Jonathan Roberge confirme que son fils n'est plus atteint du cancer | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Jonathan Roberge confirme que son fils n'est plus atteint du cancer

Image principale de l'article Il confirme que son fils n'a plus le cancer
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

L'histoire du jeune Xavier, le fils de Jonathan Roberge, avait touché tout le Québec, en décembre dernier, alors qu'on apprenait que le jeune garçon s'était fait opérer pour une tumeur au cerveau de la taille d'un avocat. Voilà que quelques mois plus tard, l'auteur et humoriste avait une bonne nouvelle à confirmer: son fils n'est plus atteint du cancer!

• À lire aussi: Marie Soleil Dion s'ouvre sur les problèmes de santé de son fils

• À lire aussi: Les comédiens de «District 31» s'unissent pour rendre hommage aux travailleurs de première ligne

De passage à Tout le monde en parle, dimanche le 26 avril, Jonathan Roberge est venu confirmer la bonne nouvelle que lui et sa famille avaient reçue un peu plus tôt cette semaine.

«Cette semaine, on s'est fait annoncer qu'il n'y a plus de trace du cancer dans la tête de mon fils. Je suis sans mot», a-t-il dit d'entrée de jeu, visiblement ému.

Il a mentionné que son monde s'était écroulé en novembre dernier, et que la bonne nouvelle reçue l'a rendu sans mots.

«Je pourrais essayer de dire la plus belle phrase au monde pour décrire ce que je ressens... Hier, c'était mon anniversaire, j'avais mon fils à ma table. Et cette semaine, c'est sa fête, il va avoir onze ans. Et si tu m'avais dit au mois de novembre: ''Vous allez manger ensemble, il va avoir ses cheveux, tout va être correct, il n'y aura plus de cancer!'', je t'aurais jamais cru», a-t-il relaté.

Pandémie oblige, la fondation CHU Sainte-Justine a dû cesser ses activités de sociofinancement, et c'est pourquoi Jonathan Roberge a profité de son passage à Tout le monde en parle pour solliciter l'aide des gens pour aider la recherche. La fondation vise 50 000 donateurs, sans montant précis.

«Y'a quelques années, mon fils aurait pas survécu. Sans la recherche en ce moment, mon fils ne survit pas, on ne fêterait pas son anniversaire cette semaine», a illustré l'auteur, touché.

Il avoue avoir été nerveux avant de venir «demander de l'argent» aux Québécois, car il est bien conscient qu'il n'y a pas de «meilleure cause de d'autres». Par contre, il souligne que la maladie n'est pas en quarantaine et que malgré la pandémie, des familles continuent de se faire annoncer que leur enfant est malade.

On vous invite à regarder l'extrait de l'entrevue:  


À VOIR AUSSI: 15 ANS DE LOOKS DE CHARLES LAFORTUNE  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus