Cathy Gauthier parle de la maternité et du tempérament de sa fille Alice | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Cathy Gauthier parle de la maternité et du tempérament de sa fille Alice

Image principale de l'article Le tempérament de sa fille Alice
Photo: Bruno Petrozza

Cathy Gauthier ressentait un urgent besoin de retourner sur scène après quatre ans d’absence. Malheureusement, elle a dû interrompre la période de rodage de son prochain spectacle en raison de la fermeture des salles de diffusion. Malgré tout, la première de son one woman show Classique sera présentée en octobre à Québec et à Montréal. En entrevue dans nos pages, elle s'est ouverte sur la maternité et nous a parlé de sa fille Alice.

• À lire aussi: Après une dépression post-partum, Cathy Gauthier prépare son grand retour

Collection personnelle

• À lire aussi: «J'ai besoin de travailler pour m'épanouir» -Cathy Gauthier

• À lire aussi: Cathy Gauthier évoque son désir de faire carrière comme comédienne

«Alice a presque trois ans et elle a beaucoup de caractère et d’empathie. C’est sûr qu’elle est dans le terrible two et qu’elle fait parfois le bacon, mais quand je lui parle, elle me comprend! Elle est vraiment intelligente. Dès sa naissance, je savais qu’elle était spéciale. Tous les parents vont me dire qu’eux aussi, leur enfant est spécial! (rires) C’est une petite fille qui est toujours de bonne humeur. Elle n’est pas compliquée. Martin Deschamps m’avait déjà dit à propos de sa fille, Lou, qu’elle était l’amour incarné. L’expression m’a vraiment marquée. Mais, réellement, c’est ça... c’est de l’amour que tu peux toucher. Mon chum, je l’aime, mais l’amour d’un enfant, ça n’a rien à voir. On est ailleurs, complètement. Elle m’apporte tellement de réconfort.» a-t-elle avoué.

Collection personnelle



Lorsqu'on lui demande ce que ça a changé, chez elle, de devenir maman, elle n'hésite pas. «Ça m’a aidée à décoller le nez de mon nombril. Maintenant, c’est vraiment elle qui passe avant tout. Ça m’a permis aussi de lâcher prise sur bien des choses. En général, je te dirais que ce n’est que du positif. Les affaires que je trouve plus difficiles, je sais qu’elles sont temporaires et que, par exemple, ma fille va finir par faire ses nuits. (rires)»

Lisez la suite de l'entrevue dans le magazine La Semaine actuellement en kiosque.

À VOIR AUSSI: 17 vedettes québécoises qui se sont exilées en campagne 

s

 

À VOIR AUSSI: 15 papas marquants de la télé québécoise 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus