Après 15 ans d’absence, La Chicane revient en force | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Après 15 ans d’absence, La Chicane revient en force

Image principale de l'article La Chicane revient en force

Après plus de 15 ans d’absence, La Chicane nous revient en force avec un nouvel album, Quand ça va ben. Plusieurs années ont passé, mais le groupe conserve toujours la passion du métier.

• À lire aussi: Jean-Marc Couture devient le nouveau guitariste de La Chicane

• À lire aussi:
Perle, la fille de Boom Desjardins, suit les traces de son père

En 2017, La Chicane s’est réunie afin de célébrer son 20e anniversaire. Les membres du groupe avaient pris la direction d’une carrière solo depuis plusieurs années déjà, mais l’enthousiasme de leurs fans leur a redonné la flamme. La Chicane, qui a été parmi les groupes favoris des Québécois à la fin des années 1990 et au début des années 2000, notamment grâce à son succès Calvaire, a décidé d’annoncer son grand retour en 2020, avec un nouvel album. Or, pandémie oblige, les concerts ont tous été annulés, et le groupe n’a pas pu lancer son projet tel qu’il le désirait. C’est donc en 2022 que l’album Quand ça va ben fait son apparition. «On l’avait annoncé en 2020 et on avait déjà fait trois spectacles de rodage... Le timing est bon cette année, surtout que ça s’appelle Quand ça va ben et qu’il n’y aura plus de masques», nous raconte Boom Desjardins, le chanteur de La Chicane. 

Malgré le temps écoulé entre le dévoilement et la sortie, la formation n’a presque rien changé à son album. «On a décidé d’enlever deux ou trois pièces, car on voulait un album qui se tient. Tout a été composé avant la pandémie, et ça reflète ce qu’on a vécu. C’est donc un opus qui est toujours d’actualité.» 

Boom Desjardins avance également que les sujets demeurent universels pour tous. «La mission de La Chicane est de parler de choses à travers lesquelles les gens se reconnaissent. On aborde entre autres la séparation dans T’es bien plus belle, le déséquilibre mental dans Un peu perdu et le conflit intergénérationnel avec les baby-boomers dans Ils partiront bientôt. Je voulais souligner ce que ces derniers ont fait, moi qui vis avec des enfants de la génération 18-20 ans.» 

Selon le chanteur, la clé du succès de La Chicane réside dans son accessibilité. «Si nous sommes encore là aujourd’hui, c’est parce que les gens se sont reconnus dans nos chansons et qu’ils les écoutent encore. Le groupe est reconnu pour une chose: avoir des succès qui ont traversé le temps. Vingt-cinq ans plus tard, on se rend compte que ça a fonctionné et qu’on peut toujours faire ce métier.» 

Le bassiste du groupe, Éric Maheu, est du même avis: «Le signe qu’on vieillit bien, c’est que lorsqu’on s’est rencontrés pour écrire les chansons de l’album, on pouvait encore en faire plein. On a gagné un peu en sagesse, et nos paroles reflètent le bilan de nos petites aventures.» Par ailleurs, le titre Petit géant se veut un hommage à Éric, qui est désormais sobre depuis près de sept ans, lui qui avait consommé drogues et alcool de façon excessive. Il s’en est sorti grâce à une thérapie qui a changé sa vie.

L’arrivée de Jean-Marc Couture
Dany Bédar ayant annoncé son départ du groupe en mars dernier, un poste était donc vacant. C’est à Jean-Marc Couture qu’est revenu l’honneur de remplacer Dany, qui désirait se concentrer sur ses projets en solo. «Jean-Marc est venu se greffer au groupe à la dernière minute, mais ça faisait longtemps qu’on parlait de lui. Ça fait du bien d’avoir quelqu’un de jeune avec nous; ça apporte du positif. La réaction des fans a aussi été unanime: ils étaient heureux de ce choix», révèle Boom. 

Du côté de Jean-Marc, il y a longtemps que l’artiste joue les chansons de La Chicane. «Quand j’étais plus jeune, je les interprétais sur le bord du feu. Plus tard, je me produisais dans les bars, à Québec, et il n’y a pas un soir qu’on ne me demandait pas une chanson du groupe. Quand Boom m’a appelé, j’étais surpris, surtout parce qu’il me voulait comme guitariste. J’ai pris un week-end pour vérifier si je pouvais jouer leurs chansons, et c’était parfait. J’ai étudié chacune des partitions pour arriver le plus près
possible des notes.» Celui qui a remporté Star Académie en 2012 a étudié la musique. «C’est la première fois que je suis musicien dans un band. Ça me fait plaisir, car j’ai étudié la guitare. Ça donne un autre point de vue à ma carrière; c’est un beau défi.» 

Le jeune homme originaire du Nouveau-Brunswick a immédiatement fusionné avec les membres de La Chicane. «Après la première répétition, ça a cliqué. J’ai vu à quel point ils ont encore la passion du métier et sont allumés. Je suis content. J’ai eu la chance de faire un spectacle avec eux, et le public a tripé! Il y a des gens de tous les âges dans la salle, et ils connaissent les paroles par cœur», dévoile celui qui n’a toutefois pas l’intention de laisser sa carrière solo de côté. Il pourra même chanter quelques-uns de ses propres succès sur scène lors des spectacles avec La Chicane.

Quant à Éric Maheu, il adore l’énergie de leur nouveau membre. «Avoir un nouveau guitariste amène quelque chose de différent. Ça change un peu l’énergie.» 

Le groupe s’est produit à Star Académie cette année, avec Jean-Marc Couture à la guitare.

Photo : Eric Myre

Le groupe s’est produit à Star Académie cette année, avec Jean-Marc Couture à la guitare.

• À lire aussi: Célibataire à nouveau, Jean-Marc Couture est retourné vivre au Nouveau-Brunswick

Pas de pression!
Lancer un album après avoir pris une longue pause n’est pas une mince tâche pour les membres du groupe. Surtout quand l’un de leurs succès joue encore fréquemment à la radio, 25 ans plus tard. Ressentent-ils la pression de produire un succès aussi retentissant que Calvaire? «Je dirais que, lorsqu’on écrit, on y va vraiment avec notre cœur. On ne se demande pas si on peut faire mieux que celle-là. Et on garde les chansons qu’on trouve bonnes», nous explique Éric Maheu.

Pour Martin Bédar, la qualité prime: «Ce que j’aime de l’album, c’est qu’il ressemble à un livre. On a choisi huit pièces. C’est moins qu’à l’habitude, mais la qualité est là et le message va encore mieux passer.» 

«La chose la plus importante, avec Quand ça va ben, c’était de respecter l’essence de La Chicane. La plus belle chose qu’on puisse se faire dire, c’est qu’on nous reconnaît dans notre son et notre côté social. Les sujets collent à nous, et je pense qu’on sonne mieux qu’à l’époque», ajoute Boom Desjardins, qui a pris la décision de ne pas faire de disque, mais plutôt des t-shirts interactifs sur lesquels un code-barres dirige l’acheteur à une plateforme de diffusion numérique.

Les membres de La Chicane souhaitent une chose: perdurer, pendant qu’ils ont encore l’énergie de le faire. «Nous ne ferons probablement pas des albums aux deux ou trois ans, car il faut prendre le temps de vivre les choses, mais j’aimerais que nous ayons la santé et la voix pour faire ce métier encore longtemps. Il ne faut pas trop étirer la sauce, mais tant que nous sommes capables, nous serons là. Pour le moment, nous bookons les années 2023 et 2024», conclut Boom Desjardins. 

L’album Quand ça va ben est disponible sur les plateformes numériques.

À VOIR AUSSI: Les 31 morts les plus marquantes de la télévision québécoise

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus