Après 60 ans de carrière, Shirley Théroux réalisera son rêve de petite fille | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Après 60 ans de carrière, Shirley Théroux réalisera son rêve de petite fille

Image principale de l'article Shirley Théroux réalisera son rêve de petite fille
Photo : Agence QMI, Toma Iczkovits

Elle a beau cumuler 60 ans de carrière et être originaire de Montréal, elle n’a jamais présenté de spectacle dans la ville qui l’a vue naître. Le 26 mai au Gesù, Shirley Théroux réalisera enfin son rêve de petite fille.

• À lire aussi: Shirley Théroux revient sur les grands bouleversements vécus dans sa quarantaine

• À lire aussi: Célibataire depuis 35 ans, Shirley Théroux n’a pas voulu refaire sa vie

Il était temps! Shirley Théroux baigne dans la musique depuis sa tendre enfance, mais la télévision a eu tôt fait de s’emparer de la jeune femme, ne la laissant s’échapper que rarement pour assouvir sa passion première, la chanson. «Mes parents adoraient la musique. À l’époque, ils voyaient tous les spectacles présentés dans les cabarets montréalais, de Tony Bennett à Édith Piaf, en passant par Alys Robi. Pendant ce temps, j’étais au pensionnat et on écoutait de la musique classique. À l’été, quand je revenais à la maison, mes parents écoutaient tout, du country au big band. Maman achetait de nouveaux 78 tours chaque semaine!» Puis, à 11 ans, Shirley a participé à ses premiers concours d’amateurs.

Dans son spectacle, avec le bagage de ses 76 ans, l’artiste se raconte de cette époque à aujourd’hui. Et elle chante, bien sûr. Tous connaissent sa chanson signature, Un homme. Mais elle a aussi connu du succès avec Le nez dans le vent, Une histoire d’amour et Fais comme l’oiseau, parmi d’autres.

Étonnamment, celle qui voulait faire carrière dans la chanson a enregistré peu de disques. «C’est parce que la télévision est venue me chercher dès mes débuts, à 17 ans», plaide-t-elle.

Immortalisée par le réputé photographe Gaby en 1964, un an avant qu’Un homme n’explose dans les palmarès.

Photo : Archives

Immortalisée par le réputé photographe Gaby en 1964, un an avant qu’Un homme n’explose dans les palmarès.

• À lire aussi: Patsy Gallant nous raconte sa rencontre avec la reine Élisabeth II

De l’excitation à la déception
Pendant toutes ces années, le rêve de faire de la scène que la fillette d’hier caressait n’a jamais pu se concrétiser. Ce n’est que récemment qu’elle a pris le taureau par les cornes pour le réaliser. «J’ai eu un rendez-vous avec le responsable du booking du Gesù le 19 novembre 2019, et on s’est entendus. J’étais tout excitée!» Et vint la crise sanitaire...

Le choix de cette salle n’est pas anodin. «J’ai vu tous les spectacles qui y ont été présentés: Sol, Clémence, Gilles Vigneault... Chaque fois que j’y allais, je me disais: “Un jour, je vais chanter ici. Il le faut!”» La première devait avoir lieu en 2020, mais, en raison de la covid, elle a été reportée quatre fois. «Ce qui est difficile, c’est que chaque fois qu’on reporte un show, on a un deuil à faire.» Elle compte les dodos jusqu’au 26 mai. «Mon rêve va enfin se réaliser!»

Shirley est d’autant plus impatiente de monter sur scène qu’elle a goûté à cette joie lorsque, avec ses tannants de complices, Pierre Marcotte et Joël Denis, elle a effectué une tournée en 2016 et l’année suivante. «Ç’a été pour moi une école de la scène. Ma plus grande révélation a été de rencontrer le public après les représentations. C’est ça, le bonheur! Le monde est tellement fin! Pendant une heure, une heure et demie, c’est de l’amour pur. C’est très enrichissant.»

Lise Dion, avec qui elle est amie depuis près de 10 ans, assure la direction artistique de son spectacle. Durant un an et demi, Shirley a travaillé avec le pianiste Georges Tremblay, un ami de longue date. Hélas, celui-ci est décédé le 25 avril 2017. Sur la scène du Gesù, elle sera accompagnée d’Éric Senécal. «Il est aussi le pianiste de Marc Hervieux et de Mario Pelchat. C’est un jeune qui aime le genre de musique que je fais.»

Une biographie à l’automne
Shirley aura à nouveau l’occasion de monter sur scène à compter de novembre, puisqu’elle participera à la tournée Noël, une tradition en chanson. Entre-temps, le 12 octobre, elle verra paraître sa biographie. «C’est Caroline St-Hilaire qui l’a écrite, et elle m’a bien saisie. Elle a le don de transposer mes émotions à l’écrit.»

Par le passé, on lui a souventes fois offert de publier ses mémoires. Toujours, elle a refusé. «Je me trouvais trop jeune. Quand Librex me l’a proposé il y a deux ans, j’ai accepté en me disant que mon fils, Bruno-Pierre, n’a pas connu ma vie et ma carrière, et mes petits-fils, Justin et Louis, encore moins. Je le fais surtout pour ça. Bruno-Pierre est né il y a 40 ans, et j’aurai 60 ans de carrière à l’automne. Il y a de grands pans de ma vie et de ma carrière qu’il ne connaît pas. Tout est dans le livre.»

À VOIR AUSSI: 23 longues amitiés du showbizz québécois 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus