Myriam Leblanc raconte de quelle manière Marie-Thérèse Fortin a changé le cours de sa carrière | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Myriam Leblanc raconte de quelle manière Marie-Thérèse Fortin a changé le cours de sa carrière

Image principale de l'article Marie-Thérèse Fortin a changé sa carrière
Photo : Eric Carriere

Pour Myriam LeBlanc, il a suffi d’un simple coup de téléphone en l’an 2000 pour tracer sa destinée et lui redonner la confiance en elle qu’elle avait perdue. Au bout du fil, c’était Marie-Thérèse Fortin qui lui tendait la main. Sans le savoir, cette dernière allait guider la jeune comédienne vers la réalisation de ses rêves...

• À lire aussi:
Voyez les premières images de la nouvelle série «Les moments parfaits»

• À lire aussi:
Marie-Thérèse Fortin est en deuil de sa mère

Myriam, de tous ceux et celles qui ont croisé votre chemin, qui pourriez-vous considérer comme un ange qui a guidé votre destinée?
J’ai quelques noms en tête, mais il y en a un qui revient toujours: ç’a vraiment été Marie-Thérèse Fortin. C’est clair qu’étant l’actrice qu’elle est, elle a eu un impact sur moi, mais elle a aussi mis sur mon parcours des personnes clés qui m’ont aidée à tracer ma trajectoire. En fait, sans Marie-Thérèse sur ma route, je ne pense pas que je serais comédienne aujourd’hui et que j’aurais autant confiance en moi. Je le dis et j’en ai des frissons.      

Pourquoi a-t-elle été marquante pour vous?
Je vivais à Québec à l’époque et j’étais diplômée de l’école de théâtre. Ça faisait presque trois ans que j’avais terminé mes études et j’étais serveuse dans un restaurant. Il ne se passait rien côté carrière. Je ne passais aucune audition, je n’avais pas d’offre, alors je pensais à tout lâcher. 

Photo : Eric Carriere

Et qu’est-ce qui s’est passé pour que tout bascule?
Marie-Thérèse était une artiste très active à Québec et déjà très présente à la télé, car elle travaillait souvent à Montréal. Elle était aussi la directrice artistique du Trident, un important théâtre à Québec. Pour une fille comme moi, qui voulait tant devenir actrice, jouer sur la scène du Trident était un des rêves que je caressais.

La connaissiez-vous personnellement?
Très peu. Je la croisais parfois, sans plus. Mais je l’admirais grandement, car c’est une actrice extraordinaire qui a une force, une sensibilité et une intelligence remarquables quand elle joue. Je me disais que si un jour j’atteignais une fraction de son talent, alors j’aurais l’impression d’avoir réussi. Mais pendant trois ans, c’était le calme plat. En plus, j’étais déjà en couple avec mon chum (le comédien Stéphan Allard) qui, lui, travaillait énormément au théâtre. Je commençais à croire que mon rêve s’arrêtait là. 

Comment Marie-Thérèse a-t-elle été déterminante pour vous?
On m’avait enfin offert un mini rôle dans un spectacle. Même si c’était presque de la figuration, j’avais accepté. Au début de nos répétitions, j’ai reçu un appel de Marie-Thérèse Fortin elle-même. La seule audition que j’avais passée en trois ans avait été pour un spectacle au Trident, mais je n’avais pas décroché de rôle.

Étiez-vous surprise de son appel?
Un choc total! (rires) Elle m’explique qu’un spectacle doit débuter bientôt au Trident et que quelques rôles doivent être remplacés. Le nouveau texte choisi est Soudain, l’été dernier, de Tennessee Williams. C’est une pièce extraordinaire et la metteure en scène était nulle autre que Mme Françoise Faucher! Marie-Thérèse était convaincue que je pouvais jouer un des rôles importants. Elle a fini en me disant: «Myriam, il faut absolument que tu viennes auditionner, j’ai insisté auprès de Françoise pour qu’elle te voie.» 

Photo : Eric Carriere

Comment avez-vous réagi?
Je ne comprenais aucunement les mots qu’elle me disait, j’ignorais d’où ça venait, je n’y croyais pas et, encore aujourd’hui, quand j’y pense, j’en ai des frissons. (rires) Mais j’explique à Marie-Thérèse que je joue déjà dans un spectacle qui devait se produire en même temps, et elle m’a dit: «Myriam, si Mme Faucher te choisit pour cette pièce, je m’occupe du reste pour l’autre spectacle. Tu DOIS auditionner!»

Et vous l’avez écoutée?
C’est clair! Mme Faucher m’a choisie, et c’est grâce à ce rôle que ma carrière a pris son envol. J’ai même remporté un prix Révélation pour mon interprétation. En plus, à mon arrivée à Montréal, c’est Marie-Thérèse qui m’a mise en contact avec Hélène Mailloux, qui a été mon agente pendant 10 ans et qui a cru en moi. 

PIERRE-PAUL POULIN

Avez-vous eu, au fil des ans, l’occasion de lui dire ce qu’elle vous a apporté?
Très brièvement, je lui ai dit merci sur le plateau des Enfants de la télé où on était invitées à l’émission spéciale Ville de Québec, mais je n’ai jamais eu l’occasion de vraiment lui dire l’importance qu’elle a eue dans ma vie, et à quel point elle m’a influencée et guidée. Aujourd’hui, je sais que j’avance mieux parce que Marie-Thérèse Fortin a cru en moi et m’a tendu la main. (Myriam poursuit avec beaucoup d’émotion...) Alors, en toute humilité, je saisis l’occasion aujourd’hui pour lui exprimer ma gratitude et j’en suis très émue. 

Donc si Marie-Thérèse n’avait pas insisté...
Je ne serais pas allée auditionner pour Mme Faucher et j’aurais joué dans l’autre production. Marie-Thérèse a influencé beaucoup d’actrices, car elle est travaillante, cultivée, curieuse et elle a un talent fou. Sans oublier qu’elle a aussi fondé sa famille dans tout ça. Elle est une immense inspiration, je ne pense pas qu’elle s’imagine l’impact qu’elle peut avoir. Sans son appel et tout cet apprentissage avec Mme Faucher, ma trajectoire aurait été totalement différente. Et les rôles qui ont suivi, comme celui dans Apparences, où je jouais Manon, la jumelle de Nathalie (Geneviève Brouillette), tout ça n’aurait pas eu lieu. J’étais dans une phase de ma vie où devenir actrice, je n’y croyais plus vraiment. L’insistance de Marie-Thérèse m’a tellement redonné confiance en moi que ça a changé ma manière de me préparer, d’auditionner et aussi la façon dont je me suis présentée à Mme Faucher. En travaillant avec cette grande dame du théâtre, j’ai autant appris en deux mois que durant mes années au Conservatoire.

Photo : Bertrand Calmeau


Avez-vous déjà joué avec Marie-Thérèse?
Jamais, et c’est un drame dans ma vie! (rires) Sincèrement, j’ai confiance que ça arrivera un jour, car il y a des boucles qui doivent se boucler et, pour moi, c’est impossible de penser que je ne donnerai jamais la réplique à Marie-Thérèse.

La réaction de Marie-Thérèse
«J’ai vraiment l’impression d’avoir juste fait mon travail avec Myriam, je ne pouvais me douter que j’avais eu un impact comme ça. Que c’est touchant! Ça me fait vraiment plaisir de recevoir ce message, surtout qu’on travaille dans un milieu où c’est souvent chacun pour soi. J’ai eu la chance de travailler avec des metteurs en scène et des réalisateurs qui valorisaient le travail des autres, et j’ai vite compris qu’on gagnait tous à travailler ensemble et non pas en compétition. Tant mieux si à travers tout ça j’ai pu aider Myriam de quelque façon à ses débuts. Et moi aussi, j’aimerais vraiment jouer avec elle un jour et je sens que ça va se réaliser.»

Suivez Myriam dans Un lien familial, sur l’Extra de Tou.tv.
Marie-Thérèse joue dans Les moments parfaits, le mercredi à 20 h, à TVA, et Virage, même case horaire, sur Noovo.

À VOIR AUSSI: 42 comédiens qui ont déjà joué dans 30 vies  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus