Visite sur le plateau de la nouvelle série Anna et Arnaud | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Visite sur le plateau de la nouvelle série Anna et Arnaud

Image principale de l'article Visite sur le plateau d'Anna et Arnaud
Joël Lemay / Agence QMI

Notre regard sur l’itinérance va changer grâce à la série dramatique Anna et Arnaud, dont les tournages s’achèvent ces jours-ci.

• À lire aussi:
Voici la distribution complète de la série Anna et Arnaud

C’est ce que croient Guylaine Tremblay et Nico Racicot, la Anna et le Arnaud du roman Anna et l’enfant-vieillard, de Francine Ruel, qu’on a adapté pour le petit écran. L’autrice romance, dans le livre de 200 pages, sa propre histoire à travers celle de son fils Étienne, relatant le point de bascule dans la vie de ce dernier après qu’il eut été pris pour cible gratuitement par un tireur. La chute du jeune homme est longue, douloureuse, jusque dans la rue et dans l’héroïne.

Joël Lemay / Agence QMI


• À lire aussi: Francine Ruel a appris des choses surprenantes sur son fils à travers sa nouvelle série

Ce que les deux comédiens ont réalisé en creusant le thème de l’itinérance, c’est que derrière chaque sans-abri – qu’on ne voit pas ou ne veut pas voir –, il y a un humain ainsi qu’une histoire.

Juste en évoquant son personnage en entrevue, Guylaine Tremblay peine à retenir ses larmes, elle qui joue justement une femme à fleur de peau, obnubilée par la descente aux enfers de son fils. «Tu vois comment ce n’est pas dur, hein, de me faire pleurer», s’est-elle exclamée avant de rire.

Joël Lemay / Agence QMI


• À lire aussi: Guylaine Tremblay deviendra grand-mère pour la première fois

• À lire aussi:
Les 20 plus beaux looks de tapis rouge de Guylaine Tremblay

«C’est comme une obsession, dans le sens où Anna ne peut jamais être débarrassée de ça, même par une belle journée d’été avec des amis quand elle prend un verre. Tout à coup, il y a un son, quelque chose qui lui rappelle qu’Arnaud est dehors, qu’elle ne sait pas avec qui il est, ce qu’il fait. Des gens lui veulent-ils du mal, consomme-t-il, prend-il de la mauvaise dope, va-t-il mourir aujourd’hui?» a détaillé la comédienne.

En devenant une «combattante», Anna met en veilleuse sa carrière et sa vie. Pour la comédienne, le défi a été de jouer ce parcours difficile, l’impuissance d’une mère, qui peine à savourer les petits bonheurs.

Arnaud est obsédé lui aussi, mais par sa consommation. Cela fait en sorte que la mère et le fils, qui s’aiment, sont tous deux plongés dans un cauchemar, mais pour des raisons – et dans des conditions – complètement différentes.

Joël Lemay / Agence QMI

Nico Racicot a quêté à quelques reprises pour mieux comprendre son personnage. Il évoque une expérience «frustrante» et «humiliante» en raison de l’indifférence des passants. Il dit qu’Arnaud, qui avait tout pour réussir, «ne fait que survivre». «On voit un humain qui ne sait juste pas comment "dealer" avec les cartes qu’on lui a données», a-t-il souligné en marge du tournage d’une scène à Pierrefonds, dans l’ouest de l’île de Montréal, dans laquelle Anna accompagne Arnaud en cure de désintoxication.

Le scénariste François Archambault (Les étoiles filantes), qui parle d’une série dramatique parfois drôle et lumineuse, a rencontré une quinzaine de fois le fils de Francine Ruel.

Joël Lemay / Agence QMI

«Dans le roman, qui est très beau, c’est très intérieur, on entre dans les pensées et dans les émotions d’Anna. Quand j’ai rencontré Francine pour le projet, je lui ai dit que ce serait intéressant d’avoir aussi le point de vue de son fils. On a fait une recherche sur l’itinérance, on s’est documentés et, dans la foulée, elle a renoué avec Étienne que j’ai pu rencontrer», a dit M. Archambault, ajoutant que l’autrice a lu les scénarios des huit épisodes de la série produite par Pixcom et qu’elle lui a écrit un texte relatant la trajectoire d’Étienne pour nourrir les scénarios.

Guylaine Tremblay, qui a côtoyé bien des camarades de jeu, avance qu’«il va y avoir un avant et un après pour Nico Racicot» grâce à ce rôle. «Il est écœurant!» Le principal intéressé lui renvoie l’ascenseur.

Le réalisateur Louis Bélanger (Post mortem, Gaz bar blues, Route 132) est ravi de diriger les deux comédiens principaux, ainsi que Stéphane Jacques, Alexis Martin et Marie-Hélène Thibault.

Joël Lemay / Agence QMI

«Je voulais travailler depuis longtemps avec Guylaine, que j’aime d’amour. Nico, c’est une découverte. Je me suis rendu compte que je pouvais lui demander des affaires, essayer des choses, et il a l’intelligence de s’ajuster», a-t-il indiqué, relatant qu’Arnaud doit être joué avec une vitalité propre à la jeunesse dans la première ligne narrative, puis la fraîcheur des réflexes doit s’estomper dans la seconde, en raison de la toxicomanie et de la vie dans la rue.

Joël Lemay / Agence QMI


À VOIR AUSSI: Les 20 plus beaux looks de tapis rouge de Guylaine Tremblay

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus