Des funérailles lumineuses pour Nadège St-Philippe | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Des funérailles lumineuses pour Nadège St-Philippe

Image principale de l'article Des funérailles lumineuses pour Nadège St-Philippe
Photo : Dominic Gouin

De nombreux parents, amis et collègues de Nadège St-Philippe se sont rassemblés le vendredi 22 juillet à l’église Arménienne catholique Notre-Dame-de-Nareg, à Saint-Laurent, pour lui rendre un dernier hommage avant de la conduire à sa dernière demeure. Une célébration à son image: sobre, mais lumineuse, et remplie d’émotion.

• À lire aussi:
Nadège St-Philippe est décédée d'un cancer

• À lire aussi:
Collègues et amis pleurent le décès de Nadège St-Philippe

Alors qu’un grand soleil irradiait Montréal vendredi dernier, plus d’une centaine de personnes — amis, membres de la famille, collègues et admirateurs — étaient venues célébrer la mémoire de Nadège St-Philippe lors de ses funérailles, qui se déroulaient dans l’enceinte de la petite église arménienne de Saint-Laurent. La veille, au salon funéraire, les proches avaient pu la saluer une dernière fois et offrir leurs condoléances à la famille. D’origine haïtienne, Nadège était l’épouse de Raffi Jabrayan, avec qui elle s’était mariée selon le rite catholique arménien. 

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

Nadège St-Philippe a eu droit à une cérémonie sobre et lumineuse, pendant laquelle ses proches, ses amis et tous ceux qui l’aimaient ont pu lui rendre un dernier hommage.

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

Nadège St-Philippe a eu droit à une cérémonie sobre et lumineuse, pendant laquelle ses proches, ses amis et tous ceux qui l’aimaient ont pu lui rendre un dernier hommage.

Le cortège funèbre est arrivé un peu après 11 h, alors que les bancs de l’église étaient bondés. Le cercueil de Nadège St-Philippe a fait son entrée avec solennité, entouré de bouquets de fleurs à dominante blanche, suivi de son mari et de plusieurs membres de sa famille. 

Dans son allocution, le prêtre est notamment revenu sur la personnalité de Nadège St-Philippe, qui était dans sa vie privée ce qu’elle dégageait à l’écran: une femme simple, réservée, lumineuse, douce et généreuse. Pour souligner son caractère déterminé et sa bienveillance, il a choisi de reprendre deux témoignages publiés sur les réseaux sociaux qui lui semblaient symboliques et représentatifs de la jeune femme. Il a notamment cité les mots du premier ministre, François Legault, qui a écrit: «Quelle triste nouvelle. Sa présence éclairait le temps au Québec et elle nous manquera. Mes pensées vont à sa famille, à ses proches et au Groupe TVA.» Il a poursuivi avec le message publié par Justine St-Martin, journaliste à TVA Sports. «Beauté éblouissante, lumineuse, douce, d’une gentillesse immense, Nadège avait ce don pour illuminer chaque pièce où elle passait. Une humaine d’exception qui fera envier le soleil par sa brillance et sa lumière. S’il y avait plus de Nadège, le monde irait tellement mieux.» 

De nombreux amis tenaient à lui dire un dernier au revoir.

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

De nombreux amis tenaient à lui dire un dernier au revoir.

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

La cérémonie a duré une trentaine de minutes avant que le prêtre invite les personnes présentes à offrir leurs condoléances à la famille, rassemblée à la sortie. Le cortège funèbre, orné d’une multitude de couronnes de fleurs blanches, a ensuite quitté l’église sur les coups de midi pour amener la dépouille de Nadège St-Philippe au cimetière St Laurent, où a eu lieu son inhumation dans la plus grande intimité.

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

COLETTE PROVENCHER et Nadège faisaient la météo à des heures différentes, mais les deux femmes étaient très complices. «C’était une lumière, et je m’amusais à le lui dire tout le temps. Quand elle s’approchait de moi, je lui disais en rigolant de s’éloigner parce qu’elle me faisait de l’ombre. Sa réponse était toujours un grand sourire. Elle avait quelque chose de tellement spécial, elle était tellement lumineuse qu’elle ne s’éteindra jamais. Je suis allée lui rendre une dernière visite au salon funéraire, parce que j’ai encore de la misère à le croire. Elle était tellement certaine qu’elle allait revenir à l’automne.» Elles avaient même un petit rituel secret. «On n’avait pas les mêmes horaires, mais chaque vendredi, je lui écrivais un petit mot que je déposais dans un tiroir à TVA. Elle le lisait la fin de semaine, et le lundi, je lisais sa réponse. On a fait ça pendant des années.»

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

DOMINIQUE ANGLADE souhaitait souligner que la présentatrice météo de TVA était un exemple pour la communauté. «Nadège, c’était la bienveillance et le véritable intérêt pour les gens. Elle redonnait aussi beaucoup, elle était très présente pour la communauté.» La cheffe de l’opposition officielle a également ajouté: «J’élève trois enfants, dont deux filles. Voir Nadège à la télé, c’était aussi le symbole pour les jeunes que tout est possible. C’est très inspirant et je vais le garder précieusement.» Elle a présenté ses condoléances à Raffi Jabrayan, le conjoint de Nadège.

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

Pendant près de huit ans, MICHEL JEAN a partagé ses fins de semaine avec Nadège St-Philippe. «Elle était comme les gens la voyaient à la télé: souriante, douce et à son affaire. Elle était aussi fière de ses origines et consciente du rôle qu’elle avait à jouer dans sa communauté. Elle militait beaucoup à sa manière. Elle me parlait souvent de toutes les actions qu’elle faisait. J’admirais beaucoup ça chez elle. Elle passait beaucoup de temps à parler avec les gens, elle était bonne. Tout le monde l’aimait, parce qu’elle était facile à aimer. C’était une camarade de travail parfaite. Même si elle était réservée, elle savait être présente quand quelqu’un allait moins bien.»

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

Nadège n’était pas seulement une présentatrice à la télé, mais aussi une femme très généreuse, dont va se souvenir FRANTZ BENJAMIN, député de Viau. «Peu de gens savaient le nombre d’implications qu’elle avait en termes de dons à la communauté et à la collectivité, a-t-il expliqué. Je l’ai connue avant qu’elle fasse son entrée à TVA et, depuis, on ne se voyait pas souvent, mais c’était chaque fois une rencontre extraordinaire. Je me souviens que, lorsqu’on a démarré le Fonds 1804 pour la persévérance scolaire, elle a été une des premières que j’ai appelées. Elle m’a dit oui tout de suite. Elle croyait à la persévérance scolaire et elle a donné son nom à une des bourses qui aident les jeunes persévérants. Elle avait plusieurs autres engagements de ce type à Montréal-Nord, mais aussi dans d’autres quartiers.» 

Photo : TVA Publications/Dominic Gouin

Nadège était plus qu’une collègue de travail pour JULIE COUTURE, cheffe d’antenne de TVA Québec. «Je l’ai connue en 2006, alors que j’étais cheffe d’antenne à Montréal. Dès qu’elle est entrée dans la salle de nouvelles, j’ai tout de suite su qu’on allait devenir des amies pour la vie, au-delà de notre relation professionnelle. Je suis entrée dans son cercle intime d’amis, j’étais aussi présente à son mariage. Quand j’ai décidé d’aller travailler à Québec, elle venait me voir régulièrement.» Très éplorée par la disparition de son amie, la journaliste a confié que les derniers moments ont été douloureux. «Nadège avait beaucoup souffert de son premier cancer et, quand elle s’en était sortie, on avait vraiment célébré. Mais lorsque le cancer est revenu, elle m’a dit: “Peu importe ce qui arrive à partir de maintenant, j’ai eu 10 belles années de rémission. J’ai pu faire ce que je voulais, j’ai réalisé des rêves et je me suis accomplie au niveau professionnel.” Cette déclaration m’avait beaucoup touchée. Quand elle a décidé d’arrêter les traitements au printemps dernier, je suis restée proche d’elle. Aujourd’hui, elle est enfin soulagée des douleurs qui l’affligeaient. Je peux dire que c’est une des personnes les plus pures que j’ai connues, autant dans son cœur et dans ses intentions que dans sa façon d’être. Elle était apaisante. On a eu beaucoup de plaisir ensemble.»

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus