Hélène Bourgeois-Leclerc se confie sur ses vacances dans le Bas-St-Laurent | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Hélène Bourgeois-Leclerc se confie sur ses vacances dans le Bas-St-Laurent

C’est reposée qu’Hélène Bourgeois Leclerc nous a joints pour discuter sur un ton enjoué de sa nouvelle émission à Zeste, Le Restaurant. La comédienne, qui était en vacances dans le Bas-Saint-Laurent avec ses enfants au moment de nous parler, est bien fière de ce projet surprise!

 • À lire aussi: Incursion sur le plateau de la compétition culinaire Le restaurant

• À lire aussi: Michel Charrette et Hélène Bourgeois Leclerc en vedette dans une nouvelle série

Patrick Seguin

Hélène, comment l’émission Le Restaurant est-elle arrivée dans votre vie?

Comme un cadeau! L’animation du Restaurant m’a été proposée l’hiver dernier, car l’équipe de production savait que j’étais une épicurienne et qu’elle connaissait mon amour des restos, et aussi parce que j’avais déjà touché un peu à l’animation. J’étais attirée par l’idée de participer à l’élaboration d’un nouveau concept, j’ai accepté. C’était une belle surprise!      

Quel est le concept?

C’est tout simple! Douze candidats restaurateurs qui sont de vrais cuisi- niers dans la vie et qui rêvent d’ouvrir leur propre restaurant y participent. À travers des défis, ils doivent peaufiner l’ADN culinaire de leur restaurant de rêve. Chaque semaine, ceux qui performent moins bien au premier défi lancé par le chef Vincent Dion-Lavallée doivent recréer leurs plats, mais cette fois pour une vraie clientèle composée des gens du public. La personne qui ne satisfera pas ses clients sera alors éliminée. À la fin des 10 épisodes, un gagnant sera couronné et recevra 50 000 $ en prix afin de l’aider à ouvrir son établissement. 

Connaissiez-vous déjà celui qui animera à vos côtés, le chef Vincent Dion-Lavallée?

Je ne le connaissais pas personnelle- ment, seulement de réputation! Je suis très impressionnée par tout ce qu’il a accompli à un si jeune âge. Une super chimie s’est créée en moins de deux minutes entre nous lors du premier repas d’équipe. Ce qui est formidable dans notre rela- tion, c’est qu’elle part de nos deux points de vue différents, mais complémentaires de la restauration: lui comme restaurateur, et moi comme cliente. Et je précise que je suis vrai- ment une cliente assidue. Manger au restaurant est un luxe que je me paye toutes les semaines, parfois même deux fois par semaine! 

Patrick Seguin


Pourquoi est-ce si satisfaisant pour vous d'aller au restaurant?

Parce que je suis une épicurienne et une gourmande! L’idée de manger pour moi est vitale, pas seulement pour me nourrir, mais pour l’expérience de partage qu’on y vit. J’ai été élevée par une mère qui disait: «On mange d’abord avec les yeux.» Et c’est vrai que, quand un plat est beau, qu’on a pris le temps de bien choisir nos aliments et qu’on l’a préparé avec amour, on vit un moment important quand on le partage. Qu’on cuisine à la maison ou que quelqu’un le fasse pour nous au restaurant, je trouve que c’est un acte généreux. 

Est-ce que déjà, enfant, vous étiez une assidue des restaurants?

Chez nous, nous y allions toutes les deux semaines, le jeudi soir de la paye. Ce n’était pas nécessairement de grands restaurants, mais c’était pour nous le moment de nous habiller un peu chic. Il y avait ce quelque chose de festif, que je revis maintenant avec mes enfants. 

Quels sont vos plus beaux souvenirs liés à la restauration?

Des souvenirs, j’en ai mille! Ça va des poutines englouties au casse-croûte, après une belle journée de ski avec mon père, à cet endroit extraordinaire au Bic, où j’ai mangé un potage incroyable devant un coucher de soleil tout aussi que mon repas avait été concocté par un chef néerlandais invité. 

Tout comme Alexandre Barrette, vous aurez un condo voisin de celui de Gildor Roy à l’émission La Tour cet automne. Comment sera- t-il?

Il va être magnifique! Le décor est super épuré et zen. Tout y dégage douceur et luminosité. J’ai vraiment très hâte d’essayer cette nouvelle façon de faire de la télé. Plutôt que des entrevues traditionnelles, La Tour présente des moments captés lors de discussions qui nous font pratiquement oublier la présence des caméras. Alexandre Barrette et moi serons présents toutes les semaines, mais pas pour tous les épisodes, car c’est Gildor qui signe la ligne directrice. Dépendamment des invités, les discussions se dérouleront chez Alexandre, chez moi ou chez Gildor, et chacun pourra visiter les autres et s’immiscer dans les conversations.
 

Vous nous parlez en direct du Bas-Saint-Laurent... Comment se déroulent vos vacances?

Je vis un été tellement doux! J’ai un mois de vacances. Ça faisait 25 ans que je n’avais pas vécu ça! C’est dire que mes enfants n’ont jamais connu un été pareil. Pour eux, ça s’est traduit par une semaine en camp de vacances, puis six semaines avec papa et maman au chalet du Bas- Saint-Laurent qui est dans notre famille depuis des générations. Nous faisons de la planche à pagaie, nous construisons des châteaux de sable ou des cabanes dans le bois, nous pêchons, faisons des casse- têtes, nous nous chatouillons, lisons, rions beaucoup... Ce n’est pas plate du tout!

Retrouvez Hélène Bourgeois Leclercà la compétition culinaire Le Restaurant, dès le jeudi 18 août, 21 h, à Zeste. Elle sera aussi de l’émission La Tour, du lundi au jeudi 19 h 30, dès le 12 septembre, à TVA.

• À lire aussi: Alexandre Barrette et Hélène Bourgeois Leclerc sont les nouveaux collaborateurs de «La Tour»

VOUS AIMEREZ AUSSI : 17 vedettes québécoises qui ont lancé leur propre alcool:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus