Quatre coachs aux parcours singuliers pour la 9e saison de La Voix | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Quatre coachs aux parcours singuliers pour la 9e saison de La Voix

Pour la neuvième saison de La Voix, Corneille, Marjo, Mario Pelchat et Marc Dupré vont s’asseoir dans les grands fauteuils rouges l’hiver prochain. Les quatre coachs aux parcours différents ont déjà très hâte de se retrouver aux auditions à l’aveugle. Ils nous parlent de leur vision et de leurs attentes.  

Marc Dupré  

Un retour attendu

Photo : © Production

Marc Dupré a un véritable attachement pour le concept de La Voix et ceux qui fabriquent l’émission en coulisses. Il ne pouvait donc pas refuser la proposition de reprendre sa place dans un fauteuil rouge de coach. Après avoir animé les Variétés de Star Académie, l’hiver dernier, il revient finalement à ses premières amours. «Je suis un gars de spontanéité et de ressenti. 

À Star Académie, c’était beaucoup plus préparé et écrit. Je m’ennuie de vivre de belles grandes affaires avec des gens qui partagent la même passion que moi. J’ai aimé animer, mais ça me manquait de travailler sur les numéros avec les candidats. Je vais me remettre dans le bain de La Voix, vivre des émotions et me laisser entraîner par mon intuition. J’aime découvrir de nouveaux talents.» 

Le travail en tant que coach est peut-être plus créatif que celui d’animateur, puisqu’il doit chercher des chansons pour ses candidats et travailler de nouvelles versions. «La Voix n’est pas une Académie, c’est un concours. Il faut y aller à fond dès le début et foncer. On n’a pas le temps de trop travailler; il faut être instinctif, passionné et se faire confiance tout de suite. On est dans l’apprentissage, mais tout est très rapide et condensé. Je suis un gars comme ça, c’est là que je suis à mon meilleur.» 

Marjo  

L’émotion avant tout

Photo : © Production

Après avoir pris le temps de réfléchir à la proposition, Marjo a finalement décidé d’embarquer dans l’émission avec grand plaisir. «C’est une grande responsabilité d’aller s’asseoir dans ce fauteuil, de donner la chance aux gens de s’exprimer et d’essayer de les accompagner dans ce métier. C’est quelque chose qui m’est encore inconnu. Je ne connais pas la sensation d’être assise dans ce fauteuil et d’écouter des gens à l’aveugle. On ne sait vraiment pas à qui on a affaire, mais c’est tout un défi que j’ai hâte de relever.» 

La chanteuse, qui cumule plus de 40 ans de carrière, n’a jamais suivi de cours de chant ni participé à des concours. «J’ai été chanceuse, car je suis tombée sur mon X quand je suis arrivée dessus.» Elle a toutefois un énorme bagage qu’elle est prête à partager avec ses recrues. «C’est bien d’avoir une voix, mais ce métier est surtout un long parcours d’endurance. Les gens m’envoient régulièrement des messages ou des reprises de mes chansons, et me demandent de leur donner mes impressions ou des conseils. J’encourage les jeunes à travailler fort; c’est un métier dans lequel il faut s’investir énormément. Si on choisit d’être là, c’est parce qu’on a fait le choix d’y être totalement.»

Si elle a principalement fait du rock dans sa vie, Marjo ne se limite pas à un style de musique. «Je vais y aller avec l’émotion, avec ceux qui vont me faire vibrer. Je ne recherche aucun style, je veux juste être touchée par une voix unique. Je suis une rockeuse, j’écris de la musique rock, mais ma préférence va vers le jazz; j’aime la voix du jazz.» 

Corneille  

Un nouveau départ

Photo : © Production

Il était tout naturel pour Corneille, après avoir été mentor pour Marc Dupré à La Voix en 2017 et pour Garou à The Voice en France, de s’installer enfin dans un fauteuil rouge de coach. «Pour moi, c’était une évidence. J’ai déjà exprimé que je voulais faire profiter de mon expérience d’autres artistes de la relève, des jeunes qui commencent. J’avais envie de m’orienter vers la transmission et le mentorat. En plus, je suis un grand fan de ce genre d’émission.»

Corneille a toujours été dans le partage. Il avait déjà produit un disque avec son ami Gage, avant de prendre le jeune Dashny, de Star Académie, sous son aile. «J’ai aussi des amis qui m’appellent parfois parce qu’ils ont des questions au sujet d’un contrat, par exemple. Je peux aussi passer des journées entières en studio, derrière la console, avec un artiste. J’ai connu un très beau succès très tôt dans ma carrière, mais je suis véritablement sur mon X dans la transmission et le mentorat. Je pense que toute ma carrière aura servi et continuera à servir ce bout-là. J’ai l’impression qu’à partir de maintenant, je vais vivre ma carrière toujours en parallèle à celle d’autres artistes que je vais produire ou à qui je vais donner un coup de main.» 

Pour Corneille, ce rôle de coach est très sérieux. «C’est le début de quelque chose que j’ai envie de faire depuis longtemps. Il n’y a pas d’autres vitrines aussi importantes et variées pour découvrir d’autres artistes. J’ai même l’intention d’inciter des gens à tenter leur chance en participant aux préauditions.» 

Mario Pelchat  

Un producteur passionné

Photo : Julien Faugère / TVA Publications

Mario Pelchat n’a pas attendu La Voix pour dénicher de nouveaux talents et les produire. Il le fait depuis longtemps et avec pas mal de succès. Son arrivée dans un fauteuil rouge n’est pas surprenante, même s’il confie qu’il n’aurait pu accepter la proposition par le passé, son agenda étant archiplein. «Aujourd’hui, on a une bonne équipe au vignoble; ça tourne bien. Je suis en tournée et on a dû déplacer quelques dates pour que ce soit possible, mais je suis vraiment content que ça arrive maintenant dans mon parcours.»

Découvrir de nouveaux talents à l’aveugle va toutefois être un nouvel exercice pour lui. «C’est intéressant, parce que c’est juste le ressenti, l’intuition de ce qu’on entendra qui fera en sorte qu’on va embarquer ou pas. Ça m’est arrivé d’entendre un artiste sur une cassette avant même de l’avoir vu, mais le fait de le vivre de cette manière, devant un public, va apporter une certaine pression. J’ai hâte de vivre ça!» Le nouveau coach a aussi l’intention de laisser son intuition dicter ses choix. «Je vais me laisser aller au ressenti. Par exemple, j’avais été sollicité, il y a quelques années, pour m’occuper de Roxane Bruneau, mais je ne sentais pas que j’étais la bonne personne pour elle. Je l’ai un peu regretté par la suite, mais je reste persuadé que je n’étais pas le bon producteur pour l’amener où elle devait aller.» Mario s’attend à être surpris, quel que soit le style de musique, par des voix singulières et touchantes.

À VOIR AUSSI: Voici ce que sont devenus ces 20 anciens de La Voix

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus