Patrice Bélanger avoue avoir le sentiment d’imposteur dans son métier de comédien | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Patrice Bélanger avoue avoir le sentiment d’imposteur dans son métier de comédien

Au printemps dernier, après 13 saisons de radio, Patrice Bélanger a choisi de ne pas renouveler son contrat. Même s’il était toujours aussi heureux dans son mandat, l’animateur avait envie de faire de la place pour autre chose et, surtout, d’avoir du temps avec ses fils. Ses vœux ont été exaucés puisqu’il a renoué avec le jeu — on le verra dans Hôtel à la rentrée — et il a profité du mois d’août avec les siens, ses tournages de Sucré salé étant terminés.

• À lire aussi: Patrice Bélanger pose avec ses jumeaux, et il ont bien grandi   

• À lire aussi: Patrice Bélanger souligne les 75 ans de sa mère avec une magnifique photo

Patrice, vous avez connu une belle saison à la barre de Sucré salé?

Oui, j’ai terminé les tournages le 4 août; ç’a été la première saison où nous avions autant d’avance. Aucun report, aucun cas de covid, tout s’est bien déroulé. Nous serons en ondes jusqu’au 9 septembre. Je peux profiter un peu plus du temps avec mes boys et ma blonde. Je suis très heureux d’être sur un plateau de tournage, mais aussi d’avoir du temps. 

En outre, vous renouez avec le jeu pour la rentrée.

Oui, nous avons fini de tourner Hôtel cet été. C’est mon retour à la fiction; ça faisait cinq ans que je n’avais pas joué. Je ne pourrai jamais dire si je préfère l’animation ou le jeu, car, pour moi, ce sont deux univers différents. À l’audition d’Hôtel, j’étais tétanisé! J’avais le sentiment d’être un imposteur. 

Pourquoi dites-vous cela?

Je ne voulais pas qu’Éric Tessier, le réalisateur, me voie comme l’animateur qui veut jouer... Je ne voulais pas non plus qu’on me fasse de faveur. J’ai revécu ce sentiment d’imposture aux lectures, puis sur le plateau. J’étais entouré de comédiens chevronnés et de grand talent, qui m’ont fait me sentir à l’aise. Je suis tombé en amitié avec Olivier Gervais-Courchesne. Nous avions une affinité naturelle qui a ajouté à ce beau projet. Je suis à la fois excité et anxieux de voir les premières images. Nous espérons être partis pour quelques années avec la série Hôtel

Au printemps, vous avez quitté la radio. Qu’est-ce qui a motivé votre choix?

En mai dernier, j’ai conclu ma 13e saison de radio. Je voulais faire de la place pour autre chose. Souvent on me disait qu’on avait pensé à moi pour un projet, mais compte tenu de mon horaire, on n’osait pas m’approcher... Je ne voulais pas que la radio soit un bémol. Il y a aussi le fait que mes enfants commenceront la sixième année à la rentrée. Je sais que j’ai manqué de belles années, le matin, avec eux. J’ai envie d’être à la maison et de déjeuner avec eux. Pour mes 40 ans, alors qu’ils avaient huit ou neuf ans, mes fils m’ont offert une carte qui débutait ainsi: «Papa, même si tu n’es pas souvent à la maison...» Ce n’était pas normal que mes enfants m’écrivent ça. Ç’a été dur à encaisser... Je voulais avoir du temps de qualité avec ma famille. 

C’est courageux quand même de consentir à se jeter dans le vide...

C’est vertigineux! J’ai pris cette décision quand j’ai dit à mes garçons que papa réfléchissait à l’idée de ne pas faire de radio. Ils ont eu un grand sourire. C’est ce matin-là que j’ai pris ma décision, au coin de l’îlot. Je les en remercie.
 

Que nos enfants aient envie de passer du temps avec nous, c’est un si grand privilège...

Oui, et pour Marie-Claude et moi, ç’a été tough d’avoir nos enfants. Nous avons eu recours à l’insémination artificielle et nous avons attendu longtemps. Ils ont été très, très désirés. Je suis gâté par ma vie professionnelle, mais j’ai manqué plusieurs moments en raison de mes horaires atypiques. Heureusement, ma blonde, ma complice personnelle et professionnelle, peut moduler ses horaires aux miens. Nous sommes vraiment gâtés. 

Et vous êtes, encore une fois cette année, porte-parole du Festival de montgolfières de Gatineau.

Oui, et le thème, cette année, c’est «Viens faire ton party au FMG». Nous avons une programmation de feu: Les Trois Accords, Roch Voisine, Wyclef Jean, dont c’est la seule sortie nord-américaine en spectacle, Salebarbes, Koriass, un gala d’humour et plusieurs autres. Des artistes locaux y seront aussi, entre autres Geneviève RB & Alain Barbeau, un duo hors pair. Au FMG, nous sommes très fiers de donner une tribune aux gens de chez nous. Il y aura les envolées, matin et soir, des feux d’artifice tous les soirs, des illuminations nocturnes, etc. Ce sera un party, toute la journée. 

Vous y participerez en famille, je présume?

Oui, et c’est ce qui me fait le plus triper! C’est un projet que j’ai dans le cœur. J’ai grandi à Gatineau, et le festival, c’était mon dernier party de l’été. Cette année, samedi matin à 6 h 45, pendant que Laurence Jalbert chantera et que les ballons se gonfleront, Samuel et Olivier, 11 ans, papa et maman, 44 ans, et grand-papa et grand-maman, 75 ans, seront rassemblés. Les trois générations admireront ce magnifique spectacle...

Lisez toute l'actualité sur vos vedettes favorites dans la plus récente édition du magazine La semaine actuellement en kiosque, ou en ligne sur jemagazine.ca

VOUS AIMEREZ AUSSI : 8 vedettes qui ont dû apprendre à chanter pour un rôle:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus