Catherine De Sève s’ouvre sur la précieuse amitié qu’elle avait avec Rita Lafontaine | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Catherine De Sève s’ouvre sur la précieuse amitié qu’elle avait avec Rita Lafontaine

Image principale de l'article De touchantes confidences sur Rita Lafontaine

Elle a fait partie de l’imposante distribution de L’auberge du chien noir. Grâce à son expérience dans la populaire émission, Catherine De Sève a notamment pu développer des talents de chanteuse et, surtout, s’installer dans la vie.

• À lire aussi: Stéphane Rousseau s’ouvre sur son enfance difficile

• À lire aussi: Marie-Laurence Moreau s’ouvre sur l’intensité de son personnage dans STAT

• À lire aussi: Ludivine Reding dévoile un nouveau projet bien spécial

Elle a incarné Anaïs Provencher dans la populaire émission L’auberge du chien noir, qui a duré près de 15 ans sur les ondes de Radio-Canada. C’est le rôle le plus long de la carrière de Catherine. Elle a apprécié la stabilité que la série lui a procurée dans un métier qui en offre rarement. «Ça m’a permis de m’installer dans la vie, d’avoir un chalet, d’élever mes enfants... Effectivement, ç’a été une période de stabilité. Mais on ne savait pas que ça durerait près de 15 ans. On prenait ça à coups d’un an, donc l’insécurité était toujours là», admet-elle. Quoique... «Rita Lafontaine, qui faisait ma grand-mère et de qui j’étais très, très proche — je l’adore! —, elle faisait des cartes du ciel pour voir combien de temps ça allait durer et, dans la neuvième année, elle avait vu que ça durerait près de 15 ans. Alors, même si je n’avais pas un contrat à long terme, on dirait que j’avais cru Rita et que je savais qu’on durerait.» 

UNE GUIDE SPIRITUELLE

Catherine gardera à jamais Rita Lafontaine, qui nous a quittés en 2016, près de son cœur. «Rita, j’ai sa photo et je lui demande des choses. Elle compte parmi mes guides spirituels. Elle fait partie de ma vie. Elle avait une grande profondeur. On a beaucoup connecté spirituellement. On ne parlait pas vraiment de choses matérielles. Ce que j’appréciais, chez elle, c’était son expérience de vie, sa simplicité. On s’aimait beaucoup. On avait un sentiment de filiation, elle et moi.» 

A-t-elle conservé des amitiés de son passage à l’émission? «J’ai gardé un bon ami qui était technicien sur L’auberge... Et je suis restée en contact avec les membres de l’équipe. Je téléphone de temps en temps à Claude Prégent, qui jouait mon père, et à Sylvie Boucher. Et ça m’arrive de revoir Julie Daoust parce qu’on a des amis en commun. Mais mon cercle d’amis ne se limite pas à des acteurs.» 

• À lire aussi: Mathieu Gratton rend un poignant hommage à son fils Benjamin pour célébrer ses 21 ans

LA CHANTEUSE A ÉMERGÉ

Grâce aux volets musicaux de L’auberge du chien noir, Catherine a pu exploiter ses talents de chanteuse. «On m’a beaucoup fait chanter et, au fil des ans, j’ai pris énormément de confiance. J’ai toujours chanté et je chante encore beaucoup, mais avant L’auberge..., j’avais l’impression que je ne chantais pas bien. Alors ça m’a libérée et donné confiance. Et j’ai réalisé que c’était un cadeau de pouvoir chanter.» Aujourd’hui, la comédienne continue de prendre le chant au sérieux. «Je suis des cours avec madame Johanne Raby. Elle a enseigné à plein de chanteurs. Elle m’a fait découvrir que j’avais une voix d’opéra.» 

Photo : Eric Myre / TVA Publica

LE DÉBUT D’UNE CARRIÈRE AMÉRICAINE

Elle a une agente à Toronto et une carrière en anglais. «Pendant la dernière année de L’auberge..., je me suis mise à essayer de créer des ponts à Toronto. Pendant deux ans, j’ai fait des allers-retours pour auditionner. Tranquillement, j’ai commencé à me faire connaître des agents de casting.» Est-ce que le fait d’avoir joué dans la série à succès La servante écarlate lui a ouvert des portes aux États-Unis et à l’étranger? «Il n’y a pas eu d’explosion. Il n’y en a jamais dans ma vie. Mais j’ai tourné un film de Noël pour la chaîne de télé Lifetime. C’était la première fois que j’avais un plus gros rôle, je jouais une Américaine. Pour moi, ç’a été une grosse victoire.» Elle entend bien poursuivre sa carrière en sol américain! 

Et son fils Oscar Desgagnés, qui a amorcé une carrière d’acteur avec le film L’arracheuse de temps, aura peut-être lui aussi une carrière à l’étranger. En 2023, on le verra dans le film français Chien et chat aux côtés de Franck Dubosc et de l’ex de Stéphane Rousseau, Reem Kherici, qui réalise le long métrage en plus d’y jouer. «Ils sont venus tourner au Québec et ils ont choisi Oscar pour un petit rôle avec un accent anglais.» Et le jeune garçon tourne dans la quatrième saison de Plan B... «Et moi aussi! On joue dans la même série, mon fils et moi! C’est extraordinaire!» 

• À lire aussi: Catherine Renaud s’ouvre sur la pression de jouer dans une quotidienne comme Indéfendable

VOUS AIMEREZ AUSSI : 14 vedettes québécoises qui ont écrit des livres de cuisine :

s


Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus