Vivons-nous dans un monde virtuel? | 7 Jours
/inspiration/tele-a-la-carte

Vivons-nous dans un monde virtuel?

Image principale de l'article Vivons-nous dans un monde virtuel?
Shutterstock

Aux questions philosophiques classiques – Qui sommes-nous, d’où venons-nous, où allons-nous? – s’ajoute aujourd’hui celle de l’hypothèse de la simulation. Comme dans la série de films The Matrix, notre réalité serait-elle une illusion? 

René Descartes, à qui on doit le célèbre «Je pense, donc je suis», disait aussi qu’il faut se méfier de ce qu’on accepte comme une réalité. 

La question philosophique de la preuve de la réalité, c’est-à-dire comment savoir avec certitude que nos sens nous donnent une bonne lecture de la réalité, va dans le même sens que celle de l’hypothèse de la simulation, qui voudrait que notre expérience de la réalité ne soit qu’une simulation informatique mise en œuvre par une intelligence supérieure. 

Ce concept a pris une grande place dans la culture populaire à la suite du grand succès du film The Matrix (1999), même si cette œuvre est loin d’être la seule à l’avoir abordé.  

De Platon à Elon Musk, l’idée fait du chemin

Outre Descartes, on cite souvent aussi Platon et son allégorie de la caverne quand on aborde ce thème. Comme quoi l’idée que la réalité n’est peut-être pas celle qu’on croit fait son petit bonhomme de chemin depuis des siècles. 

Un autre qui semble avoir beaucoup réfléchi à cette question, mais qui est plus près de nous, est Philip K. Dick, le grand maître de la science-fiction dont les écrits ont inspiré les cinéastes derrière Blade Runner, Total Recall et Minority Report, pour ne nommer que ceux-là, et dont les thèmes se rapprochent souvent de l’hypothèse de la simulation. 

Philip K. Dick, grand maître de la science-fiction.

Arthur Knight

Philip K. Dick, grand maître de la science-fiction.

L’auteur, qui a déclaré à maintes reprises que la réalité n’est qu’une illusion, a bouleversé ses admirateurs quand il a affirmé avec ferme­­té, à l’occasion d’une conférence dans un festival de science-fiction en France, en 1977: «Nous vivons dans une réalité programmée par ordinateur.»

En 2003, le philosophe suédois Nick Bostrom a fait le tour du monde en publiant sa «théorie de la simulation», qu’on peut résumer ainsi: s’il y a des civilisations très anciennes et très avancées technologiquement dans l’Univers qui font des simulations informatiques, il doit exister des réalités simulées dont les habitants n’ont pas conscience, et ces habitants, ça pourrait être nous.

Le milliardaire visionnaire Elon Musk, reconnu pour avoir le sens des phrases-chocs, en a quand même surpris plus d’un en 2016 en affirmant qu’il y a une chance sur des milliards que nous vivions dans la réalité. Selon lui, il est infiniment plus probable que nous vivions dans une simulation comparable à un jeu vidéo. 

Toutefois, si l’hypothèse de la simulation est maintenant largement évoquée, arrivera-t-on un jour à la prouver? Voilà une autre grande question.

Moins d’une chance sur deux

En 2016, un grand débat scientifique annuel animé par l’éminent astrophysicien Neil DeGrasse Tyson avait pour question: «Est-ce que notre Univers est une gigantesque simulation informatique?» 

De grosses pointures intellectuelles y sont allées de savantes réflexions sur les façons de nous rendre compte de cette illusion et nous ont donné des pistes de réponses. Néanmoins, la science étant la science, quand on en vient aux faits et aux preuves, il en ressort que rien n’indique que nous vivions dans un monde simulé, mais rien n’indique le contraire non plus! 

DeGrasse Tyson a quand même invité les cinq participants à donner leur opinion sur la question, et leurs réponses allaient de «aucune chance» à «ne veut pas se prononcer», en passant par 1 %, 17 % et 42 % de probabilités que notre Univers soit simulé.

En 2020, David Mathew Kipping, un astronome spécialisé dans la recherche d’exoplanètes et d’exolunes, également professeur adjoint à l’Université Columbia, a fait les manchettes en publiant une étude sur la question. 

Le scientifique, qui croit qu’il est naturel de se questionner sur la réalité, a déclaré au site Web Syfy Wire: «L’intérêt pour l’hypothèse d’une simulation est largement alimenté par les progrès de l’informatique qu’on voit autour de nous. Au fur et à mesure que nos capacités grandissent, nous nous demandons quelles pourraient être les limites de cette technologie.» 

Pense-t-il que nous vivons dans le monde des Sims, demandez-vous? En bref, Kipping, qui s’est basé sur le travail de Nick Bostrom pour les besoins de son analyse, est arrivé à la conclusion que les chances que nous vivions dans une simulation informatique devraient être en deçà des 50 %.

Le côté sombre

Le documentaire A Glitch in the Matrix, de Rodney Ascher (2021), explore les origines du concept et pose aussi la question suivante: qu’est-ce qui mène les gens à croire que la réalité est simulée? 

Le documentaire A Glitch in the Matrix de Rodney Ascher est offert en vidéo sur demande.

Mongrel Media

Le documentaire A Glitch in the Matrix de Rodney Ascher est offert en vidéo sur demande.

S’il n’y répond pas vraiment, il a toutefois le mérite de montrer jusqu’où une telle croyance peut mener, notamment par une entrevue avec Joshua Cooke qui, en 2003, à 19 ans, convaincu de vivre dans la même «matrice» que Néo, en est venu à tuer ses parents. 

Dans notre réalité actuelle, qui est déjà brouillée par les fausses nouvelles et les vidéos hyper­truquées, croire qu’on vit au milieu d’une simulation ne semble pas malheureusement complètement dépourvu de sens, mais à l’évidence, ce n’est pas sans danger.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus