Catherine Brunet fait d’émouvantes confidences sur le décès de son beau-père | 7 Jours
/magazines/7jours

Catherine Brunet fait d’émouvantes confidences sur le décès de son beau-père

La comédienne rêvait de jouer dans un film de Noël depuis fort longtemps! Sa réflexion n’a donc pas été très longue lorsqu’on lui a proposé le rôle de Stéphanie, une future maman bien de sa génération qui angoisse à l’idée de ce changement dans sa vie. La comédienne fait un bilan de cette belle année riche sur le plan professionnel, mais qui a aussi été marquée par un moment tragique sur le plan personnel.

• À lire aussi:
Catherine Brunet prend une pause

Catherine, qu’est-ce qui t’a amenée à dire oui à ce rôle dans 23 décembre?
Je n’ai pas passé d’audition, on m’a vraiment offert le rôle. Ça arrive rarement dans une carrière de comédienne. J’étais tellement emballée que j’ai dit oui avant même d’avoir lu le scénario! De plus, c’est quand même un grand honneur de jouer dans ce qui est probablement le premier vrai film de Noël québécois.     

Que peut-on dire de ton personnage dans ce film?
Stéphanie est une fille bien de sa génération. Elle est le genre de fille qui demande à sa mère que le dessert de Noël soit fait avec du chocolat bio­ équitable et que la dinde ait été élevée en liberté. Elle vit sa première gros­sesse. Elle réalise que c’est quelque chose d’avoir une famille, et Noël vient un peu mettre une loupe sur les émotions qu’elle vit. Son chum et elle réalisent qu’avoir un enfant va cham­bouler leur petite vie. Ils tentent de profiter du temps libre qui leur reste.

Quel souvenir gardes-tu de ce tournage?
J’ai eu tellement de plaisir à jouer au Château Frontenac avec François Arnaud! Je sais qu’il a dit à tout le monde que nous étions indisciplinés... (rires) Mais on se connaît depuis long­temps. Nous n’avions jamais passé autant de temps ensemble et il y avait une belle chimie entre nous.

Quel est ton rapport aux films de Noël?
J’adore les films de Noël. J’ai mes clas­siques, comme Le miracle de la 34e rue et Home Alone, qui est mon film pré­ féré de la saison. Habituellement, j’emballe mes cadeaux sur la musique de ce film.

Décris-moi l’année qui se termine pour toi...
Elle a été éprouvante sur le plan personnel et, en même temps, char­gée de belles choses sur le plan pro­fessionnel. Il y a eu le tournage de 23 décembre, et je suis aussi allée en France pour tourner dans La bataille de Farador. Mais ç’a aussi été une année rough puisque mon beau­-père, Pierre, est mort. Sa perte, après une longue maladie, n’est pas facile. C’était un homme tellement gentil; il laisse un grand grand vide dans nos vies. C’est un grand deuil. J’accompagne ma mère de mon mieux dans tout ça.

À quoi ressemble ton temps des fêtes cette année?
Je suis de ceux qui font les choses à la dernière minute. Je suis un peu tête en l’air. Mon coloc et moi déci­dons quand on fait le sapin. Antoine (Pilon), mon chum, se joint à nous ou pas, selon son envie. On écoute de la musique de Noël et on se fait un repas comfort food. J’aime Noël, mais je ne suis pas celle qui devient folle avec les préparatifs.

Photo : Patrick Seguin

     
• À lire aussi: Catherine Brunet caresse des aspirations internationales

As-tu un rituel de Noël avec ton chum?
C’est certain qu’on a nos habitudes. La veille de Noël nous allons chez mon père et, le jour de Noël, on va souper dans sa famille. Mais notre principal rituel, ça passe par la musique de Noël. Antoine et moi avons nos classiques que nous écoutons ensemble, dont le disque de Noël de Bing Crosby.

Ça fait sept ans que tu partages la vie d’Antoine. Pensais-tu être en couple avec la même personne aussi longtemps?
Je suis contente d’être avec Antoine et que notre relation dure. En même temps, ce n’était pas sur ma bucket list d’avoir une relation longue avec quelqu’un. Nous y allons au jour le jour. Nous sommes bien ensemble et nous avons chacun aussi une vie sans l’autre, et j’aime ça. Nous n’habitons pas ensemble, ce qui fait que nous avons encore plus de plaisir à nous retrou­ver. On est complices, on se comprend lui et moi. Et nous nous encourageons dans ce métier. J’aime jouer et avan­cer dans la vie avec lui.

À quoi ressemblera ton année 2023?
Je ne le sais tellement pas! Et c’est ça qui est justement un peu le fun. Je tourne un film en janvier et février, et je suis aussi en tournée avec la pièce Les voisins. J’espère que La bataille de Farador va sortir en mars. Sinon, je n’ai rien pour l’instant et je vis bien avec ça. Je me suis acheté un chalet et j’aimerais prendre le temps d’y aller un peu plus. Je me rends compte que je veux passer du temps avec les gens que j’aime. 

Amoureuse des films courts
Catherine Brunet sera la porte-parole de la prochaine édition du festival Plein(s) écran(s). «J’adore les courts métrages. J’en mange! C’est un honneur pour moi d’être la porte-parole de ce beau festival de films courts.» Le festival se déroulera du 18 au 29 janvier.

23 décembre est déjà en salle.
La sortie du film La bataille de Farador est prévue pour 2023.
Pour consulter l’horaire des représentations de la pièce Les voisins.

À VOIR AUSSI: 22 vedettes québécoises qui ont commencé leur carrière quand elles étaient enfants

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus