Beyoncé remplace les paroles d'une de ses chansons à la suite de dénonciations sur les réseaux sociaux | 7 Jours
/magazines/starsysteme

Beyoncé remplace les paroles d'une de ses chansons à la suite de dénonciations sur les réseaux sociaux

De fausses notes ont émergé du concert d’éloges qui a marqué la parution du nouvel album de Beyoncé. La star a choisi de remplacer un terme jugé offensant envers les personnes handicapées qu’elle a utilisé dans une chanson à la suite de dénonciations sur les réseaux sociaux en fin de semaine.  


• À lire aussi: Jay-Z: de revendeur à milliardaire

• À lire aussi:
Beyoncé bat un record aux Grammys

Dès lundi matin, l’entourage de la star américaine a annoncé que les mots «spazzin’» et «spaz», qu’on peut entendre dans le dernier segment de Heated, un des 16 titres de son album Renaissance, dont la parution a fait grand bruit, vendredi. 

Le mot «spaz» réfère à un handicap qui affecte le contrôle musculaire. C’est aussi une insulte pour qualifier une personne de stupide. 

«Le mot, qui n’a pas été utilisé intentionnellement pour faire du mal, sera remplacé» a fait savoir l’équipe de Beyoncé, dans une déclaration relayée par le magazine Variety. 

Une militante des droits des personnes avait attiré l’attention sur le texte de la chanson Heated, dans une lettre d’opinion publiée dans la presse britannique, en fin de semaine. 

Cette personne, Hannah Diviney, elle-même handicapée, avait incidemment dénoncé l’utilisation de la même épithète peu flatteuse dans une chanson de Lizzo, il y a six semaines, ce à quoi la chanteuse avait répondu en changeant le texte de sa chanson et en se déclarant une alliée. 

Bien que Beyoncé soit une artiste d’exception, «ça n’excuse pas l’utilisation d’une insulte capacitiste», avance Mme Diviney.

• À lire aussi: Beyoncé possède 80 000 abeilles

• À lire aussi:
18 stars qui ont vécu une fausse couche

Extrait non autorisé
Cette affaire ne serait pas le seul faux pas commis par Beyoncé durant la préparation de son album. 

La chanteuse Kelis a accusé Queen B d’avoir utilisé des extraits de sa chanson Milkshake sans son autorisation sur le titre Energy. 

«Ce n’est pas une collaboration, c’est un vol», a déclaré Kelis, dans une série de messages Instagram où elle s’en prend surtout aux producteurs de Milkshake, Pharrell Williams et Chad Hugo. 

Elle les accuse de lui avoir «volé» les droits de la chanson, parue il y a vingt ans. Leurs noms figurent d’ailleurs dans les crédits d’Energy, mais pas celui de Kelis. 

Ni Beyoncé, ni Williams et Hugo n’ont réagi à ces allégations.

À VOIR AUSSI: Les robes les plus chères portées sur un tapis rouge

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus