La carrière parallèle de Rachid Badouri | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

La carrière parallèle de Rachid Badouri

Image principale de l'article La carrière parallèle de Rachid Badouri
Photo : Patrick Seguin

Après une importante remise en question et l'écriture d'un nouveau spectacle, Rachid Badouri est revenu métamorphosé sur le devant de la scène. L'homme de 44 ans est désormais plus serein et assumé, mais toujours aussi drôle. Comme il est actuellement dans l'impossibilité de se produire sur scène, comme tous ses confrères, c'est sur l'application Tiktok qu'il a trouvé un nouveau moyen pour s'exprimer.

• À lire aussi: L’idole de Mehdi Bousaidan

• À lire aussi: Rachid Badouri animera un spectacle pour venir en aide aux Banques alimentaires du Québec

Rachid Badouri a officiellement lancé son troisième spectacle, Les fleurs du tapis, en février dernier, quelques mois seulement avant la fermeture de toutes les salles de spectacle. Les critiques étaient élogieuses, mentionnant que l’humoriste n’avait rien perdu de sa verve et de son énergie, et le public semblait encore et toujours au rendez-vous.

Cet arrêt brutal de sa tournée a un peu ébranlé l’humoriste, qui se trouvait alors dans une phase de reconstruction. «J’ai réappris mon métier avec ce nouveau spectacle, a-t-il analysé en entrevue à Salut Bonjour. Je dois beaucoup à la nouvelle génération, avec qui j’ai énormément appris. Moi, j’ai été lancé sur scène rapidement, sans vraiment apprendre. Aujourd’hui, j’ai une opinion et j’ai des choses à dire. Je commençais à adorer ce vrai Rachid sur scène, un Rachid qui n’allait pas dans le superficiel, mais qui parlait de choses profondes tout en divertissant. Me réinventer durant la pandémie impliquait que je retourne parfois dans des choses plus faciles, mais il fallait le faire.»

STEVE MADDEN/AGENCE QMI



«J’ai fait pas mal de spectacles corporatifs en décembre dernier. Il y avait un besoin, et il fallait aussi que je gagne de l’argent. Je ne me sentais plus comme l’humoriste qui a eu des super critiques pour son spectacle, mais plutôt comme un G.O. du Club Med... Ça fait partie de la game.»

• À lire aussi: Rachid Badouri donne des bonnes nouvelles de sa famille après avoir inquiété ses fans

CHANGEMENTS DRACONIENS

Plusieurs changements se sont opérés dans la vie professionnelle et dans la vie personnelle de Rachid Badouri. Il y a d’abord eu une crise de la quarantaine, suivie d’une grave infection à la jambe qui aurait pu lui être fatale, du scandale Gilbert Rozon et de la crise à Juste pour rire, et enfin, de la perte de son gérant, impliqué dans une controverse entourant son église. Tous ces événements l’ont conduit à une prise de conscience plus vaste.

«Je n’étais pas bien avec ce que j’étais et ce que je devenais, confiait-il récemment au Journal de Montréal. Je me comportais comme un enfant-roi qui a obtenu du succès beaucoup trop rapidement et qui n’arrivait pas à bien gérer tout ça. Je ne saisissais pas tout ce qui se passait dans ma vie. Quand je paniquais, j’avais l’habitude de péter des crises à mon entourage immédiat, surtout à ma femme.»

Plutôt que de cacher cet aspect de sa personnalité, Rachid Badouri a choisi d’en parler ouvertement dans son nouveau spectacle. «J’avais besoin d’en parler, d’être honnête avec le public.» Il a visiblement eu raison, puisque le spectacle est un succès. Il a d’ailleurs hâte de remonter sur scène pour poursuivre sa tournée.

• À lire aussi: Rachid Badouri et sa famille traversent une douloureuse épreuve

PAUSE PANDÉMIE

Le confinement a toutefois mis à mal ses nouvelles résolutions. «J’étais dans un processus, tant personnellement que professionnellement; je découvrais un nouveau Rachid, a-t-il raconté à TVA. Mais la pandémie m’a déplacé ailleurs. J’ai recommencé à m’inquiéter pour des choses auxquelles je ne pensais plus. Je ne voulais pas, par exemple, perdre le fil sur les réseaux sociaux; l’orientation était ailleurs. J’avais commencé à ne plus voir la popularité et le succès comme un objectif, mais plutôt comme quelque chose qu’on gagne grâce au bon travail qui a été fait. Mais la pandémie m’a poussé à me poser mille questions.»

Néanmoins, il est conscient du chemin parcouru et de la direction qu’il ne doit plus prendre s’il veut être bien avec lui-même et avec les autres, notamment avec son entourage.

REDONNER AUX AUTRES

Rachid Badouri insiste beaucoup pour rendre hommage aux humoristes de la relève qui l’ont beaucoup aidé pour la création de son nouveau spectacle. «Je suis allé me casser la gueule dans tous les comedy clubs de Montréal, racontait l’humoriste de 44 ans au Journal de Montréal. Je passais souvent entre deux humoristes de la relève. Je n’ai jamais hésité à leur demander conseil, et ils étaient francs avec moi. Leur humour est aiguisé au couteau. Ils ont tous les médias à leur portée pour comprendre ce qu’il faut faire et ne pas faire. Ils ne veulent pas être connus, ils veulent être efficaces. Ils ont quelque chose à dire, ils ont une profondeur et ils sont autonomes.»

Dans un geste généreux, il a décidé de leur accorder une place de choix dans le gala ComediHa! qu’il animera le 22 janvier, un gala qui s’annonce ouvert à la diversité et à la relève, tout en accordant une grande place aux femmes humoristes. «J’essaie de donner le bon exemple et d’en faire beaucoup pour ceux qui suivent en arrière de moi. Redonner aux jeunes, c’est ça mon mandat en ce moment.»

UNE CARRIÈRE PARALLÈLE

Rachid Badouri mène une carrière parallèle sur la célèbre application TikTok. Il y compte 1,2 million d’abonnés et plus de 10,8 millions de J’aime. Il met en ligne des vidéos hilarantes dans lesquelles interviennent autant sa fille et sa femme que son père, Mohammed Badouri, qui a des répliques cinglantes et très drôles.

Photo : Valerie Blum / Echos Vedettes


Bien entendu, ça reste des numéros écrits et préparés. L’humoriste est très proche de sa famille, notamment de son père, dont il a toujours beaucoup parlé dans ses spectacles et en entrevue. «Chaque fois que je fais une vidéo avec lui, c’est compliqué, a-t-il expliqué à Gino Chouinard à Salut Bonjour. Juste me brancher sur Zoom avec mon père, ça prend 47 minutes. Je lui dis comment faire, mais c’est compliqué. Et ce qui est dur pour lui, c’est de ne pas sourire. Il a peur que les gens le trouvent bête, mais je lui explique que c’est ça, le personnage, que c’est ce que les gens aiment.»
 

Rachid Badouri anime un gala ComediHa! virtuel en direct (comediha.tv) le 22 janvier dès 20 h 30, avec une foule d’invités.

À VOIR AUSSI: 14 vedettes québécoises qui demeurent sur la Rive-Nord de Montréal 

s

À VOIR AUSSI: 36 personnages oubliés de l'émission culte Radio Enfer 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus