Marcel Leboeuf réalise son rêve de toujours | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Marcel Leboeuf réalise son rêve de toujours

Image principale de l'article Marcel Leboeuf réalise son rêve de toujours
Photo : Bruno Petrozza

La pandémie a apporté son lot de désagréments aux acteurs, chanteurs, humoristes et compagnie. Certains en ont toutefois profité pour réaliser leur rêve. C’est le cas de Marcel Leboeuf.

• À lire aussi:
Marcel Leboeuf peut venir vous livrer des produits du terroir à la maison

• À lire aussi:
Lise Martin et Marcel Leboeuf: un projet commun qui leur tient à coeur

L’an dernier à pareille date, l’été de Marcel Leboeuf était planifié depuis un bon moment déjà. Le comédien allait, entre autres, monter sur les planches pour une série de représentations de la pièce de théâtre Toc Toc. Toutefois, la covid est venue brouiller les cartes. Les dates du spectacle ont été repoussées à 2021, et le comédien a dû se trouver autre chose à faire pour demeurer actif. 

À la fin de l’été 2020, une autre nouvelle allait encore changer la donne dans la vie professionnelle du comédien et conférencier. Il apprenait des producteurs de la pièce Toc Toc qu’il n’y aurait pas de représentations à l’été 2021. On lui a également glissé à l’oreille que plusieurs diffuseurs optaient plutôt pour des spectacles mettant en scène seulement un ou deux artistes.

«Un, c’était l’idéal, précise le comédien, qui a vu là une occasion. J’ai dit à mes producteurs, Mario Provencher et André Robitaille, que j’avais un rêve, celui de faire un jour un one man show. J’ai quand même pas mal roulé ma bosse en tant que conférencier et, on va se le dire, faire une conférence, c’est un one man show.» 

Les producteurs n’ont pas hésité longtemps et ont donné leur feu vert à la réalisation de ce rêve. Dans le temps de le dire, une salle de théâtre était réservée pour trois mois afin de travailler le spectacle. Luc Senay a accepté de faire la mise en scène et Frédéric Reddy, le frère de Francis, prenait en charge la composition de la musique. Le rêve de Marcel Leboeuf se concrétisait.

• À lire aussi: Marcel et Laurence Leboeuf sont en deuil

UN GROS VACCIN

Après avoir obtenu l’accord des producteurs, Marcel Leboeuf a très vite commencé à travailler sur son premier spectacle solo. Le travail d’équipe a porté fruit. Si bien qu’au début de décembre, le show était prêt. Ce spectacle a été présenté pour la première fois le 16 mars dernier, en Abitibi.

«Je pense que, sans m’en rendre compte, j’ai fait un show dans lequel il y a de l’espoir et de l’humanité, avec un gros sourire. C’est un gros vaccin avant le vaccin!» 

Il explique ensuite que l’expérience proposée se veut, entre autres, un grand moment de réflexion à voix haute sur des sujets comme la vie ou encore les hasards. 

Les gens y verront un amalgame de genres, comme les spectacles de Michel Barrette. «Je suis un pas pire conteur», confie d’ailleurs Marcel. Il promet également des moments qui ressemblent plus au théâtre qu’au stand-up. 

Et il chante. Quatre chansons originales sont au programme, ainsi que la reprise d’un titre de Fernandel. «C’est un mélange de toutes sortes d’affaires, mais ça donne la couleur Marcel Leboeuf.» 

LE TEMPS DES SUCRES

Au moment où on a échangé avec Marcel Leboeuf, à la fin du mois de mars, les érables du Québec sortaient de leur torpeur hivernale et commençaient à produire leur précieuse eau sucrée. 

Le comédien exploite une petite érablière sur ses terres en Montérégie. «J’ai 1000 entailles», précise-t-il, en ajoutant que ce n’est pas une cabane à sucre où des repas sont servis et que deux bons chums l’aident à faire les sucres. 

En ce qui a trait à la distribution et à la livraison des produits issus de ses érables et de ses vignes, c’est le comédien lui-même qui s’en charge (ledomainedecorrelieu.com).

L’été dernier, il nous avait d’ailleurs accordé une entrevue en lien avec ses activités en temps de pandémie. Il nous avait alors révélé qu’il travaillait fort à la livraison de ses produits. Il revient sur la situation: «Ça s’est bien passé. J’ai fait beaucoup de livraisons au cours de l’été et de l’automne. J’ai aussi eu un petit rush avant la période des fêtes.»

Il conclut en disant que ce travail lui permet de faire des choses qu’il affectionne. «Ça m’a gardé actif. J’aime être dehors et je réussis à vendre mes produits. C’est le fun en maudit!» 

Le spectacle Le curieux destin d’Marcel sera présenté au Théâtre Hector-Charland à L’Assomption du 2 au 17 juillet et à la Maison des arts à Drummondville du 30 juillet au 14 août.


À VOIR AUSSI:
La maison de Michèle Richard est remise en vente pour 875 000$

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus