Guylaine Guay et son amoureux renouvelleront leurs voeux après 10 ans de mariage | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Guylaine Guay et son amoureux renouvelleront leurs voeux après 10 ans de mariage

Après trois livres jeunesse inspirés de son fils clovis, Guylaine Guay s’est plongée dans sa propre enfance pour aborder un sujet qui lui tient à cœur depuis longtemps: la diversité corporelle. c’est ainsi qu’est née Gloria sort du moule, une histoire destinée aux six ans et plus.

• À lire aussi: Guylaine Guay lance un livre pour enfants sur la diversité corporelle et dénonce des commentaires négatifs qu’elle a reçus 

• À lire aussi: Guylaine Guay annonce une grande nouvelle à propos de sa famille

«Gloria, c’est un peu moi: j’étais une petite fille grosse, blonde et frisée. J’ai beaucoup souffert du manque de modèles quand j’étais enfant. Il n’y avait personne qui me ressemblait, ni à la télé ni dans la littérature. J’avais envie de mettre en lumière le fait que des morphologies différentes existent, que la grossophobie est bien réelle, malheureusement, que rire des personnes grosses est encore socialement très accepté, contrairement à plein d’autres choses desquelles on ne peut plus rire maintenant. Je voulais mettre en lumière un petit modèle positif et joyeux, et c’est ma Gloria qui a vu le jour», raconte Guylaine Guay

CHANGER LES MENTALITÉS

Dans Gloria sort du moule, l’autrice dépeint son héroïne comme une fille curieuse qui va faire ses recherches pour trouver une réponse à son questionnement. «Dans le livre, elle dit qu’elle aime le gâteau. Elle n’est pas au régime. Moi, je me suis fait mettre au régime à six ans parce que, à l’époque, c’était ça. Ma mère ne faisait pas ça pour être méchante. Toute ma vie, je me suis fait dire par des médecins de famille qu’il fallait que je perde du poids avant n’importe quoi d’autre. Récemment, la première question que mon médecin m’a posée au téléphone était com- ment allait mon poids. Je lui ai dit qu’il était de bonne humeur, qu’il allait bien. Les gens qui ne vivent pas cette réalité ont de la misère à comprendre ce qu’on dit. On a des alliés minces, mais c’est rare qu’une personne mince et popu- laire va faire des publications sur les réseaux sociaux sur la grossophobie, parce que c’est polarisant de parler de ça. Moi, je peux en parler parce que je le vis.» 

Toutefois, Guylaine précise qu’elle ne vise aucunement à promouvoir l’obésité. «J’encense le fait qu’on a des corps différents. L’image du moule dans le livre est pour dire qu’on ne vient pas tous au monde sur le même frame. Je trouve que la littérature jeunesse est une tribune extraordinaire pour changer les mentalités et les comportements. Je ne me suis jamais excusée d’être qui je suis. Peut-être que mon corps a fait en sorte que je n’ai pas eu les mêmes opportunités professionnelles et amoureuses que d’autres. Quand j’étais jeune, on m’a déjà dit que tant que je serais grosse, je n’aurais pas de chum. Ce qui me réjouit, c’est que ça change.»      

ERIC MYRE

UNE NOUVELLE ÉTAPE

Pour la première fois de sa vie, Guylaine Guay est devenue propriétaire. Avec son mari, Steve, elle a acheté un duplex à Saint- Jérôme, qu’ils habitent depuis le 1er août avec le fils cadet de Guylaine, Clovis, 19 ans, alors que son aîné, Léo, 21 ans, habite l’appartement du haut. «Toutes les décisions que je prends sont pour mes enfants. On a une vie atypique. Mon fils Clovis a besoin de supervision. Il est non verbal, mais on lui a montré les photos de la nouvelle maison et on l’a préparé à ça depuis un an. Ça demande beaucoup d’énergie. Je lève mon chapeau et j’envoie ma solidarité à toutes les familles comme la mienne, parce qu’on ne se plaint pas, mais c’est un investissement énorme.» 

Après être allé dans une école spécialisée pendant 13 ans, Clovis ira cet automne dans une école régulière avec des classes TSA. De son côté, Léo a terminé son secondaire adapté en juin et poursuivra ses études à l’éducation aux adultes pour compléter ses mathématiques de secondaire 3 à 5 et son français de secondaire 4 et 5. «C’est sûr qu’il va y avoir une adaptation, parce qu’il n’est pas habitué d’être avec d’autres gens qui ne sont pas autistes dans sa classe, mais on y va une étape à la fois.» 

RENOUVELER SES VŒUX

Guylaine et son époux célébreront leur 10e anniversaire de mariage le 29 septembre. Or, comme ils viennent de déménager, ils souligneront le tout l’an prochain en renouvelant leurs vœux. «Ça va être simple, comme notre mariage», de dire celle qui sera de retour cet automne comme Fantastique à Véronique et les Fantastiques, à Rouge. Par ailleurs, elle écrit présentement les prochains tomes de ses séries Gloria et Clovis. «Avec mon éditeur, on travaille fort pour que les livres de Clovis voyagent en Europe, parce que l’autisme existe partout dans le monde.» 

• À lire aussi: Guylaine Guay découragée de la bureaucratie face à une situation avec son fils

• À lire aussi: Guylaine Guay rétorque à ceux qui commentent sa perte de poids

VOUS AIMEREZ AUSSI : 34 couples de vedettes québécoises qui nous font croire à l’amour:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus