Pier-Luc Funk travaille sur un premier long métrage | 7 Jours
/magazines/7jours

Pier-Luc Funk travaille sur un premier long métrage

Image principale de l'article Pier-Luc Funk travaille sur un 1er long métrage
Photo : Patrick Seguin

Il passe avec aisance du drame à la comédie, incarne avec justesse les bons gars aussi bien que les salauds, et trimballe son talent tant sur scène qu’à la télévision, au cinéma et à la radio. Pier-Luc Funk ne cesse de nous impressionner. Et comme si ce n’était pas assez, l’acteur et animateur aux mille et un talents planche présentement sur l’écriture de son premier long métrage!

• À lire aussi: Pier-Luc Funk et Virginie Ranger-Beauregard franchissent une nouvelle étape

Pier-Luc, Rue King est disponible sur Club illico depuis le 7 mai. Comment as-tu trouvé cette expérience de tournage?
Moi qui fais de l’improvisation depuis ma deuxième année du secondaire, je pensais savoir dans quoi je m’embarquais. Mais improviser une sitcom, c’est une première au Québec! Avant la première émission, je me sentais comme un gars au bout d’une plateforme qui s’apprête à sauter en bungee! (rires) C’est de loin le plus grand défi que j’ai eu à relever dans mon métier, mais j’étais bien entouré, avec des partenaires de jeu incroyables. Je suis vraiment fier du résultat! 

Quand tu improvises, c’est un peu comme si tu écrivais et réalisais tes propres dialogues. As-tu déjà pensé être auteur ou réalisateur, parallèlement à ton métier de comédien?
Bien sûr! Je veux toucher à toutes les sphères du domaine artistique! D’ailleurs, j’ai coécrit et réalisé le court métrage Smoothie, et je suis en train de travailler sur mon premier long métrage, que j’écris avec mon ami Jean-Carl Boucher. On vient tout juste de terminer la première version, qu’on va présenter à la productrice Nicole Robert.

• À lire aussi: Voyez la première bande-annonce de «Rue King», l'hilarante nouveauté du Club illico

Tu mènes toujours mille et un projets à la fois. Est-ce difficile de t’asseoir pour écrire?
L’écriture exige une discipline incroyable, mais le fait de travailler à deux m’aide à garder le focus! (rires) Jean-Carl et moi, on a trouvé notre rythme d’écriture: on échange, on se challenge, on se relance, on écrit la même scène chacun de notre côté, puis on garde les meilleures idées. Je suis un tantinet hyperactif, mais quand j’écris, c’est mon cerveau qui bouillonne: les personnages m’habitent jour et nuit!

Côté jeu, nous pouvons te voir présentement dans Fragile, une série hautement émouvante!
Je dois être l’un des seuls êtres humains sur terre à prendre la phrase: «Ah! que tu m’as fait pleurer!» comme un beau compliment! (rires) Sérieusement, émouvoir les gens, ça me fait autant plaisir que de les faire rire. Et quand je réussis à faire verser une larme aux techniciens avec qui je travaille sur le plateau, c’est le summum!

Pourquoi donc?
Parce que les membres de l’équipe de production voient l’envers du décor, c’est-à-dire la caméra, l’éclairage, le micro au bout de la perche... Ils assistent à toutes les scènes, les bonnes comme les moins bonnes. Réussir à les émouvoir relève donc de l’exploit! Je me souviens d’un soir en particulier, sur le plateau de Fragile... J’étais enrhumé, fatigué, au bout du rouleau, et nous tournions de nuit. Lors d’une scène dramatique, je me suis mis dans un état de total abandon, et l’émotion pure était au rendez-vous. Après la scène, la première assistante est venue me voir en essuyant ses larmes pour me dire à quel point elle était émue. Ce commentaire m’a touché droit au cœur.

Photo : Bruno Petrozza



Dans la série Pour toujours, plus un jour, ton amie Catherine Brunet incarne ton amoureuse. Tourner des scènes où tu embrasses ta meilleure amie, ce doit être plutôt particulier!
Non, pas du tout! Je dirais même que ça facilite les choses. Incarner un couple va bien au-delà de tourner des scènes de baisers langoureux! Il y a une façon de se parler, de se coller, de se tirailler que les comédiens qui ne se connaissent pas doivent développer. Pour Cath et moi, c’est facile de camper des amoureux crédibles, parce qu’on se connaît depuis des années. On n’a pas à jouer une complicité, elle est là d’emblée. 

Ton amoureuse, Virginie Ranger- Beauregard, est comédienne. Pourriez- vous incarner un couple à l’écran?
Bien sûr! Le défi, par contre, serait de ne pas reproduire notre vrai couple, de ne pas être Pier-Luc et Virginie à l’écran, mais plutôt nos personnages respectifs. Mais on pourrait sans problème mettre notre complicité au service de l’histoire!

Au mois de mars, lorsque tous les tournages ont été mis sur la glace à cause de la pandémie, tu étais sur le point d’entamer les tournages de la troisième saison de Plan B, dans laquelle tu incarneras un bum. Es-tu excité à l’idée de camper un méchant?
J’ai joué un pédophile dans Les démons et un kidnappeur d’enfant dans Mémoires vives, mais comme ça fait plus longtemps, les gens m’associent généralement à des personnages de bons gars. Alors, oui, je trouve ça cool de casser mon image en campant un personnage de p’tit tabarnak! (rires) Jessy est un délinquant qui sort de prison et qui aura recourt à l’agence Plan B pour réparer ses erreurs passées. Mon défi, c’est de rendre ce personnage complexe, c’est-à-dire tout aussi méchant qu’attachant.

Grâce à tes différents rôles et à l’ani- mation du Gala Mammouth, plusieurs jeunes sont fans de toi. Mais toi, de qui es-tu fan?
Je suis un fan fini de François Létourneau et de Jean-François Rivard! Chaque fois que je me retrouve devant eux, je veux leur dire à quel point je les admire, mais je bafouille, je fais n’importe quoi... Je veux juste être leur meilleur ami! (rires) J’ai tellement capoté sur Les Invincibles, Série noire et, plus récemment, C’est comme ça que je t’aime. Mon plus grand rêve est de jouer dans une série écrite et réalisée par ces gars-là!

En terminant, tu as récemment publié une photo de tes amis sur Instagram, accompagnée d’un message dans lequel tu confiais qu’ils te manquaient en période de confinement...
Comme j’ai plusieurs amis qui exercent le métier de comédien, il m’arrive régulièrement d’avoir le meilleur des deux mondes en travaillant avec eux. Mais les événements des dernières semaines m’ont fait réaliser que je sacrifie parfois ma vie sociale, ma famille et mes amis. Avoir un meilleur équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle, ce sera un de mes défis lorsque les tournages reprendront. 

La sitcom Rue King sera offerte en exclusivité sur Club illico à compter du 7 mai.

Les séries Fragile et Pour toujours, plus un jour sont offertes respectivement sur Tou.tv Extra et Crave.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus