Nico Racicot a puisé dans ses souvenirs pour le rôle d’Arnaud | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Nico Racicot a puisé dans ses souvenirs pour le rôle d’Arnaud

Image principale de l'article Il a puisé dans ses souvenirs pour jouer Arnaud
Photo : Patrick Seguin

Librement inspirée du livre de Francine Ruel, Anna et Arnaud raconte l'histoire touchante et émouvante de la relation entre une mère et son fils polytoxicomane qui vit dans la rue. La série jette surtout un regard différent et lumineux sur le monde de la rue, sur ceux qui y vivent, mais aussi sur les parents et l'entourage de ces humains démunis et vulnérables. Les deux personnages principaux sont admirablement bien incarnés par Guylaine Tremblay et Nico Racicot.

• À lire aussi:
Une des comédiennes de la série Anna et Arnaud est décédée

Nico Racicot a une expérience de vie qui lui a permis d’embrasser le rôle d’Arnaud dans sa globalité. Il est allé chercher dans ses souvenirs pour trouver sa posture pour son rôle d’itinérant. «J’ai habité à Toronto, il y a plusieurs années, dans un quartier en effervescence où il y avait plusieurs centres de désintoxication, mais aussi des centres d’aide pour les itinérants. Je croisais beaucoup de toxicomanes dans la rue, et je côtoyais des itinérants tous les jours, dès que je sortais de mon appartement.» Il connaissait leurs noms, et réciproquement. «Comme comédien, je suis quelqu’un de curieux et je ne pouvais pas passer à côté d’eux sans savoir qui ils étaient. Je me suis donc souvent arrêté pour leur parler, pour échanger et apprendre sur eux.» 

Six ans plus tard, le rôle d’Arnaud est arrivé et il a pu approfondir son rôle grâce à cette expérience. Nico Racicot est aussi un acteur complet qui n’hésite pas à se mettre en danger pour un rôle, y compris physiquement. «Arnaud a été tiré par un fusil à canon scié, ce qui fait qu’il a eu des plombs partout dans le corps. Ensuite, sa consommation de drogues dures a aussi transformé son attitude corporelle. Physiquement, je n’avais pas le choix de m’adapter ou de changer pour que ce soit le plus véridique possible. Le corps d’Arnaud a dû s’adapter pour que ses traumatismes fassent le moins mal possible, c’est un réflexe naturel.» Par exemple, comme le personnage a été blessé à la main droite, le comédien a décidé d’utiliser la sienne le moins possible pendant le tournage. «Je suis habituellement droitier, mais ma main droite n’existait plus pour moi pendant le tournage dans la rue. Quand tu oublies un membre pendant un mois et que tu le retrouves ensuite, il y a des répercussions. J’ai dû me réapproprier mon corps après le tournage.» Certaines douleurs à l’épaule reviennent également le chatouiller ponctuellement, plusieurs mois après les tournages. 

Yan Turcotte


• À lire aussi: Marilyn Castonguay donne des détails sur son rôle dans Anna et Arnaud

• À lire aussi:
17 intrigues à surveiller dans vos téléromans cet automne

Incarner un personnage aussi fort, troublé et troublant est un cadeau pour le comédien. «J’ai voulu ce rôle, parce qu’il y a une histoire que je me devais de défendre et de raconter. Je veux aussi dire qu’Étienne, qui est le fils de Francine Ruel, n’a pas influencé mon personnage. Je l’ai créé de toutes pièces, même si ça reste basé sur son histoire à lui.» 

Très proche de sa mère, Lucie, le comédien a aussi éprouvé le besoin de se rapprocher encore plus des gens qu’il aime. «Tous les jours du tournage, je parlais à ma mère et je lui disais que je l’aimais. J’ai la chance d’avoir un toit au-dessus de la tête, mais la ligne est mince entre tout avoir et tout perdre. C’est bien de contacter régulièrement les gens qu’on aime pour leur dire qu’on les apprécie.» 

Nico Racicot, qui est également un artiste visuel — son travail fera notamment l’objet d’une exposition dès le 30 septembre prochain à la Galerie G de BR, à Danville —, a aussi été influencé par ce rôle. «Mon travail visuel est comme un journal intime visuel. Peu importe ce qui vient vers moi, je me permets de ne pas avoir de tabou, de visuellement faire, dire et explorer ce que j’ai envie d’exprimer. J’avais un petit journal de bord dans lequel je dessine tous les jours. Pendant Anna et Arnaud, j’ai fait plein de dessins sur les personnages, sur ce que je vivais. J’avais besoin d’extérioriser tout ça.» 

     

La série Anna et Arnaud est diffusée le mardi, à 20 h, àTVA.

À VOIR AUSSI: 17 personnages féminins forts de la télé québécoise

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus