Debbie Lynch-White célèbre la remise de son mémoire de maîtrise avec un message inspirant | 7 Jours
/magazines/7jours

Debbie Lynch-White célèbre la remise de son mémoire de maîtrise avec un message inspirant

Après quatre années de dur labeur, la comédienne a terminé et remis son mémoire de maîtrise.

• À lire aussi: Le sort d’Anémone révélé dans Une autre histoire

• À lire aussi: Debbie Lynch-White répond à un commentaire haineux avec beaucoup d'aplomb, et c'est excellent

Debbie a entrepris, il y a quatre ans de cela, une maîtrise en théâtre à temps partiel. Elle divisait son horaire entre les tournages et cet ambitieux projet, qui l'a poussée à se remettre en question au courant des périodes plus difficiles.  

Voilà qu'elle dépose aujourd'hui son mémoire de maîtrise, ce qui conclut cette belle aventure pour l'interprète de la Bolduc.

Sur ses réseaux sociaux, la comédienne a souligné cette importante étape dans sa vie en publiant un beau texte de remerciements à ses proches, qui témoigne également de ses motivations et de ses remises en question durant la rédaction de son mémoire.

Ce dernier compte pas moins de 231 pages et porte sur le silence dans le domaine théâtral. 

• À lire aussi: Debbie Lynch-White revient avec émotion sur sa série Histoires de coming out

Voici son message intégral.

«Il y a 4 ans, dans une période creuse de travail après le tournage de La Bolduc, j’ai décidé de me lancer. J’ai toujours aimé l’école, pis surtout le théâtre. Comme c’est pas dans ma nature de rester en place ben longtemps ou d’attendre qu’on m’appelle, puis inspirée par mon ami @jiefguilbo qui venait de la traverser, j’ai décidé de commencer une maîtrise en théâtre à temps partiel. Mon sujet: le silence. Ironique quand tu le sais que la yeule m’arrête jamais...!

Je vous mentirais de dire que ça a pas été intense et confrontant souvent. Que j’en ai pas braillé une shot pensant que j’y arriverais jamais. Que ma blonde @gallant_ma12 était pas écœurée par bouttes de mes états d’âme de fille qui analyse toute pis trop pour rien. Que je me suis jamais sentie imposteur à pas toujours comprendre ce que je faisais là. Que j’étais pas gênée en dedans quand tout le monde, à la première session, a fait sa carte conceptuelle de méthodologie numériquement avec des animations high tech pis des graphiques alors que moi, j’ai fait mon oral avec ma carte en papier de construction de différentes couleurs collée au tableau derrière moi. Mais à travers ça, je me suis découvert, j’ai précisé ma pensée, qui je suis comme artiste et, surtout, j’ai jamais arrêté de l’aimer le silence dans ma job et comme spectatrice.

Ce long préambule simplement pour remercier une trâlée de monde sans qui ces 231 pages que je viens officiellement de déposer ce matin seraient nettement moins pertinentes. Je les nomme toutes et tous sur la publication de ma page FB! Ça rentrait pas ici! 😬

Merci à ma femme formidable évidemment, qui, dans les moments où je voulais toute crisser là, me disait avec son calme désarmant : tsé, Deb, quand je parle de toi, je suis vraiment fière de dire que tu fais une maîtrise. Cette phrase qui faisait que je me retroussais les manches.

Morale de tout ça:
1. J’arrive pas encore à croire que j’ai fait 231 pages sur le silence.
2. Les fois où vous croyez que vous serez pas capable, pensez à moi pis à ma carte en papier de construction devant 15 intellectuels!
3. Cherchez-moi pas à soir, je vais être gorlotte!
💪🎉🍾🥂💃»

On la félicite pour le bel accomplissement!

À VOIR AUSSI: 41 vedettes québécoises adeptes de sport  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus