Marilou explique pourquoi elle a décidé de séparer sa vie professionnelle de sa vie personnelle | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Marilou explique pourquoi elle a décidé de séparer sa vie professionnelle de sa vie personnelle

Image principale de l'article Séparer sa vie professionnelle et personnelle
Photo : Julien Faugere

Après avoir refusé de nombreux projets de télévision, Marilou est actuellement en tournage pour Trois fois par jour et vous, qui sera diffusée cet automne à TVA et à Zeste. Elle nous parle de ses motivations pour cette nouvelle émission, mais aussi de la croissance de son entrerpsie et de ses projets personnels.

• À lire aussi: Marilou fait le saut à la télé avec sa propre émission de cuisine

Il reste seulement quelques jours de tournage à la première saison de Trois fois par jour et vous, et Marilou est déjà très fière du résultat. «On dirait que ça fait mille ans que je travaille sur le projet mais, en même temps, c’est nouveau dans ma vie. Ce n’est rien de comparable avec ce que j’ai vécu depuis sept ans avec ma compagnie. J’ai toujours produit ce que je faisais, j’ai toujours été en contrôle à 100 %, mais là, c’est un projet commun avec Québecor et la maison de production Toast. Ce sont de gros joueurs avec lesquels je me marie en ce moment et, honnêtement, c’est juste du pur plaisir! On dirait que je comprends pourquoi j’ai refusé tous les autres projets de télé dans ma vie, parce qu’on dirait que c’était celui-là qui m’attendait.» 

Le plus important pour Marilou était de ne pas faire une simple émission de cuisine avec seulement des recettes. «J’ai souvent été sollicitée pour faire des émissions de cuisine, mais je répondais toujours qu’il existe une multitude de chefs — ce que je ne suis pas — qui sont mieux placés que moi pour montrer comment couper un oignon et faire des recettes intéressantes.» 

En plus, elle trouve que les recettes sont tellement devenues accessibles sur Internet qu’il n’est pas difficile de trouver du contenu culinaire de qualité. «J’avais envie de montrer toute la discussion qu’on a autour de la table. La nourriture devient souvent un prétexte pour parler de quelque chose ou approfondir un sujet en particulier. Le concept de mon émission se décline donc en 30 thématiques. À chaque épisode, je vais avoir un invité avec qui je vais cuisiner des recettes qui vont avoir un lien avec la thématique et, surtout, on va discuter et se questionner sur le sujet. C’est comme si on nourrissait autant le corps que la tête.» 

Photo : Julien Faugere

VISION D’ENSEMBLE
Les deux derniers mois ont été particulièrement chargés pour l’animatrice. Elle a dû mettre au point près de 90 nouvelles recettes avec son équipe, en plus d’organiser les tournages, et tout ça en s’occupant de sa petite famille. «C’était de grosses journées de tournage, mais sur seulement un peu plus d’une quinzaine de jours. En même temps, je me suis rendu compte de la richesse et de la chance que j’ai d’avoir un horaire adapté à ma famille toute l’année. Je ne cours pas le matin, je suis vraiment maître de ma vie et de mon horaire.» 

En plus de son émission de télé, Marilou continue de gérer le site Trois fois par jour ainsi que toutes ses déclinaisons. «Ma force dans la vie est d’avoir une vision et de la garder. Mais sincèrement, je ne travaille pas tant que ça. Mes filles arrivent à la garderie vers 9 h ou 10 h, et je vais les chercher vers 15 h ou 15 h 30. Par contre, c’est sûr que mon téléphone est toujours à côté de moi en cas de problème. Je n’ai jamais la tranquillité d’esprit, mais je suis souvent libre. J’ai heureusement des employés et des collègues de travail formidables qui prennent le projet à cœur, comme si c’était le leur. Une chose que la pandémie m’a apprise, c’est que le télétravail et la distance ne changent rien. Quand le cœur et l’implication sont là, on est capables de faire plein de belles choses.»

• À lire aussi: Marilou fait enfin son retour en musique et dévoile une nouvelle chanson

DÉVELOPPEMENT CONSTANT

L’entreprise Trois fois par jour est en constant développement, et Marilou y prend encore et toujours un plaisir incommensurable. «On a notre boutique en ligne avec nos produits québécois. C’est toujours en expansion, et on est constamment à la recherche de nouveaux articles. Chaque semaine, on a aussi quatre nouvelles recettes sur le site. On vient également de signer pour un cinquième livre avec mon éditeur, que j’adore. Ça n’arrête pas, on a toujours de nouveaux projets créatifs que j’aime.» 

Un des axes de développement est aussi le prêt-à-manger, qu’on trouve maintenant partout (IGA, Metro, Costco...). «La mission de Trois fois par jour a toujours été de transformer pour le mieux la relation que les gens ont avec la nourriture. Le prêt-à-manger peut donner accès à des produits sains, bons pour la santé, à ceux qui le veulent. Ce sont toutes des recettes qui prennent du temps à faire. Il est difficile, par exemple, de préparer un poulet au beurre un lundi soir, en rentrant du travail. On a donc pris les recettes les plus populaires du site, celles qui prennent beaucoup de temps à faire, et on les rend accessibles.» 

Les plats de Marilou sont d’ailleurs tous fabriqués au Québec avec des produits québécois. «La liste des ingrédients des plats est limitée: on compte souvent cinq ingrédients, et les recettes sont cuisinées comme si c’était fait à la maison. Je suis donc à l’aise de les mettre sur le marché.» Les plats sont faits à Montréal, en partenariat avec la marque Plaisirs Gastronomiques. 

Photo : Julien Faugere

VIE DE FAMILLE
Les deux filles de Marilou, Jeanne, cinq ans, et Rose, deux ans, grandissent, et toute la famille se porte à merveille. Toutefois, Marilou a décidé de ne plus parler aussi ouvertement qu’avant de sa vie personnelle. «Au début de la pandémie, j’ai pris la décision de limiter consciemment l’accès que les gens avaient à ma vie privée. Pendant un certain temps, j’avais l’impression que c’était ingrat de dire que je voulais être proche des gens si je ne leur donnais pas accès à mon cercle familial... Mais ma famille n’a pas choisi d’avoir une vie médiatique.» 

Étonnamment, depuis qu’elle a décidé de ne plus mélanger sa vie professionnelle et sa vie personnelle, notamment dans ses publications sur les réseaux sociaux, elle se sent beaucoup plus sereine. «Je ressens moins de pression, c’est comme une délivrance. Il y a beaucoup d’interprétation des gens. Quand tu t’exposes pour le travail, c’est une chose, mais te faire juger sur la manière dont tu élèves tes enfants, dont tu vis ta relation ou sur quoi que ce soit d’autre sur le plan personnel, je trouve ça difficile. Je veux maintenant juste faire rayonner mon art, qui se traduit par plein de choses. Je me sens beaucoup mieux ainsi.» 

RETOUR EN MUSIQUE
On sait que la musique est de retour dans la vie de Marilou depuis quelques années, et qu’elle occupe même de plus en plus de place dans son quotidien. «Je vais me pencher sur ce projet après la fin des tournages. Ça fait deux ans que j’écris, et je commence à avoir pas mal de chansons dans mon tiroir. J’ai envie de faire quelque chose avec ça, mais je ne sais pas encore quoi exactement. Je veux faire un premier pas et consacrer du temps à la musique. C’est comme si je me suis trouvée en tant que femme, et j’assume ce que je fais. J’ai pansé les blessures, et ça me fait du bien de m’exprimer en musique.» 

Pour connaître tous les développements de Trois fois par jour et découvrir les recettes et les nouveautés de l’entreprise, rendez-vous sur le site troisfoisparjour.com.

À VOIR AUSSI: 15 vedettes québécoises qui aiment s’adonner à la pêche

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus