Jean-Marie Lapointe va à la rencontre de sportifs en situation de handicap dans cette nouvelle émission | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Jean-Marie Lapointe va à la rencontre de sportifs en situation de handicap dans cette nouvelle émission

Lundi 6 juin 21 h, Moi et Cie | Début

Jean-Marie Lapointe
Photo : Julien Faugère / TVA Publications

Jean-Marie Lapointe

Quand un athlète en situation de handicap franchit la ligne d’arrivée, c’est tout son entourage qui gagne avec lui. Dans Victorieux à deux, Jean-Marie Lapointe va à la rencontre de sportifs résilients et des partenaires d’entraînement qui leur permettent d’atteindre les plus hauts sommets.

• À lire aussi:
En CHSLD depuis un an et demi, Jean Lapointe retourne chez lui

Actif depuis plus de 20 ans auprès du Défi sportif AlterGo, qui s’adresse aux jeunes sportifs ayant des limitations fonctionnelles, Jean-Marie Lapointe a été ému et impressionné plus souvent qu’à son tour devant des performances d’athlètes vivant avec un handicap. Il a donc été tout à fait naturel pour lui d’accepter la proposition des gens de la boîte de production Baroque quand ils lui ont demandé de raconter six histoires d’athlètes extraordinaires dans une série mettant en lumière les bénévoles qui les accompagnent dans la pratique de leur discipline. «Grâce à Victorieux à deux, je veux montrer des gens au cœur immense qui sont dans l’ombre. Chaque semaine, ces personnes généreuses donnent de leur temps à une personne qui a un handicap», explique Jean-Marie Lapointe.

L’animateur en compagnie de l’athlète paralympique Mathieu St-Pierre.

Photo : © Moi et Cie

L’animateur en compagnie de l’athlète paralympique Mathieu St-Pierre.



• À lire aussi: Étienne, le fils de Francine Ruel, fait des confidences touchantes à Jean-Marie Lapointe

Ensemble, c’est mieux!
Ainsi, les téléspectateurs découvriront la relation d’un policier à la retraite avec un jeune sportif qui pratique le hockey-luge, le sacrifice d’une mère qui a hypothéqué sa maison pour faire construire un terrain de boccia aux normes internationales pour sa fille et l’histoire d’un père qui courait avec son fils malvoyant, mais qui a dû laisser sa place à un athlète plus performant en raison du talent de son héritier. «On fait d’une pierre deux coups, puisqu’on montre à la fois des athlètes incroyables dans leur façon de se dépasser et les gens pleins d’humanité qui les accompagnent», souligne Jean-Marie. Les disciplines du vélo tandem, de la voile et du paracanot sont également présentées dans l’émission.

Photo : © Moi et Cie

Se relever après l’accident
Dans le premier épisode, Jean-Marie fait la connaissance de l’athlète paralympique Mathieu St-Pierre. Cet ancien bûcheron et canoteur de longue distance a vu son existence prendre une tournure inattendue quand un arbre lui est tombé dans le dos le 19 février 2015. «J’étais entre la vie et la mort. J’avais juste un poumon, 12 côtes brisées, un morceau de l’aorte à changer, le bassin cassé et le diaphragme déchiré», raconte celui qui a représenté le Canada aux Jeux paralympiques de Tokyo. En jetant un œil sur la rivière en revenant à la maison, après trois mois d’hospitalisation, Mathieu a pleuré, car il pensait ne plus jamais pouvoir canoter. Pourtant, le lendemain, il était déjà sur l’eau avec son amoureuse, Julianne Morin-Nolet. Reconnaissant d’avoir survécu à son accident, le jeune homme s’est adapté à sa nouvelle condition. Cet ancien canoteur de fond sur des distances de 200 km est devenu athlète de sprint sur 200 m. Tout son entourage l’a aidé à performer de nouveau, en particulier ses entraîneurs, Marc Creamer et Hélène Gervais. Voir tous les supporteurs de Mathieu réunis pour regarder en direct ses courses à Tokyo est particulièrement émouvant.

Les supporteurs de Mathieu assistent régulièrement à ses épreuves.

Photo : © Moi et Cie

Les supporteurs de Mathieu assistent régulièrement à ses épreuves.

Jean-Marie Lapointe espère que Victorieux à deux, en plus de guider le public à travers un côté moins connu de l’univers sportif, motivera certains téléspectateurs à donner du temps autour d’eux. «Je fais du bénévolat depuis 25 ans et je suis riche de cette expérience! Non seulement ça me fait du bien d’aider les autres, mais le bénévolat enrichit aussi ma vie grâce à des rencontres que je n’aurais jamais faites si j’étais resté tout seul dans mon salon à manger des croustilles et à regarder le hockey! J’espère que Victorieux à deux amènera d’autres personnes à réaliser qu’elles peuvent faire du bénévolat, elles aussi. Si oui, je leur dis bravo! Elles n’ont qu’à consulter les centres d’action bénévole près de chez elles pour trouver une manière de contribuer. Soit dit en passant, nous avons toujours besoin de bénévoles au Défi sportif AlterGo!»

À VOIR AUSSI: 35 enfants de vedettes québécoises qui suivent les traces de leurs parents

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus