Lulu Hughes s’ouvre sur la manière dont le cancer l’a changée | 7 Jours
/magazines/7jours

Lulu Hughes s’ouvre sur la manière dont le cancer l’a changée

Depuis des années, on se croise dans notre village sur la rive sud de Montréal. Chaque fois, on jase et on fait le tour de nos vies. J'ai toujours été impressionnée par cette bête de scène à la voix profonde. Ces dernières années, Lulu Hughes, la bête de scène à la grande sensibilité, reconnue pour son énergie et sa fougue, est aussi devenue une guerrière.

• À lire aussi: Lulu Hughes lance un message aux femmes pour le mois de la sensibilisation au cancer du sein

• À lire aussi: Lulu Hugues donne des nouvelles de son état de santé

Dominic Gouin

« En fait, le cancer a changé ma vie et m'a réveillée. J'étais d'ailleurs, endormie, repliée sur moi-même. C'est comme si la vie avait tout mis en place pour que je m'écroule et que je trouve comment reprendre le contrôle. C’est ce que je réalise. C’est ma réalité, c’est mon cheminement à moi. Tout ça a même fait de moi une meilleure personne. Je suis plus sensible et plus heureuse. Avant le premier diagnostic, j’étais en dépres- sion, mais je ne le voyais pas. Je réalise aussi que j’ai fait un important post-partum. Mais je me suis guérie physiquement, psychologiquement et émotionnellement. J’ai tellement appris!» 

 

APPRENDRE À S’APPRÉCIER

La guerrière de 55 ans pose sur elle- même un regard rempli de douceur et d’amour. Alors que, pendant des années, elle ne se trouvait jamais «assez», tout ça est maintenant définitivement derrière elle. « À une certaine époque, l'image physique était très importante pour moi, mais je ne me rendais pas compte de tout le stress que ça me donnait. J'ai tellement dépensé d'énergie à essayer d'être une autre que celle que j'étais. Aujourd'hui, je me dis, ben voyons, j'étais belle, super belle! » Elle me fait un clin d'oeil. « Mais je N'étais jamais assez. Je trouve ça d'une grande tristesse. Que de temps perdu! Je veux que les femmes entendent bien ceci: il faut savoir nous accepter telles que nous sommes et faire des choix pour notre bien-être à nous. On devrait avoir envie de se sentir bien pour soi. Je veux aussi inculquer ça à ma fille. Bien sûr, Melody va vivre ses propres affaires, mais si je peux la soutenir et l’aider, je serai au poste! J’espère qu’elle puisse s’épanouir et être fière d’elle!» Ce message, elle le lance à toutes les femmes, peu importe leur âge. «L’amour de soi est un des secrets du bien-être. On devrait avoir ça en nous très tôt dans notre vie.» Elle s’arrête quelques instants. Le sourire franc, l’œil scintillant, Lulu est posée et très affirmée. «Coudonc, c’est sérieux notre affaire!» On éclate de rire! 

COMBATTRE LA MALADIE

Pendant notre jasette, mon fils Laurence vient se préparer une bouchée. Je regarde Lulu et je lui dis: «Non, mais y’est-tu beau!» Mon gars grimace (ah, ces ados!). Lulu le regarde et lui dit doucement: «Laisse-la te complimenter. Si tu savais comme je rêverais d’avoir encore ma maman pour l’entendre me dire qu’elle me trouve belle!» Silence... Anna, sa maman adorée, est décédée d’un cancer. En fait, elles ont eu leur diagnostic à un mois d’intervalle. «Elle est venue vivre avec moi, pour que je puisse l’accompagner et prendre soin d’elle. C’était en 2016 et, un mois après avoir appris qu’elle souffrait d’un cancer incurable, j’ai moi aussi reçu un diagnostic. Une bombe pour nous! Elle était dévastée. On a toujours été très proches. D’ailleurs, je ressemble beaucoup à ma maman. On était toujours sur la même longueur d’onde. Elle a toujours été très courageuse, mais le cancer l’a emportée. Elle me manque tellement...» 

Dominic Gouin

TENIR BON MALGRÉ LES DÉFIS

Je suis assurée qu’Anna serait remplie d’admiration devant sa fille qui, entre la résilience et le désir de foncer, s’est retroussé les manches, parce que la pandémie est aussi venue ajouter son lot de défis à travers la maladie. En ces temps déjà assez maussades où tout semblait gris et lourd, l’aspect financier s’est aussi mis de la partie. «Je gagne ma vie en chantant sur scène. Quand tout a été arrêté, ça a grandement diminué mes entrées d’argent. À un moment donné, je n’avais plus le choix, j’ai travaillé ici, à Saint-Bruno, chez Markina, pour joindre les deux bouts. Tu te souviens quand je suis venue ici pour te livrer une commande?» Bien sûr que je m’en souviens. «Saskia, j’avais besoin de sous et de travailler, c’est aussi essentiel pour la santé mentale! Quand la patronne, Marie-Anick, m’a offert du travail, j’ai dit oui tout de suite. Elle m’a demandé si j’étais à l’aise de faire une livraison chez toi. J’ai trouvé ça très délicat de sa part. Je suis venue cogner chez toi parce que c’était mon boulot, mais aussi parce que j’étais heureuse de venir te voir. La pandémie a été dure pour tout le monde, on a été une méchante gang à trouver ces fameux plans B ou même à retourner sur les bancs d’école. On peut juste s’adresser des félicitations. Ça permet aussi d’apprendre à se découvrir autrement. Mais pouvoir enfin retrouver la scène, c’est complètement exaltant! Cet été, je fais des shows avec mon frère, Rick. La musique, on a ça dans le sang, et rien ne me fait plus vibrer!»  

Dominic Gouin

 

LE FEU SACRÉ

En show, micro à la main, c’est l’endroit où elle s’éclate. L’artiste bouillonne de projets et la création de son nouvel album, qu’on découvrira à l’automne, la remplit de bonheur! «Je capote, je suis tellement heureuse! Écrire, chanter, créer, ça me rend vivante. Peux-tu croire qu’il n’y a pas si longtemps, je pensais ne plus être capable d’écrire et que là, je prépare un album? Ça m’allume, me nourrit, je suis dans mon élément et je suis aux anges! J’ai assez hâte de le lancer et de le partager avec vous!» Il n’y a pas si longtemps, tout s’écroulait autour d’elle et maintenant, tout se reconstruit. Elle tient fermement les rênes de sa vie et croque dans chaque moment. «Je me sens bien, je me sens mieux. J’ai compris et appris. Ma priorité est de prendre soin de moi, de ceux que j’aime, et de partager mes expériences de façon bienveillante. Je pense qu’en partageant mes expériences, je peux aider certaines personnes. Une chose qui ressort de ces moments que j’ai vécus, c’est l’acceptation. J’ai cheminé dans ma vie au complet et j’ai un désir réel d’aider en utilisant ma voix pour accompagner les femmes.» 

GIRL POWER

D’ailleurs, en juillet dernier avait lieu la Ride de filles dont Lulu est la fière porte-parole et présidente. Cet événement regroupe des motocyclistes féminines, des survivantes et des combattantes du cancer du sein. C’est la plus importante randonnée à motocyclette formée exclusivement de femmes au Canada. Elle s’enflamme quand on en parle. «C’est tellement extraordinaire! C’est l’entraide et la solidarité à l’état pur. Je suis fière et honorée de pouvoir m’investir et offrir mon temps à une cause si importante, et surtout de le faire dans le plaisir. Des femmes de tous les milieux enfourchent leur “bicycle” pour la cause. C’est un sentiment indescriptible! On amasse des sous pour la Fondation cancer du sein, on vit une expérience incroyable et, pour plusieurs, c’est un dépassement personnel hallucinant!» Lulu nous donne d’ailleurs rendez-vous l’année prochaine pour la 15e édition. Elle invite toutes les femmes à se surpasser et à se joindre à cet événement unique qui, elle l’espère, rassemblera plus de 1200 participantes pour battre le record du monde du plus grand nombre de motocyclistes féminines au même endroit et, bien sûr, amasser le plus gros des montants pour la Fondation cancer du sein du Québec. 

TOURNÉE VERS L’AVENIR

«Ça aussi, c’est quelque chose que je ne pensais jamais faire. Je ne me serais jamais imaginée sur une moto. Si je n’avais pas eu le cancer, je n’aurais peut-être jamais osé et je serais passée à côté du sentiment de liberté unique que j’ai à moto. Tout ça, c’est aussi prendre soin de moi.» Libre, enracinée, inspirée, c’est droit devant que Lulu avance. «Je n’ai jamais été aussi bien. Tout naturellement, j’ai donc envie de faire du bien et de m’entourer de gens qui sont comme moi. Je suis une meilleure personne pour moi et envers les autres. En plus, et je n’ai pas dit ça depuis très longtemps, je me sens prête pour l’amour. Ce serait merveilleux de partager mon bonheur avec un amoureux...» N’est-ce pas une belle façon de terminer notre rencontre?

À bientôt, belle Lulu!    

Lulu prépare un nouvel album, qu’elle présentera à l’automne. On s’informe sur la Ride de filles à ridedefilles.org. Lulu est également porte-parole de Corpa Flora: corpaflora.com. Pour ses autres activités, on la suit sur ses réseaux sociaux.

VOUS AIMEREZ AUSSI : 41 vedettes québécoises adeptes de sport:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus