Pier-Luc Funk multiplie les projets | 7 Jours
/magazines/7jours

Pier-Luc Funk multiplie les projets

Pier-Luc Funk n’en finit plus de multiplier les projets, ce qui est tout à fait naturel, car il est certainement l’un des comédiens les plus talentueux de sa génération. On le voit déjà dans la comédie Entre deux draps et, à l’hiver 2023, il sera la vedette de la quatrième saison de Plan B. On pourra également le voir jouer aux côtés de sa bonne amie Sarah-Jeanne Labrosse dans la série Les révoltés.

• À lire aussi: Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk se retrouvent dans une nouvelle série de Club illico

Pier-Luc, parlons d’abord des Révoltés, que nous verrons en 2023 sur Club illico...
On a fini de tourner à la mi-octobre. Je joue un journaliste, et Sarah-Jeanne, une avocate. Tous les deux s’élèvent contre les injustices que vivent des personnes. En tant que journaliste, mon personnage reçoit des histoires, par exemple celle concernant la mort un peu louche d’un individu à l’hôpital, et on se demande si les médecins n’auraient pas précipité le décès du patient. Il fait alors des recherches et s’il trouve qu’il y a une injustice ou que quelque chose cloche, il essaiera de découvrir la vérité. Le personnage de Sarah-Jeanne, quant à lui, va essayer de défendre les gens qui subissent des injustices et qui sont obligés de payer pour des choses qu’ils n’ont pas faites. Il y a des situations qui touchent la vie personnelle, mais plusieurs concernent notre société et le système. Ces deux personnages n’agissent pas seulement par conviction: l’injustice est pour eux une cause personnelle, et ils vont tout faire pour aller chercher la vérité et trouver le gros bon sens de l’histoire.

Comment as-tu obtenu le rôle dans cette série?
Sarah-Jeanne avait d’abord été approchée pour jouer le rôle d’Éléonore, ensuite on m’a approché en me disant que je jouerais avec Sarah-Jeanne. Elle et moi, on est de grands amis. On a joué ensemble sur Mammouth (le gala diffusé à Télé-Québec), mais on n’avait jamais travaillé ensemble dans une fiction. On a fait des sketchs, de la comédie ensemble, mais jamais une dramatique. Elle a lu les textes, j'ai lu les deux premiers, et on a eu le goût de se lancer. En plus, c'est Louis Choquette qui réalisait la série. Lui et moi, on s'est manqués à quelques reprises alors qu'on était censés faire des séries ensemble. Ce sont vraiment ces deux personnes qui m'ont convaincu de faire ce show-là, soit de jouer avec Sarah sous la direction de Louis Choquette.

• À lire aussi: Sarah-Jeanne Labrosse profite d'un beau moment mère-fils avec son bébé

• À lire aussi: Sarah-Jeanne Labrosse dévoile quel genre de maman qu’elle est

Finalement, c’est comme un fantasme professionnel qui s’est réalisé?
Oui, exactement. Je pouvais m’appuyer sur ce duo avec qui j’allais travailler, et qui était très significatif. Je connaissais aussi leur vision artistique, leur éthique de travail. Je savais que ce sont des gens qui aiment se dépasser et qui ne tiennent rien pour acquis. C’est le genre d’ambiance de travail que je recherche quand je fais une série. 

Tu es la vedette principale de la prochaine saison de Plan B, dans laquelle tu joues un «tout croche», comme tu le dis toi-même. Comment s’est déroulé le tournage?
Ç’a été exceptionnel, ç’a certainement été l’un des tournages les plus marquants de ma vie. Ce qui est le fun de cette quatrième saison, c’est qu’elle va complètement ailleurs. On brise le moule de l'appel à Plan B, le camion qui vient chercher la personne. Mon personnage n'est pas un gars qui devrait avoir accès à Plan B dans la vie, mais en raison de certains événements, il se retrouve avec Plan B. C'est complètement différents des autres saisons, c'est plus trash, plus cru. C'est l'aspect moins beau de la vie d’un personnage, mais je pense qu’on va découvrir quelqu’un d’attachant. Je ne dirais pas un diamant dans de la bouette, parce qu’il n’y a aucune partie de diamant dans ce personnage, mais plutôt quelqu’un de brisé. En fait, je dirais un diamant brut, mais vraiment un tout petit diamant.     

Danny Taillon

Tu joues un petit bum dans la série, c’est ça?
Oui, c’est un gars qui a grandi dans Hochelaga, et sa mère et son père sont tout croches. Je pense qu’on comprend dans la série que s’il avait été bien élevé, il aurait pu être un bon gars, mais à cause de son bagage, il ne pourra pas être une bonne personne. C’est dans ses racines, c’est une plante qui a poussé dan l’asphalte, il est destiné à être une mauvaise personne.

Avais-tu vu les saisons précédentes?
Oui, je les avais toutes vues et j’avais adoré. Je trouve qu’ils ont développé de belle façon un concept qu’on ne voit pas souvent. J’adorais ce que Jean-François Asselin (coauteur et réalisateur de la série) faisait, et j’étais honoré qu’il me demande d’être de la quatrième saison.

Tu multiplies des rôles bien différents les uns des autres. As-tu l’impression d’amorcer un nouveau cycle dans ta carrière?
Je pense que la vie de comédien est une vie qui ne se répète jamais. Chaque projet est un nouveau cycle, et ce que j’aime le plus, justement, est de ne jamais refaire quelque chose que j’ai déjà fait. C’est cet effet de nouveauté qui m’allume, et c’est pour ça que j’aime ce métier. Que ce soit pour jouer dans des séries dramatiques ou dans des comédies, ce sont avant tout les bonnes histoires qui m’appellent, plus que le type de série qu’on me propose. Est-ce que l’histoire est le fun, est-ce que le personnage est le fun, est-ce que j’ai le goût de raconter cette histoire et est-ce qu’on va pouvoir bien la raconter? C’est vraiment ça qui m’attire. Ça peut avoir l’air de cycles, mais ils sont toujours guidés par l’histoire.

Noovo



Parle-moi du plaisir que tu as à jouer dans la comédie Entre deux draps avec ta partenaire de vie, Virginie Ranger-Beauregard...
Le fait de jouer avec ma blonde a de multiples avantages parce qu’on se connaît tellement! On joue un couple, et la complicité est déjà là, avec notre façon de nous parler, de nous répondre et de nous écouter. C’est comme si on partait avec une longueur d’avance. Je dirais que c’est toujours plus facile de jouer un couple avec quelqu’un que tu aimes déjà, comme avec Sarah-Jeanne dans la série Les révoltés. Quand tu t’entends bien avec une personne, que tu n’es pas gêné de la prendre dans tes bras, de la toucher... c’est un plus. Il y a aussi le fait de pouvoir répéter nos textes à la maison, Virginie et moi, et l’avantage qu’on peut en parler. Mais ça vient avec un couteau à double tranchant parce que je pense que je suis beaucoup plus exigeant avec Virginie que je pourrais l’être avec d’autres partenaires, je ne mets pas de gants blancs avec elle. On est très crus, on parle, je lui propose des gags, elle me propose des affaires, tout ça dans le but de faire le meilleur sketch possible. On est sans filtre quand on travaille ensemble.

Est-ce qu’elle est aussi exigeante envers toi qu’elle le serait à l’endroit d’un autre comédien?
Non, elle est vraiment gentille, je pense qu’il y a juste moi qui suis plus rough quand je tourne avec ma blonde! (rires)

As-tu d’autres tournages en vue pour les prochains mois?
Pour l’instant, il n’y a aucune autre série d’ici Noël, mais je vais commencer à écrire. En fait, je ne connais pas mon agenda, mais d’ici Noël, je vais essayer de garder ça plus tranquille pour revenir en force après.

Tu parles d’écriture, ça fait un moment que tu travailles là-dessus?
C’est un nouveau projet qu’on essaie de développer avec mon amie Pascale Renaud-Hébert, alors on va plonger dans l’écriture jusqu’à Noël.

• À lire aussi: Pascale Renaud-Hébert se confie sur sa relation avec Nicolas Ouellet

Entre deux draps, mercredi 19 h 30, sur Noovo.
La quatrième saison de
Plan B sera diffusée en mars sur Tou.tv Extra.
Les révoltés sera présentée en 2023 sur Club illico.

À VOIR AUSSI: 22 vedettes québécoises qui ont commencé leur carrière quand elles étaient enfants

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus