Lynda Lemay en spectacle aux Francos | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Lynda Lemay en spectacle aux Francos

Image principale de l'article Lynda Lemay en spectacle aux Francos
Photo : © Production/Sébastien St-Jean

Lynda Lemay revient d’une Énième série de spectacles en sol français qui a culminé par sa participation à un hommage à Charles Aznavour. Et voilà qu’ELLE s’apprête à se produire dans le cadre des Francos avant de déployer ses ailes à travers le Québec. Nous avons saisi l’oiseau au vol. 

Des allers-retours entre les deux continents, Lynda Lemay en fait un mode de vie depuis des années. Deux semaines d’un bord, deux semaines de l’autre. Et l’énergie est toujours à son zénith. À preuve, elle concocte pendant ce temps les trois prochains albums de son projet de fou, Il était onze fois, qui paraîtront à l’automne. Cette fois, c’est accompagnée du multi-instrumentiste Claude Pineault qu’elle se présente devant le public dans son spectacle La vie est un conte de fous. Au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, le 10 juin, comme partout ailleurs, elle convie les spectateurs à un marathon d’une durée d’au moins deux heures trente minutes sans entracte. Ajoutez à ça une poignée de demandes spéciales, et on approche sérieusement des trois heures sur scène. «Ce ne sont jamais les mêmes chansons qui me sont demandées, alors ça fait des spectacles qui ne sont jamais pareils. Les gens apprécient que je prenne du temps l’après-midi pour préparer leurs demandes spéciales. Chaque soirée est unique. C’est toujours rempli d’une vraie émotion parce que ça paraît que je n’avais pas plus que l’après-midi pour me préparer.»

On reconnaît ici le côté spontané de la belle. «Il y a parfois des chansons que je n’ai pas chantées depuis 30 ans, et je cherche les accords devant les gens. Ça crée des moments d’exception.» Nécessairement, son coéquipier Claude Pineault est toujours sur le qui-vive. «Il aime ça parce qu’il doit relever le défi avec moi. On devient comme un duo. Les gens s’attachent beaucoup à lui. Ils le voient réagir à mes blagues. On est super complices.»

La bague de Nana

Le 21 mai, au Dôme de Marseille, Lynda faisait partie de la cohorte qui participait au spectacle Formidable Aznavour, en hommage au grand Monsieur Charles. Parmi les artistes présents: Nana Mouskouri, Enrico Macias et Michèle Torr. «J’étais tellement nerveuse! J’ai chanté Hier encore, une chanson parfaite que tout le monde connaît. On ne peut pas scrapper une chanson comme ça sur scène, dans un hommage à Charles Azanavour! Je n’ai jamais le trac avant de monter sur scène, mais quand je participe à un événement comme celui-là, entourée de vrais chanteurs, alors que moi je me considère toujours comme une raconteuse avant d’être une chanteuse, c’est comme si je redevenais la petite Lynda qui sort de son sous-sol. Je me sentais aussi nerveuse qu’avant de faire ma première télé au Québec, à 22 ans.»

Au bout du compte, Lynda est sortie gagnante de cette soirée. Et à plus d’un titre! C’était la première fois qu’elle rencontrait Nana Mouskouri et Enrico Macias. «Ils m’ont dit plein de belles choses! Je travaille très, très fort, mais j’ai de belles récompenses. Après le spectacle, on est allés au resto. On était plein d’artistes et, à la fin du souper, les gens de la table d’à côté nous ont demandé de chanter quelque chose. La seule qui a osé élever sa voix est Nana Mouskouri. Juste avant ce moment, elle s’est tournée vers moi avec sa bague en disant: “Tiens, je te la donne!” Ce sont des moments extraordinaires. Je me sens tellement privilégiée!»

La petite fille de Portneuf

Il y a plus de 30 ans que Lynda Lemay fait carrière. Si elle est adulée en France, où son succès ne s’est jamais démenti, elle vit une autre réalité au Québec. Elle a même certaines appréhensions en pensant à son retour dans la métropole. «Ça fait longtemps que je n’ai pas chanté à Montréal. Ça va être un moment spécial. Je vais peut-être être nerveuse... Je peux aller à l’Olympia de Paris n’importe quand, mais à Montréal, c’est comme si j’avais encore des preuves à faire.» On dirait la petite fille de Portneuf qui parle. Elle le reconnaît: «Il y a des moments où je me sens toute petite, comme avant l’hommage à Aznavour.»

Malgré tout son bagage d’expérience, Lynda se pose chez elle avec toute la modestie du monde. «En général, les critiques au Québec ont tout le temps été un peu plus frileuses qu’ailleurs dans la francophonie. J’arrive toujours sans avoir la certitude que je vais être appréciée pour ma poésie. J’ai toujours l’impression d’avoir à faire mes preuves, ce qui est très bien. De toute façon, je ne me sens jamais arrivée à destination; je suis toujours sur le chemin qui mène plus loin.» 

Lynda Lemay sera en spectacle dans le cadre des Francos le 10 juin au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Pour connaître les autres dates de spectacles au Québec: lyndalemay.com.

À lire aussi

Et encore plus