Rita Baga transforme ses rêves en réalité | 7 Jours
/magazines/7jours

Rita Baga transforme ses rêves en réalité

Image principale de l'article Rita Baga transforme ses rêves en réalité
Photo : Eric Carrière

Après ses passages à Canada’s Drag Race et à Big Brother Célébrités, Rita Baga a vu sa popularité exploser! Elle multiplie les apparitions à la télévision en plus de faire de la radio, et elle fait actuellement une tournée de spectacles à travers le Québec. Derrière le maquillage de l’attachante drag queen se cache Jean-François Guevremont, un artiste pluridisciplinaire qui transforme ses rêves en réalité.

• À lire aussi: Jean-François Guevremont, alias Rita Baga, présente son amoureux

• À lire aussi: Vous devez absolument voir l'incroyable transformation de Pier-Luc Funk en drag queen


Rita, comment vis-tu le fort engouement que tu suscites?
Tout ce qui m’arrive semble soudain, mais ça fait une quinzaine d’années que j’évolue sur la scène artistique en tant que drag queen. J’ai tranquillement placé mes pions, et j’ai bien l’impression que je récolte aujourd’hui les fruits de mon travail acharné. D’ailleurs, lors de mes toutes premières entrevues dans les magazines, je voyais déjà Rita Baga faire de la radio, de la télévision et une tournée à travers le Québec, rien de moins! 

Et c’est exactement ce qui se passe pour toi présentement.
Absolument! Ça peut paraître un peu ésotérique, mais je crois sincèrement que, lorsqu’on verbalise nos rêves haut et fort et qu’on travaille avec acharnement pour les réaliser, l’univers s’arrange pour que ça se produise. Dans mon cas, ce qui est un peu fou, c’est que tout ce que j’ai lancé dans l’univers retombe en même temps! (rires)

Photo : Eric Carriere



À un point tel que tu te consacres uniquement à l’art de la drag maintenant, n’est-ce pas?
Effectivement. Pendant plusieurs années, j’ai cumulé deux emplois: directeur de la programmation pour le Festival fierté Montréal le jour et drag queen le soir. Il y a un an, j’ai quitté ce travail que j’adorais pour me concentrer uniquement sur Rita Baga. Le jour même où j’ai annoncé à mon équipe de rêve que je tirais ma révérence, j’ai eu un appel de mon gérant qui m’offrait de participer à Big Brother Célébrités. Comme si la vie me confirmait que j’avais eu raison de suivre mon instinct.

Depuis ta participation à l’émission, Rita Baga est plus populaire que jamais! Radio, télé, tournée... À quoi les gens peuvent-ils s’attendre de ton spectacle Créature?
À un véritable voyage dans le temps! Dans mon show, Rita Baga est une créature extraterrestre qui arrive sur Terre et visite différentes époques. Mon spectacle est un mélange de chansons, de lip sync, de numéros d’humour, d’imitations et de projections avec des costumes tous plus extravagants les uns que les autres! Ce qui me touche le plus, c’est de voir le public âgé de 7 à 90 ans dans la salle. Moi qui désirais démocratiser l’art de la drag, je pense bien humblement avoir accompli ma mission!

Tu produis toi-même le spectacle, n’est-ce pas?
En fait, je le coproduis avec mon amoureux, Yannick Brouillette. Lorsque je l’ai rencontré, il était directeur général de la Société de développement commercial du Village. Petit à petit, il s’est impliqué de manière informelle dans ma carrière, puis il a finalement quitté son emploi pour travailler à temps plein avec moi, au sein de la compagnie de production que nous avons fondée ensemble. 

Photo : Eric Carriere

Possède-t-il un côté artistique?
Yannick est plus cartésien que moi. Il s’occupe de l’administration de la tournée ainsi que des produits dérivés, mais il me donne aussi un coup de main sur scène. Dans le spectacle Créature, je réalise huit changements de costumes, chaque fois en 1 minute 25 secondes top chrono! Si Rita revient aussi vite sur scène avec une nouvelle tenue, c’est en partie grâce à Yannick, qui m’attend derrière des paravents avec mes robes, mes perruques, mes souliers et mes accessoires.

Rita Baga a donc trouvé son René Angélil?
C’est vrai que nous sommes une super équipe, Yannick et moi, puisque nous nous complétons à merveille. Travailler avec son chum ne va pas de soi: plusieurs couples qui s’entendent très bien au quotidien auraient de la difficulté à travailler ensemble. Mais à mon grand bonheur, ça fonctionne pour nous! 

Être seul sur scène représente-t-il un certain défi?
Oui, mais je crois que toutes les années passées à me produire dans les cabarets comme Chez Mado m’ont préparé à ce qui m’arrive présentement. Cela dit, j’ai un mode de vie plus sain qu’à l’époque où Rita Baga exerçait son art dans les bars. J’ai moins d’occasions de boire de l’alcool, je me couche plus tôt et je suis plus en forme que jamais!

Comment vois-tu l’arrivée d’autres drag queens sur la scène culturelle québécoise?
Je pense qu’il y a de la place pour toutes les drag queens, puisque nous avons toutes des styles différents. Prenons par exemple Mona de Grenoble, qui participe à la compétition Le prochain stand-up. Elle et moi avons un style d’humour et un esthétisme complètement différents. Dans le milieu de la drag, j’ai toujours eu une attitude rassembleuse, en organisant des galas annuels ou encore des concours de drag. Nous sommes une communauté tissée serrée. Le succès de l’une rejaillit sur les autres.

La plupart des drag queens sont réservées dans la vie et extravagantes sur scène. Est-ce ton cas?
Lorsque je ne suis pas en drag, je suis de nature réservée. Je préfère rester tranquille à la maison, à regarder des séries télé avec mon chum. Dans les événements, je ne prends pas toute la place. Je suis sociable, mais j’aime mieux les conversations seul à seul qu’être le centre de l’attention. Rita Baga est tellement exubérante que Jean-François compense en étant plus introverti, et je trouve un certain équilibre entre les deux.

Y a-t-il des choses que tu ferais en drag et non en Jean-François?
Bien sûr! Donner une conférence devant 50 personnes en Jean-François, ça me terrorise. Mais faire un show devant 22 000 personnes en Rita Baga: aucun problème! Le pouvoir de la drag, c’est fascinant! (rires) Cela dit, à force de repousser mes limites avec mon personnage de drag, je prends de plus en plus confiance en moi-même. 

Il y a quelques années, tu as lancé dans l’univers que tu désirais faire de la radio, de la télévision et une tournée de spectacles. Maintenant que ces souhaits sont réalisés, de quoi rêves-tu?
Ces derniers mois, en plus de réaliser mes rêves, on m’a présenté des projets que je croyais inaccessibles. Alors, pourquoi ne pas rêver encore plus fort? J’écris à temps perdu, et qui sait où ça pourrait me mener... Je travaille aussi sur un album avec Maxime Landry, que j’ai connu à Big Brother Célébrités. Pour l’instant, mon amoureux, Yannick, et moi produisons uniquement le show de Rita Baga, mais d’autres artistes pourraient s’ajouter... Bref, ce ne sont pas les projets qui manquent! 


Le spectacle Créature est en tournée à travers le Québec: ritabaga.ca.
Qui sait chanter?, lundi 20 h, à Noovo. La drag en moi, à voir en 2022, sur Crave.


À VOIR AUSSI: 14 vedettes québécoises qui demeurent sur la Rive-Nord de Montréal  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus