Maladie de Crohn ou colite ulcéreuse : quel régime alimentaire adopter | 7 Jours
/inspiration/sante

Maladie de Crohn ou colite ulcéreuse : quel régime alimentaire adopter

Image principale de l'article Maladie de Crohn : quel régime alimentaire adopter
Photo : Shutterstock

Lorsqu’on souffre d’une maladie inflammatoire de l’intestin (MII), on doit adapter notre régime alimentaire pour limiter l’irritation du tube digestif tout en gardant un bon apport en nutriments.

Avoir un régime alimentaire approprié est essentiel quand on est atteint d’une maladie inflammatoire de l’intestin (MII), car ce qu’on ingère peut modifier notre microbiome et déclencher des réponses immunitaires qui sont responsables de l’inflammation et de symptômes comme la diarrhée, les douleurs abdominales, les ballonnements et les crampes. Certains régimes alimentaires semblent donc plus bénéfiques que d’autres, notamment le régime à faible teneur en FODMAP, le régime méditerranéen et le régime d’exclusion.

Régime pauvre en FODMAP 

Le régime FODMAP améliorerait les symptômes des MII, mais il n’aiderait pas vraiment à réduire l’inflammation. FODMAP est un acronyme qui désigne des glucides mal assimilés par l’intestin grêle et qui fermentent dans l’intestin, causant flatulences, ballonnements, douleurs et crampes. Pour cette raison, on devrait éviter de manger les aliments FODMAP suivants: 

  • F les aliments fermentescibles (fermentables);
  • O les oligosaccharides, qu’on trouve dans les oignons, l’ail, le blé, le seigle, l’orge, les artichauts et les légumineuses;
  • D les disaccharides, soit des duos de sucres fusionnés comme le lactose, le sucrose et le maltose;
  • M les monosaccharides comme le glucose, le dextrose, le fructose et le galactose qu’on trouve dans ces aliments: miel, pommes, poires, raisins, mangues, abricots, pêches, prunes, figues, cerises, nectarines, pastèque et baies;
  • A and (et)
  • P les polyols, qu’on appelle aussi polyalcools et qui sont des édulcorants naturels, comme le sorbitol, le maltitol et le xylitol. 

Photo : Shutterstock

Aliments à favoriser: viandes, céréales sans gluten (quinoa, millet, sarrasin), noix, graines, banane, clémentine, papaye, mandarine, orange, fruit de la passion, rhubarbe, carambole, ananas, lime, chou vert, fèves germées, carotte, roquette, concombre, aubergine, kale, laitue, tomate, épinards, bok choy, patate douce, jicama et poivron vert. 

Comment adopter le régime FODMAP

Il est recommandé d’éliminer les FODMAP pendant 6 à 12 semaines pour voir si nos symptômes s’améliorent et de les réintroduire un à un pour pouvoir identifier les aliments qui font apparaître des symptômes. Mais si au bout de 12 semaines on ne voit aucune amélioration, il se peut que ce régime ne nous convienne pas. 

Régime méditerranéen 

Il semble que ce régime basé sur les aliments traditionnels de Grèce et d’Italie réduise l’inflammation en raison de leur teneur en matières grasses.

Aliments à éviter: la viande rouge, les sucres ajoutés, les aliments transformés et les céréales raffinées.

Aliments à limiter: la volaille, les œufs, le fromage, le yogourt, le café, le thé et le vin rouge.

Aliments à favoriser: les fruits et légumes, les noix, les graines, les légumineuses, les céréales entières, le poisson et les fruits de mer. 

Photo : Shutterstock

Le régime d’exclusion 

Il vise à réduire l’inflammation en excluant des aliments qui modifient le microbiote. 

Aliments à éviter: les produits laitiers, les graisses animales, les viandes transformées, le blé, les sauces, les vinaigrettes, les confitures, les produits en conserve, les aliments transformés, les fruits secs, les noix, les croustilles, les boissons gazeuses, les jus, les confiseries, la gomme, le café et l’alcool.

Aliments à favoriser: les viandes, les fruits et légumes, et les céréales complètes.

Photo : Shutterstock

Autres conseils alimentaires

Bien s’hydrater
Parce que les MII peuvent entraîner des problèmes d’absorption de l’eau, et donc de la déshydratation, il est recommandé de boire 2 litres d’eau par jour, mais en veillant à répartir cette quantité du lever au coucher. Il serait également préférable de ne pas boire en mangeant, car cela peut entraîner des diarrhées, et d’attendre au moins 45 minutes après un repas avant de boire un verre d’eau.

Fractionner nos repas
Il est recommandé de prendre plusieurs petits repas répartis plutôt que trois afin de faciliter la digestion et de ne pas trop stimuler les mouvements intestinaux. Ce conseil est d’autant plus vrai en période de crise aiguë. On devrait donc prendre trois petits repas et deux ou trois collations. On veillera aussi à ce que notre souper soit léger. Enfin, il est important de bien mâcher chaque bouchée et d’intégrer une source de protéines à chaque repas.

Prendre des probiotiques
Selon certaines études scientifiques, la prise de probiotiques contenant des bifidobactéries et des lactobacilles réduirait la récurrence de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse. Il est toutefois préférable d’en parler à notre médecin traitant au préalable. 

Photo : Shutterstock

Se supplémenter en vitamines et minéraux

Les personnes atteintes de maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse risquent davantage de souffrir de carences en certains nutriments, car ces derniers sont éliminés lors des épisodes de diarrhées et de saignements avant d’avoir pu être absorbés par l’organisme. Il serait toutefois bon de demander l’avis de notre médecin avant de prendre des suppléments. D’ici là, les personnes atteintes de MII veilleront à manger suffisamment d’aliments contenant les nutriments manquants.

  • Calcium: sardines, amandes, tofu, légumes verts, produits laitiers, oranges. 
  • Vitamine B9 (acide folique): épinards bouillis, pâtes alimentaires enrichies, graines de lin et de tournesol, noix, abats, laitue romaine. 
  • Fer: palourdes, porc, agneau, haricots blancs, huîtres, épinards, tofu, abats.
  • Zinc: huîtres, foie de veau et de bœuf, crabe, graines de sésame, volaille, palourdes, shiitakés, légumineuses.
  • Vitamine D: poissons gras, lait de vache, boisson de soya enrichie, œufs, foie de veau.
  • Vitamine B12: foie de bœuf, huîtres, jaune d’œuf, sardines, crevettes, crabe, abats de poulet.

À lire aussi

Et encore plus