Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant font des révélations surprenantes sur leur couple | 7 Jours
/magazines/7jours

Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant font des révélations surprenantes sur leur couple

Image principale de l'article Des révélations surprenantes sur leur couple
Photo : Julien Faugere

Réunis dans la nouvelle saison de L’Échappée, les deux partenaires et musiciens se connaissent certainement plus intimement que bien des collègues de plateau. Notre questionnaire prouve cependant que, même après des années de vie commune, on peut toujours avoir quelques surprises!

• À lire aussi:
Plein de nouveaux personnages dans «L’Échappée»

• À lire aussi:
Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant vont se produire en Belgique

Isabelle, crois-tu qu’enfant, Pierre-Luc était un petit ange ou un petit diable?
ISABELLE: Je dirais plutôt un petit ange. Ses frères étaient plus vieux et ils étaient de petits diables avec lui. Le pauvre, il a peut-être été un peu malmené!
PIERRE-LUC: C’est vrai que j’ai mangé plus de volées que j’en ai donné. Je n’étais pas un enfant docile, mais je n’étais pas difficile non plus. Disons que j’étais solitaire, alors je ne dérangeais pas grand monde.
 

Et Pierre-Luc, tu penses qu’Isabelle était une fille à papa ou une fille à maman?
P.-L.: Elle pense qu’elle est une fille à maman, mais moi, je dirais qu’elle est plus une fille à papa. (rires)
I.: Non, je pense que je suis une fille à papa. Il m’a beaucoup soutenue dans toutes mes activités parascolaires et tout ça. Il était très fan, très proactif. On faisait des expéditions avec lui et il venait voir nos pièces, à ma sœur et moi. Il filmait tout et a toujours été très encourageant.
 

À l’adolescence, ton chum était-il du type sociable ou du genre solitaire?
I.: Je crois qu’il était autant l’un que l’autre. Il était beaucoup dans la musique et c’est quelque chose qu’on peut apprécier en solitaire autant qu’en groupe.
P.-L.: J’étais plutôt sociable, en fait. Je n’avais pas d’ennemi et quand je sortais, je me tenais avec un peu tout le monde. Je n’avais pas de gang précise. En même temps, je faisais de la musique, alors c’est vrai que j’ai aussi passé beaucoup de temps seul.
 

Isabelle était-elle une fille studieuse et rangée ou une rebelle qui désirait sortir du cadre?
P.-L.: Je dirais aussi un peu des deux. À voir comment elle travaille aujourd’hui dans son métier, je serais porté à croire qu’elle avait un côté très studieux, mais en même temps, elle a pu être une petite tannante à l’adolescence!
I.: J’avais de la facilité à l’école et de très bonnes notes, mais je n’étais pas très studieuse. En fait, j’étudiais à la dernière minute, mais ça entrait vite. Cela dit, je m’éclatais beaucoup avec mes amis en dehors de l’école. On faisait beaucoup d’improvisation, des personnages de théâtre et tout ça, alors même si j’étais sérieuse et à mon affaire, j’avais aussi l’occasion de m’éclater.

Photo : Julien Faugere


 

Quel personnage ressemble le plus à Pierre-Luc: Olivier-Luc dans Au secours de Béatrice ou Stéphane dans L’Échappée?
I.: C’est dur à dire, parce qu’au fond ce sont deux bons garçons. Je dirais plus Olivier-Luc, mais pour la seule et unique raison que Pierre-Luc ne se mettrait pas les pieds dans les plats comme Stéphane, qui est soit trop bon soit trop naïf. Ça le met à la merci des autres. Pierre-Luc est assez indépendant pour que ce genre de choses ne lui arrive pas.
P.-L.: En effet, j’aime mieux penser que je suis moins porté à me mettre dans le pétrin que Stéphane. OlivierLuc est un gars plus raisonné et raisonnable.
 

Et de son côté, Isabelle ressemble-telle davantage à la Kim de L’Échappée ou à la Constance de Faits Divers?
P.-L.: Son personnage dans Faits Divers n’est pas très loin d’elle, en réalité. Comparativement à Kim, je veux dire. Ce n’est pas non plus Isabelle, mais elle a beaucoup plus de points communs sur le plan de la personnalité, de sa répartie et de sa façon d’agir en général que Kim. Ou du moins, je l’espère!
I.: Oui, quand même.(rires) Pour jouer Kim, je suis allée chercher une énergie que je peux avoir, mais sinon, elle est très loin de moi. Elle ne me ressemble pas du tout, en fait. C’est vraiment une composition, ce personnage. C’est ce qui fait qu’elle est très intéressante à jouer.
 

Pierre-Luc, plutôt ville ou plutôt campagne?
I.: Aujourd’hui, c’est certain que ce serait la campagne. À partir du moment où le confinement a commencé, on est restés à la campagne et on a vraiment pu décrocher. Ç’a vraiment fait du bien. Je pense d’ailleurs que nous avons tous les deux développé un goût pour cette tranquillité. Pierre-Luc en a profité pour se lancer dans un projet d’immense potager. Il a installé la clôture, le système d’arrosage automatisé et tout ça. Il a travaillé très fort. C’est un beau projet.
P.-L.: Disons que plus je vieillis, moins j’ai d’appétit pour la ville. Je comprends de moins en moins l’intérêt d’être entassés les uns sur les autres, avec la pollution sonore et tout. Par contre, je ne déteste pas la ville. Ça ne me fait pas faire d’urticaire, mais j’apprécie de plus en plus la campagne. Je me suis découvert des passions pour les oiseaux, la botanique... Mes grands-parents avaient ça, mais on dirait que ce sont des choses qui se sont égarées avec le temps. J’essaie de retrouver un peu de ce savoir perdu. 

Isabelle, plutôt diurne ou nocturne?
P.-L.: Définitivement nocturne. Elle est capable de veiller tard, surtout quand elle est seule.
I.: C’est vrai, mais je ne peux pas me lever très tard par contre. J’ai de la difficulté à rester couchée, alors j’essaie de trouver un équilibre dans tout ça. 

Pierre-Luc, bordélique ou obsessivement rangé dans ses affaires?
I.: Rangé. Ce n’est pas quelqu’un qui aime le bordel. Tant mieux, parce que ce serait déprimant de vivre dans le désordre. En fait, ça dépend dans quel aspect de sa vie... Je dirais que dans la cuisine en particulier, c’est très bien rangé!
P.-L.: J’ai déjà été bordélique plus jeune, mais à un certain moment, je me suis tanné. C’est mieux, ne serait-ce que pour mon équilibre mental. Et c’est particulièrement vrai dans la cuisine, en effet. C’est quand même plus agréable que les choses soient en ordre quand on arrive pour faire à bouffer. 

Et pour Isabelle, un samedi soir réussi, c’est tenue de soirée dans un grand resto ou grilled cheese, divan, télé et pyjama?
P.-L.: Ni un ni l’autre! (rires) Je dirais peut-être un grilled cheese dans un restaurant intéressant, mais pas en tenue de soirée!
I.: J’aime découvrir les nouveaux restaurants. C’est une activité que j’aime bien faire quand c’est possible. C’est tellement agréable de découvrir un endroit qui m’émerveille. J’aime la bouffe créative.

L’Échappée, lundi 20 h, à TVA. Pour suivre les activités de leur groupe musical: commedansunfilm.com.

À VOIR AUSSI: L’évolution des comédiens de L’Échappée

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus