L’heure est à la distribution des tâches! | 7 Jours
/inspiration/maison

L’heure est à la distribution des tâches!

Image principale de l'article L’heure est à la distribution des tâches!
Photo : Shutterstock

La clef pour diminuer notre charge de travail et notre stress, mais aussi pour avoir le temps de passer des moments agréables en famille, est de déléguer des responsabilités et des tâches.

Plusieurs parents croient à tort que les enfants de niveau primaire sont trop jeunes pour aider aux tâches ménagères. Or plusieurs spécialistes de l’éducation affirment qu’il n’en est rien. Qui plus est, demander à nos enfants de participer à la vie familiale les aide à se sentir utiles, à renforcer leur sentiment d’appartenance et à apprendre la collaboration. Enfin, confier des tâches à nos enfants favoriserait leur autonomie, développerait leur confiance en eux et leur inculquerait la discipline. Autant de bonnes raisons de leur donner des responsabilités, car ces apprentissages leur serviront toute leur vie. 

Photo : Shutterstock

Comment encourager notre enfant à faire ses tâches ménagères?

Avant tout, on ne devrait pas avoir d’attentes irréalistes ni le surcharger de responsabilités. L’idée est de l’amener à participer, non à en faire une Cendrillon et ainsi, à l’amener à détester les responsabilités. Voici des idées pour le motiver:

1. On établit certaines règles, comme ne pas pouvoir aller jouer ni regarder la télévision ou inviter un ami avant que sa tâche soit terminée. 

2. On lui propose trois choix (en fonction
de son âge). Il serait aussi important de lui donner différentes options chaque mois pour éviter que l’ennui ne s’installe. La nouveauté peut présenter un attrait et le motiver. 

3. On tente de rendre le moment plus ludique, par exemple, en mettant de la musique (idéalement de son choix). Si notre enfant a moins de cinq ans, on peut lui proposer de le chronométrer pour voir en combien de temps il range ses jouets. L’idée est de transformer la tâche en jeu, car, en bas âge, les enfants aiment les courses et les compétitions. On peut aussi entrer dans le défi pour voir qui de nous deux agence les bas de la même couleur le plus rapidement. 

4. On donne l’exemple, donc on s’acquitte de nos corvées avec bonne humeur, car si on ronchonne en les faisant, on lance un message négatif et il y a de fortes chances que la période de tâches ménagères devienne un moment maussade pour tous. 

5. On profite de certaines tâches pour ouvrir le dialogue, par exemple, quand on prépare le souper ensemble ou qu’on lave la vaisselle...

6. On demeure calme et positif, même si le résultat n’est pas tout à fait à notre goût. On doit se souvenir que notre enfant est en apprentissage et veiller à le féliciter quand
il réussit ses tâches. Le critiquer, soupirer d’impatience, crier ne fera que le décourager. On lui montre donc gentiment comment s’améliorer... et on respire! 

Photo : Shutterstock

Voici ce qu’on peut confier à nos enfants selon leur âge

À 3 et 4 ans

• Placer ses souliers dans l’entrée

• Assembler les bas de même couleur

• Ranger ses jouets

À 5 et 6 ans

• Mettre ses vêtements dans le panier à linge sale

• Plier les débarbouillettes et les linges à vaisselle

• Ranger les bas de chacun dans leur tiroir respectif

• Rapporter son couvert à la cuisine

À 7 et 8 ans

• Mettre la table

• Laver la table avec un chiffon

• Aider à faire la vaisselle

• Épousseter les meubles à sa hauteur

• Nourrir les animaux domestiques

• Aider à ranger l’épicerie

• Ranger sa chambre et faire son lit

• Étendre le linge à sécher sur le séchoir à linge

Photo : Shutterstock

De 9 à 12 ans

• Passer l’aspirateur

• Laver la vaisselle seul

• Vider le lave-vaisselle

• Vider les poubelles et sortir les sacs de vidanges

• Nettoyer les cages et les litières

• Couper les fruits et les légumes

• Aider à laver la voiture

• Arroser les plantes

À partir de 13 ans

• Faire sa lessive

• Ramasser les feuilles à l’automne

• Pelleter les marches l’hiver

• Tondre la pelouse

• Faire ses lunchs et un repas par semaine pour la famille

• Remplir le lave-vaisselle, le mettre en marche et le vider

Payer notre enfant ou non?

De l’avis de plusieurs experts, ce n’est pas une bonne idée de rémunérer notre enfant pour effectuer des tâches courantes (ranger sa chambre, plier ses vêtements, serrer la vaisselle...). Toutes ces responsabilités quotidiennes font partie de la vie et ne devraient pas être systématiquement associées à une récompense. On doit plutôt expliquer à notre enfant que notre maison est une mini-société où tout le monde doit participer. Toutefois, on peut lui offrir une récompense spéciale si on lui demande une corvée plus importante, comme peindre la clôture ou aider à désherber. Une visite à la crèmerie peut être une belle manière de lui montrer notre reconnaissance et de le garder motivé. S’il s’agit d’un ado, un petit montant d’argent peut être plus approprié, car à cet âge il a besoin d’autonomie pour ses dépenses personnelles. Au-delà de cela, si on souhaite donner à notre enfant une allocation hebdomadaire, il est important de déterminer un montant fixe selon son âge et de lui spécifier que cet argent est pour lui, afin qu’il puisse se payer des douceurs ou des activités, et apprendre ainsi la valeur de l’argent et les responsabilités. Mais en aucun cas cette allocation ne devrait lui être versée pour rémunérer ses tâches hebdomadaires.

Photo : Shutterstock

Et s’il n’accomplit pas ses tâches, on fait quoi?

Il ne sert à rien de punir notre enfant ni de le disputer s’il ne s’exécute pas. Il vaut mieux insister calmement sur le fait que plus vite il finira, plus vite il aura du temps pour ses loisirs. On lui explique à quel point cela aide tout le monde quand chacun met la main à la pâte et combien c’est apprécié. Et quand il s’y met, on le félicite! Il faut toutefois faire preuve d’un peu plus de souplesse lorsque notre enfant est en période d’examens, car il a besoin de temps pour étudier. On peut donc sauter quelques corvées en expliquant nos raisons, mais en précisant qu’aussitôt la période d’examens terminée, la routine reprendra. 

À lire aussi

Et encore plus