Martine Francke se confie sur son rôle d’aidante naturelle pour sa mère | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Martine Francke se confie sur son rôle d’aidante naturelle pour sa mère

Image principale de l'article Elle se confie sur son rôle d’aidante pour sa mère
Photo: Agence QMI/Toma Iczkovits

Martine Francke vit des moments à la fois beaux et difficiles, puisqu’elle doit s’occuper de sa mère en fin de vie. La comédienne, qu’on peut voir dans la série Le monde de Gabrielle Roy à Artv, se confie sur le rôle qu’elle occupe auprès de sa maman tout en nous parlant de son été et de ses projets.

• À lire aussi:
Nouvellement séparée, Martine Francke se sent comblée et libre

En nomination pour son rôle dans la série Le monde de Gabrielle Roy au prochain Gala des prix Gémeaux, Martine Francke affirme avoir redécouvert l’autrice québécoise grâce à ce projet. «Je ne la connaissais pas tant que ça, mais c’est une femme très importante et une battante. Ce qui est aussi émouvant pour moi, c’est de jouer la mère de Gabrielle Roy, celle qui l’a poussée à prendre son envol. C’est touchant, car j’ai eu le même rapport avec ma mère, qui m’a encouragée à aller en théâtre. Et je fais la même chose avec ma fille, Lili. Je suis ravie qu’elle se lance dans le métier. Parfois, elle me demande des conseils, et je lui dis de choisir des rôles qui lui parlent, de ne pas accepter des projets juste pour travailler. C’est important, les choix qu’on fait.» 

Dans la série, Martine Francke a surtout vu l’importance de la transmission entre les générations. «C’est ce que j’ai connu dans ma vie. J’ai un rapport fabuleux avec ma maman, ma fille et mon fils. Jouer la mère allait de soi pour moi; c’était inévitable. Ça fait partie de moi.»

Soutien familial
Si le travail et le succès sont au rendez-vous professionnellement, Martine Francke vit des moments éprouvants dans sa vie personnelle. Elle s’occupe activement de sa maman en fin de vie. «Avec une de mes sœurs, je prends soin d’elle. On vit beaucoup d’inquiétude, mais c’est la vie. Maman habite encore dans sa maison. Elle a une dame de compagnie pendant cinq jours, et les deux autres journées, on se les partage, ma sœur Chantal et moi.»

Même si de nombreuses familles vivent la même chose qu’elle, la comédienne trouve la situation plutôt difficile. «C’est dur moralement, même si j’accepte son départ. Je sais que la vie finit à un moment donné, mais ce n’est pas une période facile. Chantal et moi, on se complète bien, on est souvent ensemble. Ma sœur Jeanne, qui vit à Québec, vient régulièrement. Les petits-enfants sont aussi présents. Je ne suis pas toute seule dans cette situation, mais il reste que c’est un très dur moment à passer. C’est lourd.»

Martine Francke, qui a vécu la même situation avec son papa, sait que ce passage lui permettra de mieux faire son deuil par la suite. «Maman commence à s’amenuiser, à perdre beaucoup de choses. Il faut vivre ces moments ensemble pour être capable de se dire adieu. Je trouve ça beaucoup plus serein, c’est plus facile à accepter pour moi. Ça me permet aussi de lui dire tout l’amour que j’ai pour elle. C’est en même temps très agréable, parce qu’on se parle, on vit des choses ensemble. C’est tellement d’amour! Je ne pourrai pas dire que je n’en ai pas profité! On vit de beaux moments très touchants.»

• À lire aussi: Sonia Benezra s'ouvre sur son quotidien d’aidante naturelle pour sa mère

Vacances reposantes
Dans ces circonstances, Martine Francke confie avoir besoin de vacances. Elle s’apprête d’ailleurs à partir quelques jours à Saint-Édouard-de-Kent, près de Bouctouche, au Nouveau-Brunswick. «Une amie me loue sa maison au bord de la mer. J’y vais surtout pour me reposer et profiter du temps qui passe.»

Après les tournages des prochaines saisons de Contre-offre et 5e rang, en août, elle fera un grand voyage au Danemark. «Un prof de yoga qui enseigne à l’école que je fréquente a organisé une retraite de yoga là-bas. Je vais donc faire la retraite une semaine et visiter une semaine. Comme je suis seule dans la vie, il faut que je me fasse des cadeaux. Je vais prendre quelques jours avant et après la retraite; c’est une façon de profiter du plaisir d’être seule sans l’être vraiment.»

À VOIR AUSSI: Les vedettes québécoises immortalisées sur une murale à Montréal

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus