11 secrets de coulisses du 2e épisode de La vraie nature | 7 Jours
/magazines/7jours

11 secrets de coulisses du 2e épisode de La vraie nature

En compagnie de Jean-Philippe Dion, l’actrice et femme d’affaires Caroline Néron, l’acteur Denis Bernard et l’humoriste Mathieu Dufour ont vécu un week-end sous le signe de l’émotion. Fait extraordinaire: deux des membres du trio ne se connaissaient pas du tout, ce qui a donné lieu à de belles découvertes!

Voici 11 secrets de coulisses du dernier épisode de La vraie nature: 

 

UNE ENFANT QUI EN A DEDANS!
Caroline a su très jeune qu’elle voulait devenir comédienne. À neuf ans déjà, sa vocation était claire. Son premier souvenir «devant un public» remonte à l’âge de quatre ans, quand elle s’est fait frapper par une voiture. Un homme a réussi à la sauver in extremis, mais elle se souvient très bien du bruit de la voiture, des cris des gens et de l’attroupement autour d’elle. Toutefois, le souvenir qu’elle en garde surtout, c’est d’avoir vu les gens la regarder! Par ailleurs, ses aptitudes entrepreneuriales se sont aussi dessinées très jeune. Elle habitait près d’un terrain de golf quand elle était plus jeune et, dès l’âge de huit ans, elle revendait 25 ¢ chacune les balles de golf qu’elle avait récupérées sur le terrain. Ç’a été ses premiers pas en affaires...      


Photo : Bruno Petrozza / TVA Pu

UNE DÉCOUVERTE CULINAIRE
Petite confidence inédite, puisque le moment ne figure pas au montage... Durant l’après-midi, nous avons joué au miniputt, et j’ai offert des toasts à la crème glacée à mes invités. C’est que, quand Mathieu était jeune, son grand-père le gardait parfois, notamment lorsque ses parents devaient partir tôt pour le travail. Son grand-père le laissait dormir pendant qu’il préparait son petit-déjeuner, puis il l’envoyait ensuite à l’école. De temps en temps, il préparait des toasts à la crème glacée: des tranches de pain grillées et beurrées, garnies d’une boule de crème glacée! Honnêtement, c’était vraiment bon: ça goûtait le cornet à la crème glacée!      

UN GRAND NOSTALGIQUE
Nous avons découvert que Denis Bernard est quelqu’un d’extrêmement nostalgique. Aussitôt qu’il voyait des photos d’enfance qui lui rappelaient ses parents ou ses grands-parents, il devenait extrêmement ému. L’équipe de recherche a aussi réussi un grand coup: elle a mis la main sur la piste de course que son père lui avait offerte quand il était jeune. Nous avons retrouvé la piste originale, avec le nom de son papa inscrit dessus. C’était un beau souvenir pour lui, car c’était l’un des jeux auxquels il aimait jouer avec son père. Celui-ci était bûcheron et partait dans le bois pendant des mois, mais quand il était de retour à la maison, Denis jouait avec lui.

DENIS AUX COMMANDES!
Denis nous a préparé son classique: un risotto aux fruits de mer. Il l’a cuisiné sur le feu de bois, dans une grosse poêle en fonte. Dans ce cas-ci, il n’y avait aucun doute que c’était Denis qui allait prendre le contrôle de la cuisine, nos deux autres invités n’ayant aucun talent en la matière!      

 

UNE LEÇON À RETENIR
Tout au long de la fin de semaine, Caroline et Mathieu se sont découvert plusieurs affinités. Dès l’enfance, chacun était une terreur à l’école! Ce n’est pas qu’ils n’étaient pas gentils, mais ils étaient tannants. Ils avaient de l’énergie, ils aimaient que ça bouge et ils aimaient confronter l’autorité. Le souper a donné lieu à un moment particulier... J’ai montré à Caroline un extrait d’une entrevue où je l’avais accompagnée à New York pour le lancement de son entreprise en sol américain. Elle disait haut et fort qu’elle cumulait 10 millions de chiffre d’affaires et qu’elle souhaitait atteindre les 100 millions. On sait ce qui est arrivé à Caroline... Je lui ai demandé ce qu’elle retenait de tout ça, et elle a conclu en disant qu’il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. On peut avoir des objectifs, des rêves, mais mieux vaut en parler une fois qu’ils sont accomplis. Mathieu, de son côté, nous a justement parlé de ses objectifs durant le souper. Il rêve d’une carrière internationale, en français et en anglais. Ce n’est pas particulièrement lui que Caroline voulait mettre en garde, mais Mathieu l’a écoutée attentivement et en tirera sûrement des leçons pour sa propre carrière. 


DE BELLES CONFIDENCES
Denis Bernard a un CV extrêmement impressionnant! Il a joué dans quelques-uns des plus grands téléromans québécois, des Héritiers Duval à La galère, en passant par Scoop, Jasmine et Yamaska. C’est quelqu’un qu’on connaît sans le connaître. On aurait dit qu’il avait décidé de se raconter à La vraie nature. Il s’est beaucoup livré et a même fait une confidence à propos d’un truc qu’il traînait depuis plusieurs années. Il a vraiment accepté de se dévoiler.      


UN GRAND CAFOUILLAGE!
Nous avons vécu une fin de soirée déjantée! Avec nos invités, nous nous sommes rassemblés autour du feu de camp. Denis grattouille la guitare. J’avais envie de l’entendre chanter et jouer, mais il était extrêmement nerveux. Quand il était jeune, son père lui demandait toujours de jouer une petite chanson, et c’était la pire chose au monde pour lui, car il était timide. Il a revécu cette situation, en quelque sorte, avec nous. Il a finalement joué ses deux classiques: Si fragile, de Luc De Larochellière, et Shallow, de Lady Gaga et Bradley Cooper. Comme personne ne chantait sur la même note, ç’a été un grand cafouillage digne de La vraie nature! (rires)  


Photo : Bruno Petrozza / TVA Pu

UNE GUÉRISON INACHEVÉE
Il y a une trentaine de personnes qui travaillent sur La vraie nature. Le soir, les membres de l’équipe retournent à l’hôtel, et chacun raconte ce qu’il a aimé du tournage. Ce soir-là, Caroline a suscité beaucoup de réactions... On a compris bien des choses sur elle, dont le fait qu’elle a souffert d’un problème d’image. Les gens s’étaient fait une idée de la personne qu’elle était, mais qui n’était pas nécessairement la bonne. Pendant le souper, elle a été extrêmement émouvante lorsqu’elle a raconté la chute de son entreprise. Le lendemain matin, elle nous a dit avoir réalisé que ce n’était pas tout à fait guéri et qu’elle avait encore un certain cheminement à faire. Ç’a été difficile pour elle de revivre ces événements.

UN TALENT MÉCONNU
Mathieu a réveillé les autres invités au son du cor français. Il en jouait quand il était plus jeune et qu’il était dans les Cadets. Il n’en avait pas joué depuis environ sept ans. Je dirais que c’est un son assez saisissant qui a bien réveillé nos invités! Il nous a aussi surpris en se mettant au piano et en chantant Hello d’Adele. Il a vraiment un beau talent musical!           


À L’EAU, TOUT HABILLÉ!
Comme c’était notre premier tournage de la saison, nous nous sommes assurés que tout fonctionnait bien. Seul problème: nous n’avions pas installé le quai et la barque du bon côté! La barque est restée prise dans les roches au fond de la rivière, et j’ai dû sauter à l’eau pour aller pousser nos invités. L’équipe, qui s’est bien payé ma tête, était fière d’avoir réussi à immortaliser le tout! 

LE DERNIER MOT DE JEAN-PHILIPPE
À La vraie nature, on reçoit habituellement des gens qui ne se connaissent pas ou très peu. Dans ce cas-ci, on savait que Caroline et Denis avaient joué ensemble dans Diva il y a maintenant 25 ans, mais on ignorait s’ils s’étaient revus par la suite. J’étais dans la régie quand ces deux-là se sont croisés, lors de leur arrivée à la cabane. Denis a reconnu Caroline, mais ça n’a pas été le cas de Caroline, puisqu’il portait une casquette et des verres fumés. Quand il s’est présenté à elle, elle n’en revenait pas! Ç’a été intéressant pour eux d’avoir l’occasion de faire une mise à jour. Quant à Mathieu, il avait vraiment l’impression de connaître tous les membres du showbiz québécois, mais il a constaté que ce n’était pas le cas. Il ne savait absolument pas qui était Denis! Et il en allait de même de Denis pour Mathieu. Il est quand même rare que nos invités ne connaissent vraiment pas les gens avec qui ils passent le week-end... Quand ça arrive, je trouve ça agréable: je fais en sorte que chacun raconte son histoire pour que les autres le découvrent. 

À lire aussi

Et encore plus