Julie Perreault aborde de la carrière de son fils, Thomas | 7 Jours
/magazines/7jours

Julie Perreault aborde de la carrière de son fils, Thomas

Image principale de l'article Elle parle de la carrière de son fils, Thomas
Photo : Patrick Seguin

La comédienne Julie Perreault ne chôme pas: on la reverra dans la série Doute raisonnable en novembre, et elle vient de terminer les tournages de la seconde saison de Je voudrais qu’on m’efface. Avec plusieurs nouveaux projets en cours, elle a un horaire si chargé qu’elle doit pour l’instant laisser de côté son autre métier, celui de photographe.

• À lire aussi:
À 45 ans, Julie Perreault jouit d’une nouvelle liberté

Julie, il semble que tu as eu beaucoup de plaisir à reprendre le rôle d'Alice dans
Doute raisonnable...
Oui, ce qui est le fun d'une deuxième année, c'est qu'on a le droit de bonifier la proposition, et les auteurs aussi sont enthousiastes d’amener le personnage ailleurs. C’est une série et un personnage que j’adore. Je m’investis beaucoup, parce que c’est fantastique de voir comment Alice évolue. 

Que vivra ton personnage dans la seconde saison?
On retrouve Alice deux mois plus tard. Elle était en retrait, en punition, parce qu’elle avait employé des techniques d’enquête irrégulières. Elle n’est pas dans une bonne passe; elle est très anxieuse et fragilisée par un drame qu’on va découvrir dès le premier épisode et qui la lie beaucoup à Frédéric (le personnage de Marc-André Grondin). C'est une cérébrale, une fille réfléchie, très performante et extrêmement crédible. Quand on voit ces personnes-là s'enfarger, c'est comme si elles ne l'acceptaient pas. En fait, Alice n'accepte pas de ne pas être à la hauteur, de ne pas être au maximum de ses capacités. Ça va donc être difficile pour elle de défendre les victimes tout en étant elle-même bousculée par tout ce qui lui arrive. 

Photo : Eric Myre /


• À lire aussi: Julie Perreault revient sur une scène difficile à tourner dans «19-2»

On peut dire que, depuis tes débuts, tu as participé à plusieurs séries télé!
Quand on regarde mon CV, on ne voit pas tant de choses que ça. J’ai juste joué dans des émissions qui ont duré longtemps et qui ont obtenu beaucoup de succès, comme 3 x rien, Minuit, le soir, 19-2, 30 vies, L’Échappée et maintenant Doute raisonnable. J’ai aussi participé à une minisérie qui avait pour titre Catastrophe. Je n’ai pas joué tant que ça... Si je compare avec mes collègues du même âge, ils ont joué pas mal plus que moi. Parfois, quand tu n’as pas un rôle principal, tu fais deux ou trois apparitions la même année dans différentes séries, mais je ne trouve pas que mon CV est si garni que ça. 

Te plais-tu à penser à certains types de rôles que tu aimerais jouer?
J’aimerais jouer dans plus de comédies. Je crois que j’ai l’énergie pour le faire, mais on ne me le propose pas. Je ne songe pas à un type de personnage... L’important est vraiment avec qui je travaille, dans quelles conditions et si l’histoire est bonne. Mais je ne me projette pas dans un projet ou un rôle en particulier.

Comment concilies-tu le travail de comédienne et celui de photographe?
Pour le moment, la photographe est laissée de côté parce que j’ai d’autres gros projets. Et comme la photo c’est exigeant, je n’ai pas le temps d’en faire.

Lorsque tu fais de la photo, est-ce que ça te permet de décrocher?
Non, pas vraiment, je ne fais pas de la photo pour décrocher de mon métier d’actrice. J’en fais parce que ça me plaît et que ça me permet d’avoir une autre profession. J’ai le goût de m’améliorer là-dedans. C’est un vrai travail, ce n’est pas juste une passion qui me divertit. Je pourrais faire ça tous les jours!

Peux-tu nous parler de tes autres projets?
On vient de terminer les tournages de la deuxième saison de Je voudrais qu’on m’efface. J’ai aussi d’autres choses qui s’en viennent et qui seront annoncées bientôt. 

Ton fils, Thomas, en est à sa dernière année au Conservatoire. Aimerais-tu éventuellement jouer avec lui?
Je n’ai jamais joué avec lui et je ne lui souhaite pas que ce soit dans ses premières expériences non plus. Il a le droit d’avoir son propre parcours, de ne pas se faire sans cesse comparer à ses parents. C’est une difficulté supplémentaire de faire son chemin pour ce qu’il est lui, et non parce qu’il est le fils de... Même là, tu m’en parles, et je suis un peu réticente, car je ne veux pas répondre à sa place. Il a 21 ans, il va tracer son chemin, ça lui appartient. Il est en dernière année au Conservatoire, et je suis fière de lui parce qu’il a fait une pause dans une carrière qu’il commençait pour apprendre un autre métier. 

La seconde saison de Doute raisonnable sera diffusée en novembre sur Tou.tv Extra.

À VOIR AUSSI: 35 enfants de vedettes québécoises qui suivent les traces de leurs parents

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus