois dire que ç’a été une initiation que j’ai aimée.

Il a fallu, j’imagine, que tu mettes ta propre couleur dans le personnage...
Quand j’ai commencé, je me comparais un peu à ce que faisait Catherine. À un moment donné, je me suis dit: «Soit tu continues de te comparer et tu es stressée, soit tu t’amuses.» J’ai choisi la seconde option, et l’équipe m’a accueillie à bras ouverts. Tout le monde me donnait des conseils qui m’ont été très utiles, alors la transition s’est bien faite au sein de l’équipe. J’ai senti que tout le monde était avec moi. On a tourné au printemps et cet été, et les tournages vont reprendre cet automne.

Est-ce que Kim vivra beaucoup de choses au cours de cette nouvelle saison?
Kim déménage à Victoriaville, et on a appris à la fin de la saison dernière que le père de sa fille est Réginald. Elle va avoir un questionnement, à savoir si elle va finalement rester ou partir. Elle aura aussi de l’adaptation à faire, puisqu’il y a un nouveau parent dans son quotidien auprès de sa fille.

Quel genre de relation as-tu eue avec Maude Guérin, qui joue ta mère dans 5e rang?
Je ne l’avais jamais rencontrée et j’ai eu un coup de foudre pour cette femme-là. Je l’admire depuis longtemps à titre de comédienne, je l’avais vue dans un spectacle quand j’étais au cégep et je l’avais trouvée extraordinaire. J’étais super contente quand j’ai su que j’allais jouer avec elle, et elle a été vraiment gentille avec moi. C’est une femme en tous points merveilleuse, je n’ai que de bons mots à dire à son sujet. Elle m’a un peu prise sous son aile; elle me donnait des conseils et elle a été très généreuse. 

Photo : Patrick Seguin


• À lire aussi: Un rôle inattendu pour Julien Hurteau dans 5e rang

On sait peu de choses à ton sujet. Qu’as-tu fait auparavant?
Quand je suis sortie de l’école, j’ai joué dans le film La petite reine, qui mettait en vedette Laurence Leboeuf et Patrice Robitaille. J’étais l’une des filles de l’équipe de vélo; on ne me voyait pas beaucoup. Sinon, j’ai fait beaucoup de théâtre et je suis aussi marionnettiste. Je suis également autrice de théâtre, j’ai écrit et produit des spectacles, et j’ai fait beaucoup de tournées. J’ai joué à plusieurs reprises en Abitibi, et j’ai travaillé à Montréal, où j’ai habité au cours des 10 dernières années. Finalement, j’ai fait beaucoup d’allers-retours entre Rouyn-Noranda et Montréal. Je suis restée très attachée à ma région. C’est une communauté vraiment l’fun. Ma famille est là, j’y ai beaucoup d’amis et la vie artistique est super stimulante. Mes racines sont là, mais je travaille principalement à Montréal. 

Est-il plus difficile de réussir dans ce milieu lorsqu’on habite en Abitibi?
Oui, parce qu’on est vraiment loin. On ne peut pas voir autant de spectacles qu’on le voudrait, on n’a pas les mêmes opportunités, en fait. Mais mes parents ont toujours été derrière moi, ils m’ont toujours encouragée. Je suis chanceuse, ils ont fait des heures de route pour venir voir mes spectacles, ils m’ont aidée à déménager. 

Tu as une compagnie de théâtre...
En fait, j’avais créé une petite compagnie à projets qui s’appelait le Théâtre en Quec’Part. On a produit, entre autres, un show qui s’appelait Starshit, on avait gagné un prix au Théâtre d’Aujourd’hui. Puis, avec la pandémie, tous mes spectacles étaient sur pause pour une période indéterminée, et j’avais envie de me rapprocher de la nature et de ma famille. Il y a un poste qui s’est ouvert au Théâtre du Tandem à Rouyn-Noranda, je l’ai eu et j’en suis devenue la directrice artistique, ce qui m’a amenée à déménager là-bas. Et finalement, 5e rang s’est présentée dans ma vie. 

Photo : Patrick Seguin


• À lire aussi: La fabuleuse histoire d’amour de Charles et Marie-Luce dans 5e Rang

As-tu l’impression que ce rôle de Kim pourrait en quelque sorte lancer ta carrière de comédienne à la télé?
Honnêtement, je suis super fière de la carrière que j’ai menée au cours des 10 dernières années et j’étais comblée. 5e rang, c’est nouveau pour moi, j’ai apprivoisé le tout, je trouve ça vraiment super cool, mais je n’ai pas d’attentes. Le plus important dans ce que je fais est de savoir si le projet est l’fun. J’aime avoir des projets créatifs dans lesquels je me sens bien. Pour la suite des choses à la télé, je me dis qu’il arrivera ce qu’il arrivera.

Tu parlais de tes parents, qui t’ont toujours encouragée. J’imagine qu’ils doivent être excités que tu fasses tes débuts à la télé...
Oui, ils sont très contents. Ils ont toujours été fiers de moi. Ils ont hâte de me voir dans 5e rang, comme bien d’autres personnes autour de moi qui écoutent la série.

Comptes-tu éventuellement retourner à ton métier de marionnettiste?
Oui, je vais en refaire. Quand j’ai fait l’École de théâtre, j’ai eu un petit cours de marionnettes, et après avoir terminé mes trois ans d’études, j’ai été engagée par le Théâtre du Sous-Marin Jaune. On avait monté Guerre et paix, de Tolstoï. C’était quelque chose! On l’a présentée en tournée durant trois ans et on est même allés en France. C’était vraiment un beau projet. Je continue aussi de faire des spectacles pour les petits et j’adore ça.      

5e rang, mardi 21 h, à Radio-Canada.
Pour en savoir plus sur le Théâtre du Tandem: theatretandem.com.

À VOIR AUSSI: L'ÉVOLUTION DES COMÉDIENS DE 5E RANG 

s


 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus