Philippe Bond se confie sur son bonheur de père de deux jeunes enfants | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Philippe Bond se confie sur son bonheur de père de deux jeunes enfants

Image principale de l'article Philippe Bond se confie sur son bonheur de père
Photo : © Éric Carriere

Lorsqu’on s’entretient avec lui, on peut comprendre aisément pourquoi les gens adorent cet humoriste et se précipitent pour le voir sur scène. Raconteur hors pair, il nous fait rire ferme en s’inspirant de moments de son quotidien. À 43 ans, père de deux jeunes enfants, il profite pleinement de son bonheur, comme il nous l’a si bien raconté. Place à un feu roulant d’anecdotes et de moments amusants!

• À lire aussi: Arrêté après avoir échoué l'alcootest, Phil Bond prend une pause de la radio

Philippe, tu dois être content de poursuivre ta tournée et de retrouver le public!
Je tripe, et les gens sont heureux aussi. Dès le début du spectacle, je leur demande simplement comment ils vont et je vois qu’ils tripent. Et moi aussi. Récemment, j’ai fait un spectacle qui a débuté à 20 h, et à 22 h 15 j’étais encore sur scène! J’ai dit à la blague aux gens: «C’est l’fun, parce que pendant que je suis ici, je n’ai pas à changer de couches!» Mais la réalité, c’est que c’est ça pour vrai! J’ai changé mon quota de couches!

Puisque tu abordes le sujet, trouves-tu la paternité plus facile avec un deuxième enfant?
Mes chums n’arrêtaient pas de me dire qu’avoir un deuxième enfant, c’était comme en avoir un troisième et un quatrième! Parce que pendant que ta femme s’occupe du nouveau-né, il faut que toi tu redoubles d’ardeur pour t’occuper de ton premier enfant. Et je te dirais que c’est vrai que je n’ai jamais été aussi proche de mon gars que depuis que ma fille, Rosie, est au monde. 

Les petits trésors de l’humoriste fin prêts pour l’Halloween, en octobre dernier!

Photo : Instagram de Philippe Bond

Les petits trésors de l’humoriste fin prêts pour l’Halloween, en octobre dernier!


• À lire aussi: Philippe Bond partage une adorable première photo de sa fille

Que veux-tu dire?
Depuis six mois, mon fils ne me lâche pas d’une semelle! Je sors, il me suit; je vais dans le cabanon, il est collé sur moi. Parfois, je dois aller faire des courses et je le vois en train de s’habiller pour venir avec moi! (rires) C’est deux fois, même trois fois plus de travail, mais c’est l’fun. J’étais rendu là. Je vais avoir 43 ans cet été. 

Depuis que tu es parent, est-ce que ça a changé bien des choses chez toi?
Je suis rendu à une autre étape; je suis chialeux quand je sors! Mes chums, dont les enfants ont maintenant 14, 15 ans, me textent parfois à 21 h 30, 22 h, et je leur réponds le lendemain à 6 h, quand mon gars se réveille. «Arrêtez de m’envoyer des textos tard comme ça!» La réalité, c’est que quand je vais coucher mon fils, je m’endors presque avant lui! Je suis brûlé, le soir... 

Quel âge a Axel, ton garçon?
Il va avoir quatre ans en août. Je parle beaucoup et j’ai de l’énergie, et mon gars est une copie conforme de moi, ça n’a aucun bon sens! Pendant la pandémie, en raison des circonstances, on a manqué un rendez-vous avec notre médecin de famille pour Axel, qui avait alors deux ans. Trois mois plus tard, notre médecin a téléphoné et m’a demandé combien de mots mon fils connaissait. J’ai ri et je lui ai demandé ce qu’elle voulait dire. Elle m’a répondu: «Il en connaît 10, 15?» Je lui ai répondu: «Bouge pas, je te le passe!» Quand mon fils part, il part! Même la doc lui a dit de me passer le téléphone: elle n’était plus capable de l’entendre! (rires) J’ai de la relève!

Son garçon a soufflé ses trois bougies en août 2021.

Photo : Instagram de Philippe Bond

Son garçon a soufflé ses trois bougies en août 2021.


• À lire aussi:
Phil Bond révèle les détails de sa rencontre avec sa blonde Stéphanie

Quel genre d’enfant étais-tu?
Je n’ai jamais été un petit gars turbulent. Mon père était assez sévère, et je me découvre aussi un petit côté sévère. Mon gars est très poli, et je veux qu’Axel le soit comme moi je l’ai été avec mon père. Quand je vais le coucher, je lui donne un bec et je lui dis qu’il est mon meilleur ami. Je veux qu’il sache que je serai toujours là pour lui, mais qu’il faut qu’il y ait une forme de respect.

C’est inspirant! Être un parent te donne-t-il un autre regard sur les tiens?
Je vois aller mon père qui a 70 ans. Quand il vient chez nous, il prend un hockey et va jouer dans le garage avec Axel! Mon fils, c’est un surdoué de sport; moi, j’essaie de garder la forme. J’ai deux enfants et je suis brûlé, et mes parents en ont eu trois, et il m’arrive d’appeler ma mère quand les enfants dorment, pour lui dire que je ne sais pas comment elle a fait. On n’a jamais manqué de rien, chez nous. On courait d’un bord et de l’autre, on allait souper au restaurant, mon père nous emmenait faire des activités. C’est peut-être parce que j’ai plus de 40 ans et qu’ils nous ont eus à 25, 26 ans. J’ai essayé durant la pandémie et cet hiver de faire des activités avec mon gars. Aller dehors tous les jours, faire du traîneau et d’autres activités... Je peux bien m’endormir à 8 h 30 le soir!

Il est très inspiré par ses parents, qui ont toujours l’énergie pour jouer avec leur petit-fils.

Photo : Instagram de Philippe Bond

Il est très inspiré par ses parents, qui ont toujours l’énergie pour jouer avec leur petit-fils.


• À lire aussi: Philippe Bond se confie sur son déménagement

Aimes-tu ce nouvel horaire du quotidien?
Je ne pensais pas qu’un jour, je serais bien comme ça à la maison. Il m’arrive de recevoir des appels de mes chums qui me demandent si je veux aller manger avec eux, mais j’avoue que ça me tente moins. J’aime mieux faire un feu dans la cour et manger des guimauves avec mon gars. On jase comme s’il était mon grand chum et je tripe bien gros. On a une grande complicité tous les deux. J’aime être à la maison et donner un coup de main à ma blonde qui travaille fort. 

«Axel qui ne se tanne jamais d’écouter mes anecdotes… Ou qui n’ose pas encore me le dire!» a-t-il écrit sur Instagram.

Photo : Instagram de Philippe Bond

«Axel qui ne se tanne jamais d’écouter mes anecdotes… Ou qui n’ose pas encore me le dire!» a-t-il écrit sur Instagram.

Stéphanie et toi, comptez-vous avoir un autre enfant?
Non, avec la petite opération que j’ai eue récemment, ça me surprendrait beaucoup! D’ailleurs, je pense que ça va être un numéro dans mon prochain spectacle. Aller se faire faire une vasectomie, c’est de toute beauté, mais ça a quand même fait moins mal que je l’avais imaginé! C’était réglé en 10 minutes. Je l’ai dit à la radio le lendemain: je retournerais plus là une fois par année que d’aller chez le dentiste tous les six mois!

Entre les enfants et les spectacles, arrivez-vous à passer du temps en couple?
Oui, ça arrive de temps en temps. Je sais qu’en mai, j’ai une fin de semaine de congé, alors j’ai dit à ma blonde de booker un hôtel dans SoHo, à New York. Ce sera la première fois en deux ans qu’on va partir ensemble. Chaque mois, on tente de se faire un petit souper quand mes beaux-parents peuvent s’occuper des enfants, mais là, j’ai vraiment hâte à l’idée qu’on puisse se promener tous les deux à New York et aller manger dans de bons restos.

Photo : © Éric Carrière

Depuis combien de temps êtes-vous ensemble?
Je dirais que ça fait cinq, six ans.

Pour terminer, vas-tu donner beaucoup de shows cette année?
Je vais en faire environ une vingtaine, je vais finir ma tournée Merci en décembre, et l’année 2023 sera consacrée à l’écriture d’un spectacle avec Sylvain Larocque qui devrait être lancé au début de 2024. Je n’ai pas l’impression de travailler quand je vais donner des spectacles, et c’est la même chose quand j’anime à la radio.  

De retour à la radio | C’t’encore... Phil! 

Le mercredi 20 avril, Philippe était de retour à C’t’encore drôle, à Énergie. Il avait préféré faire une pause après avoir été arrêté le 30 mars au volant d’une voiture en ayant dépassé de 0,02 la limite légale pour conduire. Il avait tenu à préciser sur Facebook que l’accusation portée contre lui était un chef de conduite avec une alcoolémie supérieure à la limite prescrite et non pas «pour conduite avec les facultés affaiblies par l’effet de l’alcool». Fidèle à lui-même, Philippe a lancé à la blague à Pierre Pagé, son coanimateur, qu’il était «tanné d’être ici» au micro, mais qu’il devait attendre son lift, puisqu’il n’avait plus de permis! 

Comme il n’a pu plaider coupable parce qu’il n’était pas en présentiel, son avocat et lui ont demandé un transfert du dossier à Terrebonne. Ils sont donc dans l’attente d’une nouvelle date de comparution, où Philippe a l’intention de plaider coupable.

Pour connaître toutes les dates de représentations de Merci, allez à philippebond.com. L’humoriste est aussi au micro de C’t’encore drôle avec Pierre Pagé, en semaine dès 11 h 30, sur le réseau Énergie.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus