Marie-Andrée Poulin est en deuil | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Marie-Andrée Poulin est en deuil

Marie-Andrée Poulin avait une bien triste nouvelle à annoncer sur ses réseaux sociaux.

• À lire aussi: Voici pourquoi Marie-Andrée Poulin et Richard Petit ont choisi de quitter Montréal

Jeudi en soirée, elle a annoncé que sa maman, Ginette, était décédée.

C'est via son compte Facebook que l'ancienne animatrice, qui a effectué un retour en enseignement l'année dernière, en a fait l'annonce, en publiant l'avis de décès.


• À lire aussi: Marie-Andrée Poulin adresse un touchant message au public à la suite de sa dernière chronique

• À lire aussi: Marie-Andrée Poulin se confie sur les raisons de son retour en enseignement

Parallèlement, sur son compte Instagram, elle a partagé une touchante photo où elle tient la main de sa maman.


• À lire aussi: Depuis qu'il a quitté le milieu artistique, Richard Petit occupe un nouvel emploi surprenant

Vendredi matin, Marie-Andrée a fait une longue publication sur Facebook dans laquelle elle rend hommage à sa mère, qui demeurera un exemple de force et de courage à ses yeux.

Voici ce qu'elle avait à dire:


«MA MÈRE, UNE BATTANTE, UNE GUERRIÈRE!

Vous êtes nombreux à m’écrire de si beaux mots, merci, ils me touchent droit au cœur! Plusieurs sont surpris d’apprendre son décès et d'autres font référence à notre fabuleux voyage à Paris qu’on a fait en décembre. Vous trouviez ça super! La raison derrière l’était un peu moins... on savait qu’on ne pouvait pas attendre et que si on voulait faire notre voyage mère-fille dont je parlais souvent à mon chum, il fallait partir rapidement. Mon chum justement nous offre en cadeau un voyage extraordinaire tout planifié!

4 CANCERS
Maman a eu 4 cancers en 20 ans. Oui oui, 4!!!!! Ok. Les médecins diront que ce sont deux cancers avec des cellules cancéreuses qui ont atteint d’autres endroits, organes de son corps. Médicalement parlant c’est peut-être ça, mais il reste que nous, on a quand même ‘’revolé’’ en arrière, comme dans la fameuse annonce télé, 4 fois pareil! Ça fait que pour moi, elle a eu 4 cancers point. À 50 ans, le premier: cancer du sein. 10 ans plus tard: l’estomac. Il y a 2 ans: les ovaires et l’automne dernier, elle m’annonçait que les petites lésions sur ses os devenaient plus nombreuses et étaient métastatiques. Chaque fois, je m’en faisais pas trop parce que, comme une enfant naïve de 5 ans, je pensais que ma mère était invincible, que rien pouvait avoir raison d’elle parce que ma mère c'était une power survivante, une super warrior. 

ÇA RECOMMENCE...
Cet été l’estomac a recommencé à faire des siennes l’empêchant de manger et la rendant malade tous les jours et même plusieurs fois par jour, elle ne gardait rien ou presque. Elle a enduré ça sans jamais se plaindre, sans jamais chiâler, en restant positive, je l’écris et je me dis que ça se peut pas! Depuis juin-juillet, son état s’est dégradé tranquillement, rapidement et à vitesse grand V. Fatigue, déshydratation, hospitalisation, intervention qui a mal tourné et qui s’est terminée par une opération d’urgence. Et là BANG! Ils ont ‘’ouvert’’ et ont frappé un mur de cancer. On a compris qu'il n'y avait plus rien à faire... 

FORCE, COURAGE ET DÉGRINGOLADE
Les médecins n’en revenaient pas chaque fois lorsqu’ils voyaient son dossier épais comme deux dictionnaires! Elle a toujours déjoué tous les pronostiques! Sa dernière volonté: revoir sa maison et son jardin, retourner chez elle. On a tout débranché, situation stable, retour à la maison. On nous disait pour 2 jours, 2 heures, 2 minutes, on ne sait pas. Elle est finalement restée du 15 au 31 août. Papa, le plus fort c'est mon père, a mis son travail sur pause pour s’occuper de maman à temps plein en soins palliatifs à domicile avec l’aide des formidables, admirables infirmières du CLSC. Non mais, 48 ans de mariage, ''in sickness and in health’’ il y a pas meilleur et plus bel exemple. Un court passage à l’hôpital et ensuite admise en maison de soins palliatifs, havre de paix, endroit extraordinaire Maison Catherine De Longpré 

ENCORE UN SOIR, ENCORE UNE HEURE, ENCORE UNE LARME DE BONHEUR...
Depuis presque 2 semaines, le temps est suspendu... mon père, mes frères et moi l’avons ‘’veillée’’ avec l’aide de ses sœurs, jour et nuit. La veille de son départ, je lui disais ‘’Maman je te laisse aller, tu peux partir quand tu seras prête, on est tous correct ici, tes parents t’attendent, tes deux frères aussi, tu t’es assez battue, tu peux te reposer’'. Elle nous a quittés mercredi soir, à 22h25 et c’est moi qui était là pour mon shift 21h-6h, je m'apprêtais à passer la nuit avec elle. Sa respiration a soudainement changé et l'infirmière m'a confirmé qu'elle s'en allait tranquillement. Elle nous a quittés tout en douceur, comme un petit oiseau. Elle est partie sans douleur, sans souffrance, entourée d’amour, nous étions là autour d’elle à pleurer, mais aussi à lui dire de belles choses, à la remercier, lui faire des bises sur le front, des caresses sur la joue. 

Ma maman mérite que tout le monde sache à quel point elle s’est accrochée. Elle est le plus bel exemple de persévérance, de force, de courage, de résilience, ma mère c’était une vraie battante, une guerrière!»


On en profite pour transmettre nos plus sincères condoléances à Marie-Andrée ainsi qu'aux proches.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus