Annie Pelletier est en deuil | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Annie Pelletier est en deuil

Annie Pelletier avait une bien triste nouvelle à annoncer sur ses réseaux sociaux.

En effet, elle a annoncé que sa maman était décédée.

Elle a partagé une photo de sa mère, tout sourire, en accompagnant le cliché de l'annonce de son décès, en lui envoyant quelques mots doux.

Voici ce qu’elle a écrit:

«Aujourd’hui 18 juillet, vers 17h10, je t’ai laissée partir. Ce fût à la fois déchirant et un soulagement.
En poussant ton dernier souffle d’agonie, tu t’es libérée de tant de souffrances et d’inquiétudes.
Merci pour le coffre à outils pour la vie, maman.
À moi de le peaufiner maintenant.
Je t’aime tant.
Annie
La mort de sa maman est le premier grand chagrin que l’on doit vivre sans elle...
Et c’est exactement comme ça que je me suis sentie en sortant de l’hôpital en courant sous la pluie si bouleversée, incrédule et perdue.»

Elle a partagé le même message sur son compte Instagram, en joignant cette fois-ci une photo d'elle aux côtés de sa mère.

Après avoir pris quelques jours pour digérer le choc, elle a écrit un long mot pour donner de ses nouvelles, mais aussi remercier tous ceux qui lui avaient envoyé des messages. Voici son message en entier.


«NOUVELLES ET REMERCIEMENTS.
Maudine de long texte avant une pause jusqu’à la rentrée... 

Bonjour chers(ères) amis(es) Facebook.
Je tenais à vous donner de petites nouvelles et vous faire mes remerciements. Et aussi, je l’avoue, l’écriture me permet depuis toujours de verbaliser et de tourner certaines pages un jour à la fois. 

Je vais mieux. Je pleure moins. Mais j’avoue que certaines chansons me replongent dans mes souvenirs et les larmes remontent, comme la pièce Ma mère chantait toujours de Ginette Reno, que je viens tout juste d’entendre... Ouf...

Le choc s’atténue tranquillement. Mardi dernier, il y a une semaine exactement, donc le lendemain de la mort de ma mère, je me sentais tellement perdue et traumatisée. Je pleurais beaucoup, j’avais le goût de hurler, j’éprouvais un genre de vertige et je voulais juste l’appeler. C’est bête, je sais bien qu’elle ne répondra plus jamais au téléphone. J’étais habitée par des images déchirantes de son petit corps qui agonise, ses mains qui s’accrochent aux barreaux du lit, ses dernières paroles, ses beaux grands yeux noisette et vitreux qui me fixaient, le bruit de certaines expirations qui était insoutenable pour moi et le moment précis où son pouls dans son cou est disparu. Depuis, j’écoute ses messages vocaux. Regarde ses vidéos. Et j’ai fait imprimer trois belles photos d’elle en santé qui sont bien en vue et qui m’aident à retrouver le sourire et la légèreté.

MERCI à mes proches qui m’ont beaucoup aidé cette semaine par leur présence chez moi, leur écoute attentive et leurs fleurs: merci à mon frère Alain qui a tout vécu avec moi, mon fils Arthur pour sa candeur quand il parle de sa mamie au présent, son papa, Alex, pour le soutien et le souper, sa sœur Lorraine pour son partage, mon frère Michel qui m’impressionne par sa sagesse, ma tante Coco qui a pris tellement de temps de voyagement pour prendre soin de ma maman depuis plusieurs années et qui était avec nous jusqu’à la toute dernière seconde, Stéphane Ledoux pour sa précieuse amitié, ses conseils et son soutien jusqu’au 5e étage de l’hôpital le Jour J, ma précieuse amie et patronne Patricia Demers, qui trouve toujours les bons mots pour m’apaiser, m’encourager, me valoriser et relativiser ce que je vis, ma douce et positive amie Danielle Simard qui a gardé in extremis mon petit Arthur que je ne voulais pas amener à l’hôpital et qui m’inspire par sa force et sa joie de vivre, ma précieuse amie Joannie Larocque (et ses petits Willou & Flavie) qui a une oreille extraordinaire, une répartie qui me fait pouffer de rire même quand je suis triste et qui m’a dépanné en gardant Arthur dans la dernière année, mon amie Sophie Grégoire qui me ressent même au loin et qui a le don de mettre de l’espoir et un sens à chaque épreuve/deuil que je vis, mes amis Célianne Lebreux et David St-Denis pour leur présence réconfortante ce week-end avec leurs deux puces et leur magnifique orchidée que j’espère réussir à garder très longtemps, et mon amie et ancienne voisine Chu Anh Pham, qui m’a calmé avec sa douce vidéo. Je suis choyée de vous avoir si près de moi en cette période de deuil. 

Merci aux familles Ste-Croix, Pelletier et Boivin d’être passées à son chevet pour lui dire un dernier mot. 

Merci à mes collègues qui ont pris des nouvelles même dans leurs vacances, ici et là, en famille, etc. Vous m’avez touchée. 

Merci aux deux ambulanciers (grazie mille) pour leur professionnalisme et leur approche, merci au personnel, préposés(es), infirmières, Dr Lamarre au triage/urgence et toutes les autres médecins qui se sont succédé pendant les 28 heures passées à la Cité de la Santé de Laval. Vous travaillez extrêmement fort et la charge émotive de vos actions et décisions est énorme pour la patiente, mais aussi pour ses proches. Merci, nous avons été bien accompagnés. 

Merci finalement à vous tous et toutes, amis(es) Facebook et ceux et celles qui me suivent, qui m’avez envoyé textos, messages vocaux, vidéos, et qui avez commenté ma dernière publication. Depuis mon retour de l’hôpital, j’en lis plusieurs tous les jours. Ils me touchent. Aussitôt qu’ils sont lus, je mets un pouce pour vous remercier.

Anecdote: Comme un malheur n’arrive jamais seul, j’ai échappé mon gros trousseau de clés dans un canal de la ville de LaSalle dimanche. En ouvrant la porte de mon garçon avec nos deux Mister Freeze, mon cellulaire et mes clés en main, eh bien j’ai échappé mes clés par terre, sur un canal, elles ont glissé dans la craque et pouf, j’ai entendu leur beau plongeon dans le fond du trou qui puait la charogne. NONNNNNNNNNN!! 

Après avoir ratissé ma maison trois fois au peigne fin pour trouver le maudit double de clé de ma voiture en vain, eh bien j’ai pris une chance hier matin, appelé le 311, parlé à un responsable de la ville de Lasalle qui m’a donné un rendez-vous à 14h pour rencontrer un technicien. J’étais très surprise de ce service offert gracieusement à tous les citoyens par la ville. Après une ride de taxi jusqu’au métro, ensuite stations Longueuil jusqu’à Monks, sauté dans un taxi jusqu’à ma voiture, j’ai rencontré 3 gentils cols bleus, ROBERTO, PATRICK ET VINCENT, et en quelques secondes à peine, munis d’une perche avec un aimant au bout, ils ont sorti toutes mes clés de la swomp. J’ai lâché un fort cri et j’avais des larmes de joie. Ils doivent m’avoir trouvé bien intense et émotive pour un trousseau de clés. Je leur ai offert 20$ chacun pour un verre à ma santé (mentale lol!). Ils ont refusé à maintes reprises. Un d’entre eux m’a dit qu’un Mister Freeze ferait bien l’affaire. Alors ils sont repartis avec un jumbo chacun. Quelques minutes plus tard, j’ai passé chaque pouce carré de mon véhicule. Et comme je me penchais avec la lumière de mon téléphone pour regarder la dernière place sous la banquette arrière, j’ai aperçu.... Mon double de clé! J’ai encore fait un cri de fou.
Merci môman... Doux Jésus, des fois, j’ai peur de mourir jeune du cœur! Que d’émotions depuis le début de 2022...

Mes vacances peuvent maintenant commencer. Je me promets de retrouver mes saines habitudes de vie que j’ai laissées en chemin, au cours des dernières années. Recommencer à faire plus de sports, à mieux manger, à lire des bouquins inspirants pour poursuivre mon deuil et rebondir, à mieux dormir et surtout, surtout, à mieux prendre soin de moi. 

Bon été à toutes et à tous.

Merci encore.»

Elle a finalement partagé une photo souvenir où on peut la voir enfant assise entre ses parents. Son père est décédé en 2016.




On en profite pour transmettre nos plus sincères condoléances à Annie ainsi qu'aux proches.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus