Jean-François Guevremont, alias Rita Baga, présente son amoureux | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Jean-François Guevremont, alias Rita Baga, présente son amoureux

Image principale de l'article Jean-François Guevremont présente son amoureux
Photo : Dominic Gouin

Jean-François Guevremont, alias Rita Baga, nous présente Yannick Brouillette, qui est non seulement l’homme qui partage sa vie, mais également son partenaire d’affaires, puisqu’ils sont coproducteurs de Créature, présentement en tournée à travers le Québec. Rencontre avec deux complices hyper attachants.

• À lire aussi:
Bianca Gervais réalise un premier documentaire

• À lire aussi: Histoires de coming out | Une démarche qui change une vie

Jean-François et Yannick, comment vous êtes-vous rencontrés?

Jean-François:
Rita Baga figurait parmi les invités de la première édition du Festival Fierté Val-d’Or. Et qui était l’invité d’honneur du brunch de clôture? Le directeur général de la Société de développement commercial du Village, un certain Yannick Brouillette!
Yannick: Comme je viens de Val-d’Or, je trouvais ça important de participer à cet événement. Quand j’ai fait mon coming out, à 16 ans, les notions de diversité sexuelle et de genre n’étaient pas très présentes dans les conversations en Abitibi.

Connaissiez-vous Rita Baga?
Y.: Le personnage de drag-queen, oui, mais pas celui qui se cachait sous les costumes. Durant le brunch, Rita Baga a chanté Imagine de John Lennon, et j’ai été charmé par sa voix. Après, je suis allé jaser avec lui pendant qu’il se démaquillait. C’est là que j’ai découvert Jean-François pour la première fois.

Avez-vous immédiatement commencé à vous fréquenter?
J.-F.:
Yannick était un célibataire endurci et il n’avait aucun désir d’être en couple. C’était la même chose de mon côté, puisque je sortais tout juste d’une longue relation. Notre rencontre nous a tous les deux pris par surprise.
Y.: J’étais un peu plus réticent à tomber en amour, mais il a bien fallu que je me rende à l’évidence: nous étions faits l’un pour l’autre.

Lorsque vous avez publié une première photo de vous deux sur Instagram, la toile s’est immédiatement enflammée!
J.-F.:
Nous étions en vacances à Whistler et nous avons publié une photo, juste pour faire un coucou aux gens. Le lendemain, cette photo était reprise sur plusieurs sites Internet. Moi qui suis assez discret, je ne m’attendais pas à cet engouement pour mes amours!
Y.: J’ai souvent eu à accorder des entrevues. Donc, je suis assez à l’aise sur le plan médiatique. Mais c’est tout de même particulier de faire parler de moi, non pas pour mes projets, mais parce que je suis le chum de Rita Baga!

Vous êtes aussi partenaires en affaires, puisque vous avez fondé une compagnie de production ensemble. Quand avez-vous pris cette décision?
Y.:
Au départ, c’était plutôt informel. Comme j’évolue dans le milieu de la gestion depuis plusieurs années, je donnais un coup de main à Jean-François pour certains projets. Mais la décision de fonder une entreprise ensemble s’est prise lors d’un voyage à Las Vegas, en janvier 2020.
J.-F.: Avant même que je participe à Canada’s Drag Race et Big Brother, nous avions de grands rêves pour Rita Baga. Grâce à ces téléréalités, la popularité de mon personnage a explosé, et nos projets sont passés à la vitesse grand V! Yannick a quitté son emploi pour se concentrer à 100 % sur notre projet commun. 

Ce ne sont pas tous les couples qui peuvent travailler ensemble. Quel est votre secret?
Y.:
Je crois qu’il faut avoir des rêves communs tout en gardant nos sphères de compétences. Nos forces sont différentes mais complémentaires. Nous passons énormément de temps ensemble sans être fusionnels, on travaille aussi bien côte à côte que chacun de notre côté.

Il paraît que Rita Baga a un petit côté «germaine» assumé!
(Jean-François et Yannick éclatent de rire.)
Y.: Jean-François enfile les talons hauts de Rita Baga depuis 15 ans, alors c’est normal qu’il ait un peu de mal à déléguer. (Il se retourne vers son amoureux.) Mais tu fais preuve d’une belle ouverture, tu demandes conseil... Bref, tu n’es pas une louve solitaire!
J.-F.: En fait, j’aime avoir le contrôle sur ce que je connais: la direction artistique et la négociation de contrat, puisque j’ai été directeur de la programmation de Fierté Montréal durant sept ans. Mais en ce qui a trait à l’administration, les paiements de taxes, etc., je n’ai aucun problème à déléguer parce que j’haïs ça! (rires)

Est-ce dur de séparer vie personnelle et vie professionnelle?
J.-F.:
Ce n’est pas évident en ce moment avec un projet comme ma tournée Créature à travers le Québec. Mais on travaille tranquillement là-dessus!
Y.: Quand Jean-François passe une journée en tournage et que je travaille sur les produits dérivés de Rita Baga, par exemple, j’ai hâte de lui montrer les maquettes et les échantillons à son retour à la maison. C’est dur de ne pas parler travail le soir, autour d’un verre de vin.
J.-F.: Un jour, on va s’organiser des meetings le matin, pour pouvoir décrocher le soir.

Et justement, qu’est-ce qui vous fait décrocher?
Y.:
Les voyages. Nous évaluons la possibilité de partir durant le temps des fêtes. Sinon, aller voir des spectacles, regarder des séries télé... Contrairement à l’éclatée Rita Baga, nous sommes assez tranquilles au quotidien.
J.-F.: Vu les derniers mois, avec la pandémie, rattraper le temps perdu avec nos proches nous fait un bien énorme.

Photo : Patrick Seguin

Pour découvrir les dates de spectacle de Créature ou en savoir plus sur les projets de l’artiste, allez à ritabaga.ca. On peut également la suivre sur ses réseaux sociaux


À VOIR AUSSI: 9 idées de costumes d'Halloween dernière minute en lien avec vos émissions québécoises favorites

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus