Et si la Terre avait des anneaux? | 7 Jours
/inspiration/tele-a-la-carte

Et si la Terre avait des anneaux?

Image principale de l'article Et si la Terre avait des anneaux?
Kevin Gill

 

Même si on en est généralement peu conscient, on peut s’estimer heureux d’avoir une lune qui gravite autour de notre planète et qui nous donne de superbes clairs de lune en reflétant la lumière du soleil dans la nuit étoilée. Mais si la Terre avait des anneaux tels que ceux de Saturne, que verrait-on?

C’est ce que certains scientifiques, comme l’auteur et illustrateur américain spécialisé en astronomie et en astronautique Ron Miller s’est demandé avant d’étudier la question méticuleusement et de créer des images vraisemblables de ce que nous, Terriens, pourrions voir de ces anneaux à partir du sol de notre planète.

Citronade

Elle en a déjà eu un!

D’ailleurs, saviez-vous que la Terre aurait déjà eu un anneau? Cela aurait été le cas lorsque la Lune était en formation. 

L’hypothèse qui fait le plus consensus chez les scientifiques sur la genèse de notre satellite naturel est celle d’un impact géant entre un corps céleste de la taille de la planète Mars – qu’on désigne sous le nom de Théia – et la jeune Terre d’il y a 4468 milliards d’années, 100 millions d’années après la formation de notre système solaire. 

Cette collision aurait fait en sorte qu’une portion du manteau terrestre a été éjectée dans l’espace, créant un anneau de matière en orbite autour de la Terre. C’est cet anneau qui se serait aggloméré pour former la Lune.

Si la matière formant cet anneau a pu s’agglutiner pour former la Lune, c’est seulement parce qu’elle était en orbite au-delà de la limite de Roche, une distance théorique en dessous de laquelle l’anneau aurait tout simplement continué d’exister. 

Théorisée par l’astronome français Édouard Roche en 1848, cette limite, liée aux forces de marée causées par la force gravitationnelle d’une planète, indique la distance à partir de laquelle un satellite peut exister. En deçà de la limite, il est fragmenté en morceaux, formant un ou des anneaux.

NASA / JPL / Space Science Institute

Le cas de Saturne

Selon certains scientifiques, les anneaux de Saturne proviendraient de matériaux n’ayant pu former un satellite parce qu’ils se trouvaient à l’intérieur de la limite de Roche. La force gravitationnelle de Saturne les a empêchés de s’agglomérer. 

D’autres pensent plutôt qu’au moment où Saturne était encore en formation, elle avait un ou plusieurs satellites juste à l’extérieur de la limite de Roche, mais comme elle grossissait et que sa force de gravité augmentait, la limite de Roche grandissait aussi. 

Cela a fait en sorte que les satellites se sont retrouvés à l’intérieur de la limite de Roche et se sont disloqués, formant ainsi les anneaux qu’on peut admirer aujourd’hui. Une autre théorie veut que, à l’époque où les ancêtres des dinosaures peuplaient la Terre, Saturne n’avait pas d’anneaux! 

Ces derniers se seraient formés quand une ou plusieurs petites lunes se sont trop approchées de la limite de Roche de Saturne et que la gravité de celle-ci les a disloquées. Puis, après des millions d’années de collisions entre eux, les morceaux de lunes ont été concassés pour donner les particules qui forment aujourd’hui les anneaux.

N’importe lequel de ces scénarios aurait également pu se produire autour de la Terre et lui donner des anneaux, explique Ron Miller sur le site Gizmodo, mais il ajoute aussitôt que c’est sans importance, puisque se demander de quoi aurait l’air notre planète avec un anneau demeure un exercice purement imaginaire! 

En fait, il propose des illustrations spectaculaires qui donnent une idée de ce qu’auraient l’air ces anneaux fictifs, à partir de différents endroits sur Terre.

Vue des anneaux dans le ciel à l'équateur.

Getty Images/Stocktrek Images

Vue des anneaux dans le ciel à l'équateur.

À l’équateur

Au niveau de l’équateur, les anneaux passeraient directement au-dessus de nos têtes, puisque notre regard se porterait sur le même plan que les anneaux. Il y aurait, par exemple, ce genre de panorama si vous vous trouviez à Quito, au Pérou.

Vue des anneaux dans le ciel du Guatemala.

Getty Images/Stocktrek Images

Vue des anneaux dans le ciel du Guatemala.

Au Guatemala

Un peu au nord de l’équateur, dans un pays comme le Guatemala, les anneaux commenceraient à s’étendre dans le ciel. De plus, la lumière réfléchie de la Terre illuminant la portion sombre de la Lune serait beaucoup plus importante que ce à quoi nous sommes accoutumés, en raison de l’augmentation marquée de lumière réfléchie par les anneaux.

Vue des anneaux en Polynésie, au niveau du Tropique du Cancer (à 23° de latitude Sud).

Getty Images/Stocktrek Images

Vue des anneaux en Polynésie, au niveau du Tropique du Cancer (à 23° de latitude Sud).

En Polynésie

Au niveau du Tropique du Cancer (à 23° de latitude Sud), quelque part en Polynésie, par exemple, un panorama à 180° donne une idée de la majestuosité de la vue qui serait offerte à nos yeux. 

La brisure de forme ovale visible au milieu de l’anneau est causée par l’ombre de la Terre. Au cours d’une nuit, nous pourrions la voir balayer l’anneau d’un bout à l’autre, comme l’aiguille d’une montre de format divin. 

Sur notre image, il est minuit, le moment où l’ombre est à son niveau maximal. La teinte légèrement orangée visible sur le rebord de l’ombre provient des rayons du Soleil qui passent dans l’atmosphère terrestre.

Getty Images/Stocktrek Images

À Washington

De Washington, à une latitude de 38°, les anneaux commenceraient à sombrer sous l’horizon, mais ils demeureraient une vision inspirante, dominant le ciel tant le jour que la nuit.

Mars aura des anneaux un jour.

Mars aura des anneaux un jour!

Aperçus pour la première fois par Galilée en 1610, les anneaux de Saturne ont été les premiers anneaux planétaires qui ont été découverts. Il faudra attendre jusqu’en 1977 avant que ceux d’Uranus et de Neptune soient découverts à leur tour. 

Selon certains planétologues, il existerait un cycle d’anneaux autour de Mars. Actuellement, sa lune Phobos se rapproche d’elle sous l’impulsion de la force des marées. Dans 70 millions d’années, elle sera détruite, et ses débris formeront un anneau autour de la planète rouge. 

Ensuite, 80 % des débris finiront leur course sur Mars, et les 20 % restant formeront, par accrétion, une nouvelle lune. Selon les scientifiques, ce scénario se répéterait en fait depuis des milliards d’années!

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus