Karl Walcott a déménagé pour développer sa carrière internationale | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Karl Walcott a déménagé pour développer sa carrière internationale

Image principale de l'article Il a déménagé pour sa carrière internationale
Photo : Dominic Gouin

Karl Walcott vient de s'installer à Vancouver afin de développer sa carrière anglophone et internationale. L'acteur entend bien faire briller la diversité québécoise partout sur la planète...

Son récent passage à Big Brother Célébrités, à Noovo, a été remarqué: il a sauvé deux personnes en danger... et c’est pour cette raison que le patron de la semaine, le joueur de foot Marc-Antoine Dequoy, a voulu le voir partir! Le comédien Karl Walcott a reçu une grande vague de sympathie du public. «J’ai eu plein de messages d’amour, et j’en remercie les gens.» Il a trouvé l’aventure intense. «C’est comme un manège d’émotions. Psychologiquement, j’étais brûlé, admet-il. Et je m’ennuyais de mon chien.» 

Il y a 10 ans, l’acteur avait tenté d’être sélectionné à Occupation double. «Quand j’avais 21 ans, il y a une saison qui m’a donné envie de me prêter au jeu. C’était l’année avec Jimmy, le danseur du 281. Je trouvais ça drôle que pe sonne ne savait qu’il était un danseur!» C’est la seule saison qu’il a regardée et ça lui a donné envie de faire partie de l’aventure. «Je n’étais pas encore acteur, mais je savais que je serais à l’aise devant les caméras. J’ai toujours voulu être comédien.» 

Deux mois plus tard, son agent l’envoyait auditionner pour la websérie Les Béliers. Il a décroché un des rôles principaux, un joueur de football dans une ligue collégiale. C’est sorti sur Tou.tv en 2013. «Pour l’audition, j’étais allé demander des conseils à Gildor Roy, qui habitait sur ma rue. Il m’a aidé. J’ai fait une bonne audition, et j’ai eu un rôle. Et celui du coach de l’équipe de football a été donné à Gildor Roy!»

UN ACTEUR PHYSIQUE
Au cours de sa jeune carrière, Karl a joué dans plus d’une œuvre sur le sport à l’écran: Lance et compte, Junior majeur, Demain des hommes... «Le fait d’être un sportif dans la vie a été un avantage pour moi, tout comme celui d’être un acteur de la diversité, note-t-il au passage. Je suis né en faisant du sport. J’ai été élevé là-dedans: mes frères, mon père, tous les membres de ma famille sont sportifs. J’ai principalement joué au hockey, mais aussi au football, au baseball... Surtout des sports d’équipe. Donc, quand j’ai eu l’occasion d’auditionner pour des personnages sportifs, je joignais l’utile à l’agréable.» 

On l’a vu dans 30 vies, La chute de Sparte, Sur-Vie, Terreur 404, Le chalet, Cerebrum, Toute la vie, District 31... Et il sera prochainement dans la première série réalisée par Xavier Dolan, La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé. «Xavier a été patient et généreux sur le plateau!»

CONQUÉRIR LES ANGLOS, HOLLYWOOD, PUIS LE MONDE
Le jeune homme a participé à des productions canadiennes-anglaises et américaines. Il a eu la chance de prendre part au tournage du film X-Men: Apocalypse, sorti en 2016. Et on l’a vu dans la série canadienne anglophone de CBC About Sex en 2020. Plus récemment, il a tourné dans la production américaine Moonfall, de Roland Emmerich, qui met en vedette Halle Berry et Patrick Wilson. «J’ai pu travailler avec Roland Emmerich. J’ai eu une journée de 15 heures avec lui. J’ai aimé sa façon de faire. Tout était clair, note Karl. Une carrière internationale, c’est un rêve que je n’ai pas encore réalisé. Je viens de déménager à Vancouver pour poursuivre sérieusement cet objectif (il y est depuis le 1er mars). Je vais faire des allers-retours au Québec pour des projets professionnels.» Il a même un agent à Vancouver pour s’occuper de sa carrière au Canada anglais et aux États-Unis. C’est ce dernier qui l’a incité à s’installer en sol anglophone. Karl prend part à des auditions là-bas.

IL A ÉTUDIÉ À NEW YORK
En 2016, il se préparait déjà à ce grand saut. Il est parti à New York pendant trois mois pour suivre une formation d’acteur au prestigieux Lee Strasberg Theatre and Film Institute. «Je venais de finir une saison du Chalet, et je voulais avoir plus d’outils, explique-t-il. J’ai vécu dans un appartement que je partageais avec d’autres. Ce n’était pas luxueux et ça coûtait la peau des fesses, mais j’ai quand même pu me concentrer, étudier et rencontrer de bonnes personnes. Ce que je retiens de cette expérience, ce sont les rencontres.» 

Le voilà maintenant prêt à conquérir le monde. «Aujourd’hui, mon but est de faire rayonner la diversité québécoise à l’international.»

À VOIR AUSSI: 25 stars qui ne font pas leur âge

s


À VOIR AUSSI: 12 des couples les plus durables du showbiz

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus