Shania Twain évoque les épreuves qu’elle a dû traverser dans son nouveau documentaire | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Shania Twain évoque les épreuves qu’elle a dû traverser dans son nouveau documentaire

Image principale de l'article Elle évoque les épreuves qu’elle a dû traverser
Photo Getty Images

La chanteuse évoque les épreuves qu’elle a dû traverser dans le documentaire Shania Twain: Not Just A Girl. À 56 ans, la star s’apprête à revenir sous les feux de la rampe avec une compilation de ses meilleurs succès. Retour sur le parcours d’une combattante qui n’a pas dit son dernier mot. 

Une enfance difficile

Née le 28 août 1965 à Windsor, en Ontario, Shania a grandi au sein d’une famille pauvre où la violence était quotidienne. Non seulement son beau-père, Jerry Twain, s’en prenait fréquemment à sa mère, Sharon, mais il abusait aussi des cinq enfants du clan. «Il avait des problèmes, et je voyais parfois qu’il n’était pas lui-même. C’est comme s’il avait deux personnalités», a-t-elle raconté à l’émission 60 Minutes. Craignant pour la vie de sa mère, la future vedette a convaincu celle-ci de se réfugier dans un centre pour femmes victimes de violence conjugale en compagnie de ses enfants, mais Sharon n’a pas tenu le coup: elle est vite retournée auprès de son bourreau. «Grandir au sein d’un foyer violent était horrible, mais je m’évadais grâce à la musique», écrit la star dans son autobiographie, From This Moment On.

Cheffe de famille... à 22 ans

Shania, qui chantait dans les bars depuis l’enfance pour procurer de quoi vivre à sa famille, est devenue responsable de ses frères et sœurs en 1987, quand Jerry et Sharon ont péri dans un tragique accident de la route. Installée aux États-Unis dans l’espoir de percer, elle est vite rentrée en Ontario, devenant chanteuse de cabaret afin d’offrir une vie décente aux membres de sa fratrie. «À ce moment, j’aurais préféré être morte avec mes parents. Je me disais que j’en avais beaucoup trop à gérer», a-t-elle confié à 60 Minutes. La jeune femme est tout de même parvenue à veiller sur ses proches, un exploit qu’elle attribue à sa force de caractère. «Je suis née pour être une battante et une survivante.»

À ses débuts, à l’orée des années 1990.

Photo : Getty Images

À ses débuts, à l’orée des années 1990.

Son combat contre la maladie

C’est à la maladie de Lyme qu’on doit la longue absence professionnelle de Shania Twain, qui n’a lancé aucun album entre 2004 et 2017. «Mes symptômes étaient plutôt effrayants parce qu’avant de recevoir le diagnostic, j’étais très étourdie sur scène. Je perdais l’équilibre», mentionne-t-elle dans le documentaire de Netflix. La maladie a aussi entraîné une dysphonie, une perturbation des cordes vocales. «Ma voix n’a plus jamais été la même. Je pensais que je l’avais perdue à jamais, que je ne chanterais plus.» L’interprète de Don’t Be Stupid a subi deux interventions chirurgicales visant à rétablir la situation. «C’était une très grande perte, alors il m’a fallu faire la paix avec la disparition de mon ancienne voix pour redécouvrir la nouvelle. Ç’a été un processus long, mais très gratifiant»,
a-t-elle expliqué à Extra TV. 

Trahie par ses proches

En 1993, la chanteuse a convolé avec le producteur de disques Robert «Mutt» Lange. «Nous nous sommes rencontrés, nous sommes tombés amoureux, nous nous sommes fiancés, nous nous sommes mariés et nous avons créé un album complet, le tout en moins de six mois», raconte la star dans son documentaire. Installé en Suisse, le couple a fondé une famille et accueilli un fils, Eja, en 2001. Hélas, le bonheur conjugal s’est terminé. En 2008, Shania a appris que son mari avait une liaison avec sa secrétaire et confidente, Marie-Anne Thiébaud. Secouée par la demande de divorce de celui qui partageait sa vie depuis 15 ans, elle a eu l’impression de revivre la perte brutale de ses parents. «Mon mari m’a quittée pour une autre femme. Ça signifiait la fin permanente de tellement de facettes de ma vie!» Le règlement du divorce a été finalisé en 2010 au terme de négociations acrimonieuses

Avec son premier mari, Robert «Mutt» Lange, en 2000.

Photo : Getty Images

Avec son premier mari, Robert «Mutt» Lange, en 2000.

Un nouvel amour

Shania n’est pas restée très longtemps sur le marché du célibat. Contre toute attente, elle s’est vite éprise de Frédéric Thiébaud, le mari cocu de Marie-Anne. La trahison de leurs époux respectifs a rapproché les tourtereaux, qui ont traversé cette épreuve côte à côte. «J’ai pu observer Fred vivre la même situation que moi, et j’admirais beaucoup la manière qu’il avait de gérer tout ça. C’est à ce moment que je suis tombée amoureuse. Je le trouvais exemplaire en tous points!» a-t-elle confié au magazine Redbook. Marié en 2011, le couple réside toujours en Suisse, à quelques minutes de route de la résidence de Robert «Mutt» Lange et de Marie-Anne Thiébaud. «Je m’étais juré de ne jamais plus être amoureuse, mais Frédéric est impossible à ne pas aimer.»

Photo : Getty Images

 

Des projets plein la tête

La star amorce un grand retour avec le documentaire Shania Twain: Not Just A Girl, diffusé sur Netflix depuis le 26 juillet. D’ici septembre, elle offre son spectacle Let’s Go! au Zappos Theater du Planet Hollywood Resort & Casino de Las Vegas. Enfin, une compilation de ses plus grands succès, qui comprendra une pièce inédite, est attendue le 2 septembre.

À VOIR AUSSI: 17 Canadiens qui ont conquis Hollywood

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus