Saskia Thuot fait de rares confidences sur son couple | 7 Jours
/magazines/7jours

Saskia Thuot fait de rares confidences sur son couple

Image principale de l'article Elle fait de rares confidences sur son couple
Dominic Gouin

Comme elle le dit elle-même, Saskia Thuot est une femme comblée. Deux beaux enfants, une histoire d’amour inspirante, une carrière qui se porte très bien... L’animatrice se prépare à atteindre le cap de la cinquantaine en mars prochain, ce qui, somme toute, ne représente qu’un chiffre pour elle. C’est chez elle, au bord de sa piscine, par une belle journée ensoleillée, que j’ai pu renouer avec Saskia. «J’aime ma maison, j’y suis bien. Tant que mes enfants sont ici avec moi, je n’ai pas envie de vendre. Je suis heureuse quand il y a plein de monde ici», confie-t-elle.

• À lire aussi: Saskia Thuot et Hugo Girard récompensent des gens généreux dans cette nouvelle émission

• À lire aussi: Saskia Thuot est en deuil d'un ami précieux

Saskia, au chapitre des bonnes nouvelles, ton émission Bien sera de retour la saison prochaine!
Oui, pour une sixième année, et j’en suis très heureuse. Cette émission est arrivée un peu par hasard dans ma vie il y a six ans, en avril, alors que je venais de terminer Décore ta vie après 16 ans. Je n’avais à peu près rien devant moi, et c’est la productrice Isabelle Boutin qui m’a contactée pour ce projet. Je me souviens de m’être dit, moi qui ai la chance de faire des projets qui durent longtemps, que j’allais fêter mes 50 ans en travaillant sur Bien. Je suis extrêmement emballée! Cette émission porte bien son nom. C’est une demi-heure de bonheur et de plaisir. On apprend, on se questionne et on rit beaucoup. Je suis très fière de dire que tous nos invités veulent revenir sur le plateau. C’est vraiment chouette! J’adore ça, parce que tout ce qui concerne le bien-être m’intéresse grandement. 

Que retiens-tu de toutes ces rencontres faites à l’émission?
Je retiens surtout l’apport de tous les professionnels — sociologues, sexologues, psychologues — qui sont venus à l’émission. Un jour, on recevait Frédérick De Grandpré, qui tripe sur la philosophie, et on a pu s’entretenir avec le philosophe Frédéric Lenoir en direct de sa maison en Provence, par vidéo. Il y a eu plein de moments le fun au fil des ans. J’apprends beaucoup de choses; c’est enrichissant. 

Ton fils, Laurence, a maintenant 17 ans et il a récemment vécu son bal des finissants...
Il est beau, hein? Il a terminé son secondaire, et je suis bien fière de lui. Je parle beaucoup du temps qui passe et, chaque jour, ça me fait capoter de voir grandir mes enfants. Je vois encore Laurence quand il a commencé l’école... Aujourd’hui, il est plus grand que moi et son père, et il est grand aussi dans son cœur et dans sa tête. On lui a donné le meilleur de nous, comme à ma fille, même si on n’est pas tou- jours à notre meilleur parce qu’aucun parent n’est parfait. J’ai une belle relation avec mes enfants, je suis fière de ce que j’ai semé dans leurs cœurs. 

Parle-moi de ta fille. Tu as fait un voyage à New York avec elle?
À sa fête, il y a deux ans, je devais l’emmener à New York. Mais la pandémie est arrivée et j’ai tout annulé. Je suis très contente d’avoir pu vivre cette expérience avec elle deux ans plus tard, maintenant qu’elle a 14 ans. On a fait un super beau voyage. On a fait les classiques: le tour de Central Park à vélo, les endroits où beaucoup de séries télé ont été tournées, le tour de bus, la statue de la Liberté, etc. On a vraiment tripé, on s’est payé la traite, on a eu du fun et on a beaucoup ri. Je crois que ce premier voyage mère-fille de quatre jours nous a beaucoup rapprochées. 

Tu parlais du temps qui passe... L’un de tes proches est décédé récemment, n’est-ce pas?
Pascal était le grand copain et partenaire d’affaires de mon chum. Quand j’ai connu Dominick, j’ai connu Pascal par la force des choses. On se faisait des soupers, et je suis devenue amie avec sa femme, Chantal, et sa fille. J’étais proche d’eux. Ç’a été tout un choc qu’il meure subitement il y a un peu plus d’un mois. Il n’avait que 54 ans. Quand ça arrive près de nous, on se projette un peu là-dedans, même s’il n’y a rien comme la peine que vivent ses proches. Mais je pense que tous les humains font ça: on se dit que ça peut nous arriver. Ça fait que je remets bien des choses en perspective. Par contre, je ne ressens pas une plus grande urgence de vivre, parce que j’ai déjà ça en moi: je vis à quatre cent mille pour cent. Je ne fais pas les affaires à moitié. Et je suis du genre à laisser aller les choses. Je suis un peu easy going, et c’est précieux. 

Derrière l’animatrice en toi, il y a aussi une femme d’affaires qui prend de plus en plus de place?
Il y a quelques années, j’ai lancé la boutique Déco sur mon site, parce que je suis une amoureuse de tout ce qui touche à la déco. Dans la vie, je suis spontanée, et quand j’aime, j’aime automatiquement. J’ai donc lancé ça naturellement, sans faire de plan d’affaires, et j’ai réalisé que c’est quelque chose, le commerce en ligne! Ensuite, Balmy est arrivé dans ma vie il y a un peu plus d’un an. C’est une collection de serviettes. Il y a aussi la collection Art de vivre pour la maison. Ce sont des produits exceptionnels tissés à la main en Turquie. J’ai connu la fondatrice de Balmy et elle m’a dit un jour qu’elle retournait sur les bancs d’école. Puisqu’elle voulait vendre son entreprise, je l’ai achetée au printemps 2021 parce que je l’aimais, tout simplement. Je bâtis ça tranquillement. C’est un travail de tous les jours et ça va bien. J’ai une équipe qui m’aide. Sur mon site, on trouve donc les boutiques, le blogue et la collection de bijoux. 

Tu dois être fière d’avoir ajouté cette corde à ton arc?
Oui, j’adore ça! Mais gérer une entreprise vient avec son lot de travail et de réflexion. Ça m’amène à découvrir d’autres choses et ça me fait grandir. J’ai encore plus de respect pour tous les gens qui sont dans les affaires. Je suis chanceuse, parce que j’ai quelqu’un qui vend Balmy en Espagne, et j’ai quelqu’un qui développe le marché de l’Ouest canadien. C’est vraiment chouette, il y a quelque chose de très excitant par rapport à ça!

Tu te considères donc comme une femme impulsive et spontanée?
Je suis très spontanée, mais aussi réfléchie. C’est comme si toutes mes années d’expérience me profitaient. J’ai des coups de cœur, mais je dois déterminer ce que je souhaite exactement, quelle est la mission. J’ai besoin de vrai, d’authenticité, je veux collaborer avec des gens passionnés qui aiment travailler.

En plus, ta belle histoire d’amour se poursuit?
Oui, ça fait quatre ans et demi que je suis avec Dominick. C’est une très belle personne, et il est capable de me le dire quand quelque chose ne va pas. C’est un gars d’instinct, et je suis comme ça moi aussi. On se complète bien là-dedans. On grandit ensemble, on se dit les vraies affaires et on ne rumine pas chacun de notre bord. C’est assez le fun! Et il est extraordinaire avec mes enfants. 

On souhaite souvent «être sur son X», comme le veut l’expression. C’est ton cas?
Je n’aime pas cette expression, mais je trouve ça le fun de continuer d’apprendre et de grandir. Oui, je vieillis, oui, le temps file, mais d’autres belles personnes arrivent sur mon chemin. Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous; je crois beaucoup à ça. Ma vie va bien, qu’est-ce que je peux demander de plus? C’est sûr que j’ai des questionnements, mais je me positionne plus rapidement qu’avant, et j’apprends à dire non sans donner de raison. Je pense que si on ne se questionne pas, on n’avance pas dans la vie. Au fond, ma vie n’est pas un long fleuve tranquille. Il y en a eu des bévues, et il arrive parfois des tsunamis, mais je ne suis pas obligée de tout dire non plus. Je suis en amour, j’ai deux bons enfants et ma vie professionnelle va bien. Je n’ai pas de raison de me plaindre. Je m’entoure de gens qui me font me sentir bien et qui sont vrais, qui m’aiment pour qui je suis. 

• À lire aussi: Un an après le décès de son fils, Manon Leblanc se confie à Saskia Thuot

Lisez toute l'actualité sur vos vedettes favorites dans la plus récente édition du magazine 7 Jours actuellement en kiosque, ou en ligne sur jemagazine.ca

VOUS AIMEREZ AUSSI :

30 vedettes québécoises qui demeurent sur la Rive-Sud:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus