Anouk Meunier emballée par son retour à la radio | 7 Jours
/magazines/7jours

Anouk Meunier emballée par son retour à la radio

Image principale de l'article Anouk Meunier emballée par son retour à la radio
Photo : Julien Faugère

Anouk Meunier a toujours voulu prioriser sa vie de mère. C’est donc au rythme de son cœur qu’elle a poursuivi sa carrière, en acceptant des mandats qui s’imbriquaient dans son horaire et celui de son fils. Maintenant qu’Arnaud a deux ans et demi, la maman ajoute, lentement mais sûrement, des engagements en harmonie avec ses choix de vie. À l’automne, l’animatrice poursuivra sa collaboration à Chanteurs masqués et rejoindra Marie-Eve Janvier derrière le micro à Rythme FM — deux mandats qui la rendent profondément heureuse et qui respectent ses nouvelles priorités.

• À lire aussi:
Un nouveau mandat à la radio pour Anouk Meunier

Anouk, on a annoncé le retour de l’émission à succès Chanteurs masqués. Heureuse de cette belle nouvelle?
Oui! Je suis emballée! J’ai tellement hâte à cette deuxième saison. J’ai eu un plaisir fou à vivre la première! L’équipe prépare actuellement une tonne de surprises. J’ai juste hâte de me laisser surprendre encore. J’ai envie de m’abandonner au spectacle et de reprendre mes enquêtes aussi assidument que durant la première saison. Un show qui permet d’assister à un spectacle tout en s’amusant, c’est un projet bonbon dans une vie. Mon travail, c’est de me laisser impressionner par des numéros de haute voltige, des trucs à couper le souffle, des paillettes, de la musique et des mises en scène incroyables. J’apprécie aussi cette mini-compétition fort sympathique entre les enquêteurs. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire un projet qui me plaît. 

Avec la radio, tu relèves aussi un magnifique défi puisque tu poursuivras l’expérience avec Marie-Eve Janvier le midi cet automne...
Oui, c’est l’une des belles surprises que j’ai eues récemment. Ça fait 20 ans que j’écoute le show du midi à Rythme et, depuis tout ce temps, je trouve que c’est une belle émission qui me ressemble et je me voyais très bien occuper ce poste. Il y a plusieurs années, dans ma liste de souhaits, j’avais noté que j’aimerais participer à un gros show rassembleur du dimanche soir et animer une émission du midi à Rythme. Et c’est ce que je vis! C’est quand même extraordinaire! 

Et est-ce que tout cela se produit à un bon moment dans ta vie?
Oui, ça arrive à un bon moment et c’est le bon horaire pour moi. C’est comme si tout était en place pour que ça se passe maintenant. J’ai fait un peu de radio par le passé, suffisamment pour savoir que c’est un médium que je voulais davantage explorer. Je dois avouer que je me sens vraiment choyée et privilégiée d’avoir la chance d’en faire sur une base régulière avec une si belle équipe! Je trouve ça tripant de retrouver le contact quotidien avec le public; je l’ai eu pendant longtemps quand je faisais de la télé en direct le matin. La force de la radio, c’est justement d’avoir ce contact au quotidien. Pouvoir retrouver les gens, échanger, avoir de belles discussions me plaît beaucoup. En plus, c’est une émission qui se fait dans le plaisir. C’est un lunch de filles. Il y a un côté girly qui m’interpelle. Je pense que nous allons avoir beaucoup de plaisir. 

Après avoir passé trois semaines à la radio avec Marie-Eve au printemps, tu as pu constater que tu avais une belle complicité avec elle...
Oui. J’ai remplacé Julie Bélanger durant les trois dernières semaines de la saison régulière à l’émission du midi, et c’est ce qui a donné le ton à l’émission de l’automne. Marie-Eve Janvier est une partenaire en or que j’adore! Elle et moi avons plusieurs points en commun. Nous nous connaissons suffisamment pour savoir que nous nous aimons et pour être excitées à l’idée de travailler ensemble à nouveau à la rentrée. Nous avons plein de choses à apprendre l’une de l’autre. J’arrive avec beaucoup d’humilité et d’ouverture, et avec le désir d’apprendre, ma joie de vivre et tout mon cœur. Le reste suivra.

• À lire aussi: Malgré une carrière bien remplie, Marie-Eve Janvier veut être présente pour ses filles

Entre-temps, cet été, tu seras de retour à l’International de montgolfières...
Oui, à titre de porte-parole, après deux ans d’absence en raison de la pandémie. J’étais porte-parole depuis quelques années déjà. C’était particulier de ne pas vivre cet événement estival incontournable. Cette année, nous avons une belle programmation, et je pense que tout le monde a hâte de retrouver ce festival que j’aime particulièrement. Je suis attachée à cette région, car ma famille vient de Saint-Jean-sur-le-Richelieu. Lorsque j’étais jeune, je passais beaucoup de temps à l’International de montgolfières. Cette année, je vais le vivre différemment, car Arnaud a deux ans et demi. J’ai tellement hâte de lui faire découvrir le festival! Il a vu des photos de moi, jeune, au festival. J’ai hâte qu’il puisse le vivre pour vrai. C’est un petit garçon qui est allumé, expressif et qui s’émerveille beaucoup. J’imagine qu’il va aimer. La vie fait bien les choses, car tous ces projets vont se chevaucher. J’ai aussi les Bloopers au programme. En ce moment, mon horaire est bien garni! 

Mais il te permet quand même de préserver un horaire de maman bien équilibré...
Oui. C’est pour cette raison que je remercie tellement le ciel en ce moment. Je suis remplie de gratitude. Non seulement j’ai des projets qui me stimulent au plus haut point, mais tout tombe aussi au bon moment. Je n’ai pas l’impression de négliger mon rôle de mère. Je peux être super présente pour mon fils. Mes moments consacrés au travail sont bien choisis, et je continue de maintenir cet équilibre, tout en ayant la chance de travailler à temps plein. 

Photo : Julien Faugère


• À lire aussi:
Anouk Meunier et Daniel Melançon soulignent 12 ans d’amour

• À lire aussi:
Anouk Meunier et Daniel Melançon n’ont pas le projet d’agrandir leur famille

As-tu prévu des vacances ou des activités en famille durant l’été?
En ce qui concerne les vacances, ça sera difficile à cause de mon agenda déjà bien rempli. Par contre, nous allons certainement planifier quelques escapades. Nous en avons fait une au printemps dans les Cantons-de-l’Est. Cet été, nous irons dans des chalets avec des amis. Ce seront de courts séjours. Nous allons profiter de l’été ici, au Québec, à la maison dans notre cour, en organisant des barbecues et des partys de piscine. Nous allons profiter du beau temps avec Arnaud qui évolue et nous émerveille toujours autant. Avec la levée des restrictions sanitaires, nous retrouvons nos amis et leurs enfants. Arnaud a donc des contacts avec des enfants; c’est beau de le voir interagir avec eux. Ces dernières années, ça nous a manqué. Maintenant qu’on peut voir nos familles et nos amis, ça change la donne. Cela donne une nouvelle dimension à la vie d’Arnaud. 

As-tu finalement inscrit ton fils à la garderie?
Pas encore! (rires) Il faudra trouver un plan pour l’automne... En ce moment, nous nous organisons bien avec nos horaires, mes beaux-parents et ma mère qui est proche. Nous avons des gens pour nous aider, mais c’est évident qu’il faudra trouver une solution, que ce soit une garderie ou une gardienne à la maison. C’est ce à quoi nous allons réfléchir ces prochaines semaines. Quelle que soit la situation, Arnaud en retirera du positif, j’en suis convaincue. Je ne suis pas stressée, mais il faut que je m’organise. 

C’est une belle période de vie pour lui et, par le fait même, pour toi...
Je suis fascinée! Au niveau du langage, il est incroyable! Il a une mémoire phénoménale. Il retient tout. L’autre jour, nous regardions par la fenêtre. Il y avait une flaque d’eau sur la rue. Arnaud m’a dit: «Oh! Une flaque d’eau! Peut-être un back-wash (rires) Il avait retenu ces mots qu’il avait entendus alors que nous marchions dans la rue. Il est très attentif à ce qui se passe autour de lui et il remarque tout. Il est très divertissant. Nous le voyons découvrir toutes sortes de choses. Nous avons renoué avec la baignade. Et Daniel lui a acheté un ensemble de bâtons de golf, et il adore! 

À ton avis, Arnaud risque-t-il de devenir un sportif?
Je ne sais pas s’il sera un sportif, mais je remarque qu’il aime frapper des balles de golf ou des rondelles avec son hockey. 

Deux ans et demi, c’est l’apogée du Terrible Two. Est-ce que cette période pose des défis?
Oui, énormément! Je m’amuse à dire que ça fait un an qu’il est dans son Terrible Two. Arnaud n’est pas un petit garçon facile... C’est un enfant extraordinaire, mais il sait ce qu’il veut et il est extrêmement intense. Quand il est de bonne humeur, il est de très bonne humeur; mais quand il est en crise, il est très en crise. Parfois, il est imprévisible. Comme il a une forte personnalité, je ressens les effets du Terrible Two. J’aurais tendance à dire que ça semble s’améliorer. Peut-être que le pic est passé et que nous allons vers le meilleur... Je me plais à le penser. Disons que c’est une période qui pose des défis quotidiens. 

Tu disais souvent être une mère inquiète. Sens-tu que cette inquiétude se résorbe un peu?
Oui, je sens que j’évolue. Il me semblait évident que j’allais être une maman poule, et c’est ce que je suis, mais je réalise que je n’ai pas de difficulté à me concentrer sur mon travail lorsque je suis au travail. Je l’ai réalisé avec les tournages de Chanteurs masqués et je l’ai confirmé avec la radio. Avant, quand je partais, Arnaud pleurait. Maintenant, il semble avoir compris que je vais revenir. Lorsque je passe la porte, il me dit: «Bye-bye, maman! À tantôt!» 

Ça facilite les choses!
Bien sûr. Il semble avoir compris que je m’en vais, mais que je reviens. J’ai le cœur beaucoup plus léger. J’apprends aussi à faire confiance. Ça fait partie de mon apprentissage en tant que parent. Je n’ai jamais prétendu être la seule personne capable de s’occuper d’Arnaud. 

Photo : Julien Faugère


• À lire aussi:
Véronic DiCaire nous emmène dans les coulisses de Chanteurs masqués

Daniel et toi avez franchi le cap des 12 ans ensemble. Déjà!
Oui, les années passent vite, mais avec Arnaud, le temps passe encore plus vite! Déjà 12 ans! Daniel est plongé dans le golf à fond la caisse avec le tournage de ses émissions Golf mag et ses leçons de golf. Il accompagne aussi des groupes lors de voyages de golf. Il est très occupé! Il est très heureux, car c’est sa passion. 

Avez-vous souligné cet événement d’une manière particulière?
Non, nous n’avons pas fait de célébration spéciale. On dirait qu’avec un enfant, ça va vite, et on oublie de s’arrêter. Par le passé, nous avons souvent marqué le coup en faisant des voyages, mais avec la pandémie, le contexte actuel et Arnaud, nous ne serions pas partis. Nous attendons que les choses se replacent avant de revenir à nos grandes célébrations. 

Est-ce que tu souhaites recommencer à voyager, mais avec Arnaud cette fois-ci?
Oui, mais je ne partirais pas en Europe. Par contre, j’aimerais bien aller à Disney avec lui éventuellement. Je rêve de l’amener dans cet univers. J’aimerais aussi l’amener au bord de la mer. Nous n’avons rien prévu sur ce plan pour le moment, mais je pense que ce seront nos premiers voyages en famille. Par la suite, nous pourrons penser à des voyages plus longs. Même si ça faisait partie de nos vies, que nous avions l’habitude de partir en voyage et que c’était important dans ma vie, ça ne me manque pas. J’ai une bonne banque d’images et d’expériences vécues. J’y reviendrai dans quelques années, mais pour l’instant, je trouve mon bonheur ailleurs. Mes préoccupations ont changé. Mes priorités ont changé.

►Anouk sera à la radio de Rythme FM à la rentrée, à l’émission du midi, aux côtés de Marie-Eve Janvier. Elle reviendra cet automne à son poste de juge-enquêtrice à Chanteurs masqués et animera à nouveau l’émission Bloopers à TVA. Pour en savoir plus sur la programmation de L’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu: montgolfieres.com.

À VOIR AUSSI: 22 couples de vedettes québécoises qui ont conjugué amour et travail

s

À VOIR AUSSI: Les 10 plus beaux looks de tapis rouge d’Anouk Meunier

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus