Virage: double faute: Une mère ambitieuse | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Virage: double faute: Une mère ambitieuse

Image principale de l'article Mode de vie de jet-set découlant du tennis
Eric Myre

Jeune prodige du tennis, Charles était promis à un brillant avenir sur la scène internationale, mais les étoiles du succès ne se sont jamais vraiment alignées pour lui. À 30 ans, il stagne à la 187e place mondiale. L’ex-champion peut-il encore atteindre le haut dupodium?

• À lire aussi: Voici quand commencent les nouvelles séries télé à suivre cet hiver

• À lire aussi: Le fils de ce populaire comédien a entraîné Éric Bruneau pour son prochain rôle

Charles (Éric Bruneau) ne s’est jamais vraiment demandé s’il voulait devenir joueur de tennis. Sa mère, Françoise (Sylvie Léonard), une ancienne vedette des courts, lui a mis une raquette dans les mains dès qu’il a su marcher. À la tête de sa propre académie de tennis, elle a vu en son fils le poulain qui lui permettrait de vivre par procuration une carrière dans l’élite. En effet, les années de Charles dans le circuit junior ont été plus que prometteuses. 

Eric Myre

Deux clans

Ces derniers temps, Charles ne fait pourtant que décevoir sa mère. L’athlète, qui préfère le mode de vie de jet-set découlant du tennis plutôt que l’exercice même du sport, est à la croisée des chemins. Même s’il n’est pas dans les hautes sphères de la discipline, celle-ci coûte très cher à sa famille. Elle engloutit l’argent des siens, notamment une partie des profits de l’entreprise de transport par camion de son père, Claude (Denis Marchand). 

La situation est particulièrement injuste pour Hubert (Karl Farah), le frère de Charles, qui n’aspire aucunement à monter sur un podium. «Hubert a certainement joué au tennis quand il était petit, mais il n’avait pas le talent de Charles. Françoise a donc misé sur le cheval gagnant et a ainsi créé deux clans dans la famille», dit Marie-Hélène Lebeau-Taschereau, qui signe les huit épisodes de la série avec Éric Bruneau et Louis Morissette. 

Eric Myre

Faire du neuf avec du vieux

Une lueur d’espoir renaît toutefois dans l’œil de Charles lorsqu’il croise par hasard Sylvain (Louis Morissette), l’instructeur qui était à ses côtés pendant ses jeunes et fructueuses années en compétition. L’homme vient de se faire larguer par l’excellent athlète qu’il entraînait. Ainsi, les deux habitués des filets représentent l’un pour l’autre une dernière chance d’atteindre les sommets. «En choisissant de retourner auprès de Charles, Sylvain se dit que, s’il arrive à le faire gagner, il prouvera hors de tout doute qu’il est un grand entraîneur», affirme l’autrice. Le défi est de taille, tant pour le joueur que pour l’entraîneur. Le premier veut atteindre le haut des palmarès malgré un corps hypothéqué, des problèmes de consommation et une anxiété paralysante, tandis que le second doit à nouveau consacrer toute son énergie à un joueur, au moment où sa famille a besoin de lui.      

Leur association porte quand même ses fruits, et Charles remonte de façon surprenante dans les rangs mondiaux, appuyé par Sylvain. Le charismatique sportif gagne plusieurs matchs importants au Tournoi de Montréal et attire de nouveau l’attention des journalistes, même si pendant plusieurs années, les chroniqueurs ont préféré parler de son allure plutôt que de ses performances. Grâce à ce regain d’intérêt de la part des médias, Charles fait la connaissance d’Audrey (Lauren Hartley), qui travaille au petit écran. La jeune femme participe à l’enregistrement d’un portrait télévisé de Charles et craque pour celui-ci. «Audrey tombe amoureuse du joueur de tennis performant, drôle et charmant en entrevue. Elle s’attachera longtemps à cette image, à son propre détriment», dit l’autrice. 

• À lire aussi: Éric Bruneau jouera dans la deuxième saison de Virage

Sept ans plus tard

L’intrigue de Virage: Double faute est divisée en deux parties. Non seulement elle suit le retour du trentenaire sous les projecteurs, mais elle fait aussi un bond dans le temps de sept ans pour nous montrer Charles lors de sa retraite en tant qu’athlète. Au même moment, Sylvain, chargé des jeunes talents féminins à Tennis Canada, s’échine à trouver un bon entraîneur à l’impulsive Clara (Audrey Roger), une athlète qualifiée d’«incoachable». Celle-ci a plusieurs points en commun avec le jeune Charles, et Sylvain décide de les réunir en tant que mentor et élève. «Clara représente en quelque sorte la rédemption de Charles, qui traîne un lourd passé dans le monde du tennis. Il doit gagner la confiance du père de sa protégée, et ce ne sera pas chose facile», annonce Marie-Hélène Lebeau-Taschereau. 

Eric Myre

Bien plus qu’une série sur le tennis, Virage: Double faute traite aussi de la famille et de la transmission des valeurs. Sans la pression imposée par Françoise, Charles ne serait sans doute pas tombé dans la peur extrême de la décevoir, un élément qui l’a empêché de se réaliser à sa juste mesure. «Avec cette histoire, on se demande s’il est possible de se débarrasser de l’héritage toxique de sa famille et de ne pas le transmettre à son tour. Peut-on vraiment protéger nos enfants de nos démons?» conclut l’autrice. 

• À lire aussi: Éric Bruneau a maintenant les cheveux blonds, et ça ne passe pas inaperç

À VOIR AUSSI: 15 suggestions télé pour ceux qui ne savent plus quoi regarder:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus